Tag Archives: mobilisation2016

Vous n’y croyiez pas ? Pourtant en février 2018, vous serez catégorie A ! Une réforme « ouvrière et sociale »!

Version imprimable sortie CTM du 5 mai

Aujourd’hui se tenait un Comité technique ministériel au cours duquel le passage en catégorie A des conseillers d’insertion et de probation a été ENFIN adopté ! La partie statutaire des textes doit désormais être soumise pour avis au Conseil d’Etat avant d’être promulguée pour une application au 1er février 2018 !

Il est indéniable que des avancées conséquentes ont été actées dans cette réforme. En effet l’accès à la catégorie A pour les conseillers d’insertion et de probation marque un tournant historique pour les personnels.

Concernant les bornages indiciaires (en 2020 : IM 1er grade 394-638 et 2nd grade 503-668), ils correspondent à 5 points près à ceux du premier grade de la catégorie A type et sont donc extrèmement proches de ceux proposés par la CGT (cf argumentaire de mars 2017). Ainsi des gains indiciaires importants (entre 30 et 50 points d’indice selon le grade et l’échelon, soit entre 140 et 240 euros bruts mensuels) et de nouvelles perspectives d’avancement et de mobilité sont une satisfaction pour les personnels et pour la CGT qui les représente en terme de revalorisation du pouvoir d’achat, notamment des bas salaires. Pour la CGT c’est donc une réforme » OUVRIERE » !

Concernant les modalités de reclassement dans les nouvelles grilles indiciaires et surtout pour les personnels actuellement en hors classe, pour lesquels d’importantes incertitudes demeuraient, l’administration a confirmé un engagement interministériel de fixer un taux de promus/promouvables qui permettra à ces personnels l’accès au nouveau second grade d’ici 2020. Par ailleurs, les organisations représentatives seront associées aux discussions sur ce sujet (fixation du taux et tableau d’avancement).

L’accès à la catégorie A acte également la sortie d’un isolement voire d’un enfermement statutaire, issu du statut de 2010.

L’accès à la catégorie A des conseillers d’insertion et de probation constitue la reconnaissance de nos compétences et de notre niveau de responsabilité, et permet ENFIN une revalorisation salariale pour respecter l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

L’accès à la catégorie A est bien une occasion pour les personnels de réaffirmer une identité professionnelle forte conforme à nos missions, et à gagner une autonomie et une indépendance  propre à la catégorie A pour contrer toutes les tentatives de détournement de nos missions, notamment aux fins de renseignement.

En effet malgré la tentative à peine voilée d’un coup de pression de l’administration et d’une organisation syndicale rêvant de faire de nous des experts en criminologie, ce passage en catégorie A se fait à missions constantes et c’est un acquis majeur pour la CGT ! Bien que l’administration nous ait imposé une réécriture du texte, la CGT a été offensive pour conserver notre identité professionnelle de travailleur social et a réussi à amender largement l’article concernant les missions des CPIP ( ci-dessous en gras les propositions retenues de la CGT)

« Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation exercent les attributions qui leur sont conférées par les lois et règlements dans l’objectif de prévention de la récidive de la commission de nouvelles infractions et d’insertion ou de réinsertion sociale des personnes placées sous-main de justice.

Dans le cadre des mesures alternatives aux poursuites pénales, des mesures ou peines restrictives ou privatives de liberté, ils procèdent à l’évaluation globale, initiale et continue de la situation globale des personnes confiées par l’autorité judiciaire. Ils sont chargés de la conception et de la mise en œuvre du parcours et de l’accompagnement individualisé de l’exécution de la ou des peines et des mesures des personnes confiées, incluant le cas échéant le respect de leurs obligations judiciaires.

Leur expertise, notamment en matière de décisions de justice et de sentences pénales et d’accompagnement socio-éducatif et leurs connaissances en criminologie ainsi que l’impact de leurs actions sur l’exercice des libertés individuelles des publics qui leur sont confiés, leur confèrent plus largement un rôle majeur dans la politique d’individualisation des peines ainsi que dans le développement des alternatives à l’incarcération et des aménagements de peine, selon les conditions prévues par le code de procédure pénale.

Ils contribuent à la conception, à la mise en œuvre et à l’animation de partenariats de proximité répondant aux besoins des personnes accompagnées. Ils axent œuvrent plus particulièrement au travail sur le sens de la peine afin de concourir au maintien ou à la restauration de l’autonomie et à la responsabilisation des personnes suivies. Au sein des établissements pénitentiaires, ils contribuent notamment à la prévention des effets désocialisants de l’incarcération et à la préparation à la sortie des personnes détenues.

Placés sous l’autorité hiérarchique des directeurs pénitentiaires d’insertion et de probation, ils sont à titre principal affectés au sein d’un service pénitentiaire d’insertion et de probation. Ils peuvent également être affectés en direction interrégionale, à l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire, dans l’un des centres nationaux d’évaluation ou à l’administration centrale. »

La CGT a organisé une consultation des personnels et des syndicats locaux CGT en un temps record. Même dans des délais contraints, la CGT ne pouvait pas se priver d’une telle consultation démocratique. Conformément au mandat qui lui était conféré, la CGT a voté POUR cette réforme statutaire.

Quand bien même cette réforme ne répond pas à toutes les attentes des personnels, il s’agit indéniablement de la concrétisation d’une revendication historique à mettre au crédit de la lutte !

Le raccrochage à la filière socio-éducative sera pour la CGT l’occasion de mener un grand nombre de combats au côté des autres travailleurs sociaux pour la défense de nos missions, de notre secret professionnel, de notre déontologie et de nos méthodes d’intervention socio-éducatives.

POUR LA CGT, CETTE REFORME STATUTAIRE EST « OUVRIERE ET SOCIALE » !

La CGT salue la détermination, la patience et la pugnacité des personnels mobilisés et les remercie pour leur soutien et leur confiance.

Montreuil, le 5 mai 2017

Réforme statutaire : encore d’importantes inquiétudes mais un horizon est en vue !

Jeudi 6 avril se tenait une nouvelle réunion entre la DAP et les organisations syndicales représentatives dans le cadre de la réforme statutaire pour les personnels de la filière insertion probation. L’objet de cette réunion était la présentation des grilles indiciaires statutaires suite à la réunion interministérielle à Matignon du 4 avril.

Ci-joint, la version imprimable du communiqué Communiqué suite réunion 6 avril pdf

Les grilles qui nous ont été présentées apparaissent quasiment définitives et correspondent, comme le prévoit le relevé de conclusions des 22 et 26 juillet au « calendrier et aux modalités de la filière sociale ». Cependant d’importantes interrogations, pour ne pas dire zones d’ombres, demeurent sur les modalités de reclassement dans ces nouvelles grilles (taux de reclassement dans le grade nouvellement créé, conditions d’accès à ce nouveau grade, notamment pour les hors classe, reprise d’ancienneté, passerelles…etc). Ainsi les projets de grilles sont à ce stade à prendre de manière toute théorique, dans la mesure où ce sont les modalités de reclassements qui sont fondamentales pour mesurer l’impact d’une telle réforme statutaire.

 

Pour les CPIP, le 1er février 2018 marque le début de la réforme par l’accès à la catégorie A. En effet d’ici le 1er février 2018, les revalorisations indiciaires sont liées à l’application de PPCR. Cette première étape du 1er février 2018 ne permet que des gains initiaux bien maigres, 3 points en moyenne par rapport à janvier. En revanche à compter du 1er janvier 2020, les gains indiciaires seront beaucoup plus importants entre 30 et 60 points selon les échelons et le grade.

Mais c’est surtout concernant le reclassement que les inquiétudes sont fortes ! Nous savons déjà qu’un grade de classe normale et de hors classe, tel qu’il existe aujourd’hui jusqu’au 1er janvier 2018, laissera place de manière transitoire à trois grades à compter du 1er février 2018 (classe normale= 1er grade 2ème classe, hors classe=1er grade 1ère classe et création du 2ème grade). Mais aujourd’hui nous ne savons pas si ce 2ème grade  comprendra des agents, et si oui lesquels et à quelles conditions ! Sur ce point de l’abondement de ce nouveau grade, les arbitrages sont encore en cours…

Ensuite, à compter du 1er janvier 2020, les trois grades décrits redeviennent 2 grades !! Ainsi le 1er grade réunit et fusionne les 2 classes actuels (HC et CN) et le 2ème grade demeure. Ces modalités sont exactement les mêmes que celles appliquées à la filière sociale, contre lesquelles la CGT s’est d’ailleurs opposée tant elles sont défavorables aux personnels !

 

Pour les DPIP, seule la grille de DPIP classe normale est arbitrée pour l’instant. Les six premiers échelons ont été réévalués compte tenu des nouvelles grilles des CPIP et comme le prévoyait le relevé de conclusions.

Un autre point noir particulièrement scandaleux doit être souligner concernant l’IFPIP qui est d’un montant différent actuellement pour les classes normales et les hors classes. Or ces deux classes devant intégrer un seul et même grade en 2020, des différences indemnitaires importantes seraient alors constatées pour des agents de même grade et de même fonction ! Le RIFSEEP n’y changera rien ! Pire, cette différence serait définitive, puisque le RIFSEEP ne peut entraîner de diminution indemnitaire ! Pour rappel l’ensemble des organisations syndicales sont opposées au RIFSEEP et l’application de ce dispositif injuste à notre filière va causer, la CGT le sait déjà, des désastres !

 

Pour la CGT, cette présentation de grilles va dans le bon sens dans la mesure où les personnels verront des gains relativement conséquents. Cependant d’importantes inquiétudes demeurent notamment pour les CPIP hors classe, pour lesquels il est difficile de se prononcer dans la mesure où cela dépendra du grade dans lequel ils seront replacés en 2020. Quid du reclassement dans les nouvelles grilles entre 2018 et 2020 ? Existe-t-il encore un intérêt à devenir hors classe vue l’architecture des deux grilles et l’impossibilité, à partir de 2018, de percevoir un montant d’indemnités identique à celles que perçoivent les hors classe actuellement ? Quelles passerelles pour l’accès à une autre catégorie A de la fonction publique ?

 

Ainsi pour la CGT Insertion-Probation, il est encore difficile de se réjouir à ce stade, et il est indispensable désormais d’obtenir des engagements forts de la part de l’administration sur les points suivants :

  • Une grille avec des bornages indiciaires permettant de véritables gains et correspondant à une grille existante dans la filière sociale, afin de favoriser les détachements dans la fonction publique
  • Les montants de l’IFPIP en cas de fusion des deux grades
  • La certitude que tous les agents du hors classe actuels soient in finereclassés dans le second grade HC de catégorie A dans un délai raisonnable, au maximum de 3 ans à compter de 2018
  • Un taux promouvable/promus qui soit déterminé avec certitude et permettant d’atteindre l’objectif ci-dessus
  • Le critère de l’ancienneté doit être prioritaire et exclusif jusqu’en 2020 : c’est pour la CGT le seul critère équitable pour accéder au grade supérieur.

APPLICATION DU RELEVE DE CONCLUSION LA CGT Insertion Probation TOUJOURS MOBILISEE POUR : – Une réforme statutaire ambitieuse – La retraite des ASS

Toujours dans l’attente du respect des engagements pris en juillet 2016 par le ministre de la Justice et le Président de la République, un rassemblement des personnels d’insertion était organisé ce mardi 4 avril devant la maison d’arrêt des Baumettes.

Cliquer ici pour obtenir la version imprimable du communiqué Communiqué suite rassemblement DISP Marseille 4 avril 2017

C’est à cette occasion que nous avons appris que les augmentations de l’IFPIP et de l’IFO, promises dans le relevé de conclusion, étaient confirmées par leur parution ce jour même au Journal Officiel. Après l’arrêt de la pré-affectation et un léger renfort des recrutements, voici donc un 3eme point du relevé de conclusion effectivement mis en application.

 

Reste maintenant 2 points et pas des moindres :

– L’aboutissement de la réforme statutaire promise aux CPIP leur assurant l’accès à la catégorie A en 2018 selon le calendrier et les modalités prévues pour la filière sociale !! C’est maintenant que ce processus doit s’enclencher et c’est ce que nous sommes venus exiger !!

– La mise en place d’un dispositif global réglant de manière globale l’injustice que connaissent actuellement les ASS intégrées au corps de CPIP qui prennent leur retraite !!!

 

Merci aux camarades et collègues qui, par leur mobilisation ici et ailleurs, rappellent régulièrement nos décideurs à leurs engagements !

 


La CGT SPIP 13

Marseille le 05/04/2017

AUGMENTATION INDEMNITAIRE POUR LES PERSONNELS, 3e VICTOIRE SUITE A UNE MOBILISATION HISTORIQUE !!! NON CE N’ETAIT PAS UN POISSON D’AVRIL !

A la suite d’une mobilisation historique menée par les personnels de la filière insertion probation, un relevé de conclusions a été signé par le Garde des Sceaux et le Président de la République fin Juillet 2016 et l’ensemble des organisation syndicales représentatives des personnels.

Cliquer ici pour imprimer le Communiqué 5 Avril 3e victoire pdf

Après l’arrêt de la pré-affectation, dévastatrice pour les jeunes professionnels, les services accueillants au fort turn-over et épuisante pour les agents titulaires tuteurs.

Après une augmentation des recrutements de CPIP, indispensable pour améliorer les conditions de travail des agents dont les missions augmentent sans cesse sans les moyens humains nécessaires.

Voici ENFIN, la parution au journal officiel de l’augmentation de l’indemnité destinée aux personnels d’insertion et de probation (L’IFPIP). L’IFPIP est revalorisée de 70% pour les CPIP et l’IFO de 40% pour les DPIP. Cette augmentation correspond à 83 euros net mensuels (soit 2547 euros par an) pour les CPIP classe normale et 113 euros net mensuels (soit 3271 euros par an) pour les CPIP hors classe. Pour les DPIP une augmentation mensuelle de 103 à 183 euros en fonction des situations. Cette revalorisation indemnitaire est applicable au 1er avril 2017, comme le relevé de conclusion le prévoyait, elle pourra au mieux être prise en compte sur la paie du mois de mai, l’arrêté ayant été publié in-extremis.

Il s’agit donc de la troisième victoire dans la mise en œuvre du relevé de conclusions et la CGT Insertion Probation se félicite que les engagements pris au plus haut niveau de l’Etat, suite à une reconnaissance de la mobilisation légitime des personnels de la filière, se concrétisent ENFIN. Il faut le rappeler, ces revalorisations légitimes sont le fruit de cette lutte !

Néanmoins, la CGT reste vigilante, car il est temps de mettre en œuvre les autres engagements du relevé de conclusions. Nous attendons TOUJOURS la proposition de grilles indiciaires ainsi qu’un statut de catégorie A. La CGT Insertion s’est montrée particulièrement riche et combative dans ses propositions. Ainsi la CGT restera vigilante à ce que les décisions prises soient dignes de cette lutte et de la difficulté des missions de service public des personnels.

Enfin la CGT attend toujours le règlement équitable du calcul des pensions des retraites des personnels ASS reclassés CPIP ! Cette situation perdure depuis bien trop longtemps ! Les personnels concernés en font les frais et cette lenteur dans la mise en œuvre d’une solution est particulièrement méprisante envers ces personnels.

 

La CGT Insertion Probation soutient la mise en œuvre du relevé de conclusions et se félicite de cette nouvelle étape franchie. Elle sera de toutes les réunions qui permettront de mettre en œuvre les derniers engagements et attend des réponses aux propositions de fond qu’elle a faites !!!

 

Montreuil, le 5 avril 2017

La réforme statutaire des personnels d’insertion probation dans les lenteurs et les arcanes politico-administratives !

Il y a plus d’un an, les personnels d’insertion et de probation , privés du droit de grève, se sont massivement mobilisés pour aller arracher des avancées historiques dans un rapport de force que les personnels ont su instaurer !

Il y a plus de 8 mois que le Garde des Sceaux et le Président de la République ont pris des engagements envers les personnels dans un relevé de conclusions signé par l’ensemble des organisations représentatives des SPIP.

 

Mais aujourd’hui, légitimement inquiets les personnels ne peuvent que douter : douter de leur ministère, douter de leur administration qui ne laissent à voir aucun gage de sérieux dans le respect des engagements.

Il ne reste que 18 jours avant les échéances électorales présidentielles, la question se pose plus que jamais : les engagements pris envers les personnels seront-ils tenus ?

communiqué 31 mars 17 pdf

Le 10 mars, la CGT insertion probation, organisation majoritaire dans les SPIP l’annonçait clairement : il ne sert plus à rien de pinailler sur des détails ou de la sémantique, l’urgence est là : faire accélérer le processus pour aboutir le plus rapidement possible à la concrétisation de la réforme statutaire visant à des gains indiciaires importants pour les personnels ! Ainsi la CGT, dans l’intérêt des personnels a été force de propositions constructives et a transmis à tous les niveaux des propositions de grilles et un argumentaire métier.

 

Depuis que se passe t-il ? La CGT le sait : des propositions de grilles sont en cours de validation entre la Fonction publique et le Ministère. La bonne nouvelle est donc que l’on peut raisonnablement penser que les choses avancent dans le bon sens et l’objectif d’un passage en comité technique ministériel le 21 avril est à l’horizon ! Mais la CGT n’est pas dupe de ce Gouvernement et n’acceptera pas une réforme au rabais ! La CGT continue donc d’exiger dans l’intérêt des personnels des gains indiciaires conséquents et des modalités de reclassement acceptables !

 

Pour la CGT insertion probation, le raccrochage à la filière sociale est un élément qui était prévu dans le relevé de conclusion de juillet signé par les 3 OS de l’intersyndicale. Si certains ont beau jeu de le dénoncer aujourd’hui, la CGT elle assume cette signature.

Pour la CGT, ce raccrochage est bien une occasion pour les personnels de :

  • Réaffirmer une identité professionnelle forte conforme à nos missions,
  • Gagner en autonomie et en indépendance propre à la catégorie A pour contrer toutes les tentatives de détournement de nos missions aux fins de renseignements
  • Retrouver un espace statutaire cohérent dans la fonction publique favorisant la mobilité et les détachements.

Montreuil, le 31 Mars 2017

DI Marseille : Appel à un Rassemblement Régional le 4 avril 2017

APPEL à rassemblement régional le 4 avril 2017-1

PARCE QUE DEMAIN LES SIGNATAIRES DU RELEVÉ DE CONCLUSION NE SERONT CERTAINEMENT PLUS LÀ

ET QUE RIEN NE NOUS GARANTIT QUE LEURS SUCCESSEURS SE SENTIRONT LIÉS PAR DES ENGAGEMENTS NON TENUS PENDANT LA MANDATURE…

POUR FAIRE ENTENDRE QUE LES ENGAGEMENTS PRIS SE DOIVENT D’ÊTRE TENUS !

POUR QUE LA NÉGOCIATION STATUTAIRE DEVIENNE CONCRÈTE ET ABOUTISSE À LA PRÉSENTATION D’UN PROJET

RESPECTANT LES ENGAGEMENTS PRIS EN JUILLET 2016 !

POUR QUE CE PROJET SOIT VALIDÉ PAR LE MINISTÈRE AVANT LA FIN AVRIL !

POUR TOUTES CES RAISONS,

LA CGT APPELLE L’ENSEMBLE DES PERSONNELS DE LA DI DE MARSEILLE À SE RASSEMBLER

LE MARDI 4 AVRIL A 10H00 DEVANT LES BAUMETTES.

Ce rassemblement sera suivi d’une AG.

A L’IMAGE DES RASSEMBLEMENTS RÉCENTS À PARIS, RENNES ET TOULOUSE,

MAINTENONS LA PRESSION DES TERRAINS, SANS LAQUELLE NOTRE ADMINISTRATION EST INCAPABLE D’HONORER SES ENGAGEMENTS !

Les acquis du relevé de conclusion ont été obtenus par la mobilisation des terrains.

Nous comptons sur votre mobilisation pour peser sur leur concrétisation réelle!

Venez nombreux!!!!

Rassemblement DI Toulouse : RELEVE DE CONCLUSIONS : LES CPIP TOUJOURS VIGILANTS !!

RELEVE DE CONCLUSIONS : LES CPIP TOUJOURS VIGILANTS !!
Face aux lenteurs des réponses de la DAP, nous étions une quarantaine de collègues à Toulouse, jeudi 9 mars, devant la Cité Administrative où se trouve la DI.
Nous avons rappelé les engagements pris par la DAP dans un document signé par le Ministre de la Justice et le Président de la République mais dont certains points ne sont toujours pas respectés 8 mois plus tard !!


Nous resterons vigilants jusqu’à l’application pleine et entière du relevé de conclusions !
Montpellier, le 13/03/2017

Point d’étape sur les négociations statutaires. La CGT à l’offensive et constructive pour le respect des engagements envers les personnels

Signé en juillet dernier, à l’issue d’une lutte historique des personnels des SPIP, le relevé de conclusions prévoyait l’ouverture de négociations statutaires pour la filière insertion probation CPIP et DPIP dès septembre 2016 devant aboutir à une phase de négociations des grilles indiciaires début 2017. Malgré l’insistance de l’intersyndicale insertion probation, ce calendrier est très loin d’avoir été respecté. Ces travaux n’ont tout simplement pas été ouverts en 2016 et un cadre de négociations au rabais a finalement été proposé par l’administration il y a un mois seulement ! La CGT s’est engagée dans ce processus de « discussions » depuis le 16 février. Mais après 4 rencontres, nous n’en tirons qu’un seul constat : rien ne sert de subir ce semblant de négociation qui ne fait rien avancer !  Nous parlons bien de « rencontres » car il serait mensonger de parler de réunions de travail, tant la coquille est vide ! Les documents de travail sont indigents voire inexistants, l’administration n’a quasiment aucune proposition à soumettre aux organisations syndicales, si ce n’est des sujets, certes importants, mais qui n’ont rien à voir avec la réforme statutaire. Au vu de l’urgence, il est inutile de s’égarer à travailler sur des thématiques qui pourront faire l’objet de discussions après l’échéance des élections !

Version imprimable communiqué point étape réforme statutaire FIP

Dans un autre contexte, la CGT aurait assurément exigé le respect du cadre de négociation initialement prévu. Toutefois en cette année d’élection présidentielle, la donne est particulière. L’enjeu est de faire aboutir au plus vite ces revalorisations indiciaires qui correspondent à une application des engagements pris par le Ministre de la Justice et par le Président de la République.

Demain ils ne seront certainement plus là et rien ne nous garantit que leurs successeurs se sentiront liés par des engagements non tenus pendant la mandature…
Le temps restant s’amenuise et l’urgence est de rendre réelles les promesses statutaires obtenues par les personnels au cours d’une mobilisation historique !
Consciente de cet écueil, la CGT a élaboré un argumentaire métier et des propositions de grilles qui ont été transmises lundi 6 mars 2017 aux différents interlocuteurs de cette négociation : DAP, Ministère, Fonction Publique, ainsi qu’aux autres organisations syndicales. Afin que chacun puisse se saisir des enjeux statutaires complexes, la CGT vous transmet ses propositions (l’argumentaire métier cliquer ici ainsi que l’analyse du PPCR cliquer ici). C’est pourquoi, la CGT exige aujourd’hui un changement de braquet et une accélération du processus. Un Comité technique Ministériel se tiendra le 21 avril prochain et il est indispensable que les textes finaux y soient présentés.

La CGT appelle l’ensemble des organisations syndicales à rejoindre cette exigence et ne pas perdre du temps à tergiverser sur des détails dans l’intérêt des personnels !

A l’image des rassemblements récents à Paris, Rennes et Toulouse, la CGT invite les personnels à rappeler à l’administration que ses promesses doivent être tenues !

Montreuil, le 10 mars 2017

Communiqué de Presse Les personnels d’insertion et de probation se mobilisent pour rappeler à François Hollande ses engagements !

Ce 7 mars 2017, plus d’une centaine de conseiller.e.s pénitentiaires d’insertion et de probation ont manifesté leur colère, et ont participé à des rassemblements régionaux. A Toulouse, les personnels en colère se sont donnés rendez-vous devant la Direction intérrégionnale le 9 mars.

Version imprimable communiqué mobilisation SPIP
Devant la direction interrégionnale de Rennes, toutes et tous ensemble, ils ont fait flotter drapeaux et banderoles pour exiger la satisfaction de leurs revendications légitimes.
A Paris, les conseillère.e.s en colère des services d’Ile de de France ont été rejoints Place de la Madeleine par des collègues de Nancy, de Liancourt, de Chartres, de Blois et d’Orléans pour faire flotter drapeaux et banderoles jusqu’aux portes de l’Elysée, afin d’exiger la juste reconnaissance qui leur est due.
Convaincu.e.s que le service public est LA solution et non pas le problème, les personnels en colère ont fait converger leur lutte vers celles de l’ensemble des fonctionnaires qui manifestaient ce même jour.
Aujourd’hui, journée internationale des droits des femmes, l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes n’est toujours pas acquise par la revalorisation nécessaire d’une profession féminisée à 75%.
Cette colère est celle qu’ils ont exprimée dans leur lutte historique en 2016 qui a donné lieu à la signature par le Ministre de la Justice et l’ensemble des organisations représentatives d’un relevé de conclusions le 22 juillet dernier, contresigné le 26 juillet par le Président de la République. A 60 jours des élections présidentielles, les avancées promises il y a maintenant plus de 7 mois font plus l’effet d’une promesse de chimère.
Ces 7 mois auraient pourtant pu largement être mis à profit pour le respect des engagements. Or, les avancées salariales prévues pour avril ne seront pas en temps et en heure sur les fiches de paye. Or, la question des retraites des assisitant.e.s de service social n’est toujours pas réglée. Or, les négociations pour l’accès à la catégorie A piétinent faute de propositions concrètes de l’administration.
A Paris, à l’initiative des manifestant.e.s qui voulaient rappeler au Président de la République la parole donnée, la conseillère Justice de François Hollande a accepté de recevoir inopinément une délégation de la CGT insertion probation.
Lors de cette rencontre, la conseillère de l’Elysée s’est montrée étonnée que les engagements n’aient pas trouvé pour nombre d’entre eux une concrétisation. Cette dernière a reconnu que le temps était compté, ne pouvant assurer ce qu’une alternance politique pourrait entraîner sur la réforme statutaire de la filière insertion probation, notamment.
La CGT insertion probation, force de propositions pour la satisfaction des revendications des personnels, lui a remis l’argumentaire métier et indiciaire qui a été adressé à la direction de l’administration pénitentiaire, au Ministère de la Justice, à la Fonction Publique en début de semaine et a insisté sur la nécessité d’accélérer le processus pour un examen des textes statutaires au Comité technique Ministériel du 21 avril.

Montreuil, le 8 mars 2017

Document de travail : ARGUMENTAIRE CGT REFORME STATUTAIRE FILIERE I.P./DAP :

A la suite d’une mobilisation d’ampleur dans les Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation, un relevé de conclusions était signé le 22 juillet par le Ministère de la Justice et les 4 organisations syndicales représentatives au CT SPIP[1]. Le 26 juillet, ce relevé était contre-signé par le président de la République, qui voulait signifier ainsi son engagement fort sur les différents points. Nous ne détaillerons ici que ce qui concerne le point relatif à la réforme statutaire.

La CGT insertion  probation propose un argumentaire métier et indiciaire visant à la revalorisation de la filière insertion probation.

Version imprimable de l’argumentaire CGT filière insertion probation grilles

Lire la suite

« Older Entries