Tag Archives: PSE

CGT SPIP 94 : Chapitre 2 : # PSE GATE

Chapitre 2 : # PSE GATE

 

Madame la Directrice,

Tract PSE

 

Depuis décembre 2016, vous ne pouvez ignorer que certaines personnes déplorent plusieurs incidents de type « rupture de sangle » en quelques semaines, accréditant de plus en plus l’hypothèse d’une défaillance matérielle.

En application des fiches procédure, chaque incident de ce type est signalé le jour même au parquet et au JAP avec sanction sous 24h par retrait de Crédit de réduction de peine ou de permissions de sortir le week-end sans même l’avis du CPIP ou du représentant de l’Administration pénitentiaire.

 

Pourtant, interpellée par des CPIP sur la fiabilité des sangles, vous affirmiez que le dispositif fonctionne à merveille, les sangles résistant à 30kg. Et malgré des articles de presse sur le sujet, vous n’hésitiez pas non plus à communiquer aux magistrats de l’application des peines et du parquet qu’il n’y a jamais eu de questionnements sur la fiabilité du matériel.

 

Lorsque les personnes placées sous surveillance électronique expliquent que la sangle s’est rompue pendant leur bain, leur sommeil ou un trajet en moto, leur parole est tournée en dérision et ils sont bien sûr sanctionnés.

 

Finalement, fin janvier, la direction du SPIP et la DISP de PARIS admettent en OFF de nouvelles difficultés techniques en terme de résistance de sangle, problème rencontré par l’ensemble des départements.

 

Nous attendions donc une communication officielle à ce sujet.

 

Que nenni. Ce n’est que questionnée par l’équipe lors de la réunion de service du 6 février que vous admettez enfin que les nouvelles sangles seraient « plus fragiles » mais, qu’en cas de rupture, la responsabilité du placé était évaluée.

Pourtant, en consultant les transmissions d’incidents antérieures à février, il n’est qu’exceptionnellement fait mention du caractère « imputable » ou « non imputable » de la rupture de sangle. Bien entendu, les PSE étant jusqu’alors réputés infaillibles !

 

Mme la Directrice, la situation est grave. Combien de personnes sanctionnées injustement pour un incident PSE lié à la fragilité du matériel ces dernières semaines ? Combien de sacrifiés sur l’autel du dogme de l’indéfectibilité du dispositif PSE ? Combien de temps encore l’Administration pénitentiaire va t-elle financer un dispositif défectueux ?

 

Allez-vous enfin diligenter les vérifications qui s’imposent pour faire la lumière sur cette situation, et ce en toute transparence avec vos équipes et avec les magistrats, ou poursuivre dans l’opacité ?

 

Mme la Directrice, nous attendons des mesures efficaces afin qu’à l’avenir notre public soit garanti de ne pas être sanctionné injustement.

Faut-il rappeler qu’en tant qu’acteur de l’institution judiciaire nous sommes aussi garant du respect des libertés individuelles des personnes placées sous mains de justice.

 

                                                                                                      A CRETEIL, le 08.02.2017

                                                                                                          La CGT SPIP 94

Retour sur la rencontre à la DAP portant sur les « personnels de surveillance en SPIP »

La CGT Insertion Probation a été reçue le 21 mars à la DAP dans le cadre d’une réunion bilatérale portant sur les personnels de surveillance en SPIP, et plus précisément les agents PSE.

La CGT a tout d’abord rappelé à la DAP que sa présence à la réunion démontrait son intérêt et sa vigilance quant à la situation des surveillants PSE en SPIP alors même qu’un mouvement de mobilisation d’ampleur dans les SPIP était en cours.

Version imprimable du communiqué

La DAP a présenté des questionnaires, destinés, à compter de juin 2016 selon le calendrier communiqué, aux agents PSE, aux DFSPIP et aux DISP.

Lire la suite

SPIP 59-62 ASTREINTES PSE

Depuis des années, les agents PSE réalisent des astreintes sur leurs différents secteurs, même si d’un département à l’autre, les pratiques professionnelles sont encore loin d’être HARMONISEES.

Pour rappel …. dans le département du nord nous intervenons les week-ends pour les différentes mesures sur simple appel du pôle de surveillance !!
nous intervenons dans des secteurs parfois méconnus où peut régner une certaine insécurité ….livrer à nous même !!

mais pour le moment on gère !!!

De plus, suite à la note de MONSIEUR le directeur interregional de Lille en date du 30 juillet 2013 qui stipule que « les alarmes techniques doivent être traitées dans un délai maximum de 48 heures si le problème technique empêche le suivi du placé…..par ailleurs le temps d’intervention ne peut donner lieu à une rémunération ….les heures effectuées peuvent uniquement être récupérées »

Laissez nous le choix entre la récupération ou le paiement des heures effectuées !!!

Les heures effectuées lors des week-ends et des jours fériés ne sont pas majorées !!!!

Tout travail mérite salaire non !!! « travailler plus pour gagner plus «

NOUS ATTENDONS UN GESTE FORT DE VOTRE PART !!!

Valenciennes, le 08.07.2015

Version imprimable du tracte

SPIP 59-62 Materiel pse « problème cosmétique »

Lors du changement de marché de la surveillance électronique ,changement de marché un peu brumeux et des débuts catastrophiques lors du déploiement !!, on nous avait promis un changement radical en terme d’amélioration telle que la reconnaissance par biométrie vocale ….. !!!

Projet, qui est, pour l’heure actuelle, toujours dans les cartons !!!

Par contre les alarmes techniques continuent à polluer nos missions !!!
-panne non référencée , problème de détection en augmentation exponentielle -pile du bracelet faible et cela sur du matériel reçu dernièrement !!!

et maintenant, apparaissent, à notre grande surprise, des dossiers de litiges concernant des dégradations dites « cosmétiques » selon le prestataire : des lanières coupées trop courtes ,des boîtiers marqués , pour des personnes libérées depuis 9 mois…..pour certaines d’entre elles .

Et l’Administration Pénitentiaire nous demande d’établir des comptes rendus professionnels……comme si on pouvait se souvenir !!!

A qui faut il imputer la faute??

Aux personnes placées !!! ou à l’usure normale d’un matériel qui est sans cesse remis sur site après une restauration plus ou moins fiable !!!

Il faut savoir que nous recevons du matériel dans un état de fonctionnement plus ou moins correct !! bien entendu avec des soucis de « COSMESTIQUE »

Mais pour l’heure que fait l’administration ???? RIEN

Valenciennes, le 24.06.2015

Cliquer ici pour imprimer ou télécharger le tract

Ouverture d’un groupe de travail sur le Placement sous surveillance Electronique Une mesure qui explose et des personnels qui ne s’y retrouvent pas…

1-prison-bracelet-electronique-2723841wrgvp_1713-001

 

 

 

 

Le Collectif CGT insertion probation a participé le 31 mars à une réunion organisée à la DAP sur la surveillance électronique. La dernière réunion sur ce sujet datait d’il y a plus d’un an ! Ce délai est bien trop long au regard de la place si importante qu’a pris cette mesure au sein des SPIP. C’est sur ce constat que le collectif CGT insertion probation a ouvert son propos à la suite de l’état des lieux quantitatif et qualitatif  effectué par l’administration pénitentiaire.

Lire la suite

TOUS CONDAMNES … SOUS SURVEILLANCE ELECTRONIQUE !!!

Au moment où l’administration pénitentiaire fulmine et s’agite avec les recommandations du Conseil de l’Europe sur la « probation » (l’exécution des peines dans la collectivité qui ne se résume pas au contrôle, dixit la règle 1), elle ignore derrière ses études statistiques flatteuses l’impact désastreux du développement anarchique de la surveillance électronique.
Cette solution « miracle », économiquement rentable à court terme mais qui dévore ce qui reste de maigres « ressources humaines » dans les services en intensifiant considérablement le travail des personnels (sans pour autant réduire la surpopulation carcérale …), est bel est bien en train de devenir une alternative aux libertés et de conduire au néant toute réflexion sur la portée et la valeur ajoutée des actes professionnels.

Lire la suite

Le SPIP 94 placé sous tension

Le SPIP de Créteil a vécu ces trois derniers mois un grave épisode. 6 collègues du service PSE ont été placés en garde-à-vue mi janvier. Une suspension administrative a été prononcée. Tout ceci dans une ambiance de suspicion généralisée et de haute hypocrisie.

Cliquer ici pour imprimer ou télécharger le tract

Depuis plusieurs mois, une enquête judiciaire est dirigée autour du placement sous surveillance électronique dans le Val-de-Marne. En fonction des périodes et des interlocuteurs, on oscille entre accusations de malversations, soupçons de négligence et prise de conscience de dysfonctionnements techniques propres au dispositif. Quoi qu’il en soit, et (on a l’impression) peu importe la vérité, les agents du SPIP (cadres, CPIP ou surveillants) sont mis sous pression et mis en cause dans leur professionnalisme.

Lire la suite