Tag Archives: organisation de service

SPIP 24 Déclaration liminaire CGT et SNEPAP-FSU au comité technique

Monsieur le Président du CT,

Nous constatons que les comités techniques deviennent un simulacre de dialogue social. En effet nous devons vous rappeler à nouveau la procédure du CT, qui n’est pas par une simple « réunion syndicale », mais répond à un formalisme, garant du dialogue social : modalités de convocations, réalisations de compte-rendus, tenue d’un ordre du jour…

Pour justifier de ne pas nous avoir convoqués dans les délais vous avez pu dire à certains d’entre nous qu’il n’y a « rien sur le feu » au SPIP 24.

Version imprimable déclaration liminaire 15 mai 2017 spip 24

Et pourtant :

Au niveau RH, quelle équité sur le département ?

–  sur Périgueux une contractuelle a été recrutée pour pallier une décharge de travail d’un formateur relais, ce qui permet au service de fonctionner à la normale

–  A MAUZAC, le service tourne actuellement à 3,4 ETP pour 340 détenus, et demain : 2,6 voire 1,8 car un congé maternité en attente et un détachement en suspens. Par ailleurs toutes les demandes de TP le même jour ont été validées par le DFSPIP. Un seul CPIP reste tout seul le mercredi et ne s’en plaint pas, donc la hiérarchie valide ???

 

Lire la suite

Dénis de réalité à QUIMPER

Dernièrement nous avons alerté notre hiérarchie et les magistrats de l’application des peines de Quimper sur nos difficultés actuelles et surtout futures par rapport à la prise en charge des PPSMJ .

En effet , en raison de départs en retraite non remplacés (2 ) , d’agents en disponibilité ,en arrêt maladie de longue durée , en congé maternité , le SPIP de Quimper va perdre 40 % de son effectif en Août 2017 .

8 agents vont devoir faire le travail de 13 !

Version imprimable Tract intersyndical Quimper 15 05 2017

En dehors de mesurettes à évaluer ( BEX collectif , rapports à 6 mois ) , notre hiérarchie ne nous propose aucune solution viable sauf à accepter le démantèlement d’une organisation sectorielle , qui a fait ses preuves depuis longtemps sur notre territoire , au profit d’un Salmigondis indigeste et ingérable tant pour le personnel que pour la population suivie .

Lire la suite

PERMANENCE TETRIS AU SPIP 78: GAME OVER!

Depuis plusieurs mois, les permanenciers sont à la peine: ils ne cessent de faire face à des défaillances de plus en plus nombreuses qui n’augurent rien de bon à l’approche de la période estivale!

Version imprimable tract permanence 78
Il devient coutumier d’avoir des tableaux de permanences incomplets sur les mois en cours, ce qui entraîne un recours habituel au tableau de roulement et à des sollicitations des agents régulièrement le jour même. Les tableaux sont creusés comme des gruyères dès le premier jour du mois concerné…

Lire la suite

SPIP 92 Déni de démocratie

La mobilisation des personnels, à l’initiative de l’intersyndicale CGT-SNEPAP-CNT s’est avérée payante puisqu’elle a, sans nul doute, fortement contribué au maintien à son poste de notre chargé d’accueil contractuel qui venait de se voir signifier brutalement la fin de sa mission.

Nous nous félicitons de ce succès, preuve que l’action solidaire est efficace et nous remercions les personnels qui ont pris part au mouvement.

Restons mobilisés car notre collègue n’est reconduit à son poste que jusqu’au 31 août 2017.

Version imrpimable tract intersyndical du 15 février 2017

La réorganisation du SPIP des Hauts de Seine devenue effective en octobre 2016 constitue une source de mécontentement pour nombre d’entre nous. L’équipe d’encadrement à lancé une réflexion sur cette réorganisation qui devrait se traduire par la publication d’un bilan.

Les représentants des organisations syndicales regrettent que cette réflexion s’effectue précipitamment, dans des conditions telles qu’elles ne peuvent s’associer à ce travail.

Nous sommes allés rappeler au directeur que les questions qui touchent à l’organisation du service ne peuvent être conduites sans que les représentants des personnels qui siègent au Comité Technique ne soient consultés.

Au delà de la tenue formelle des Comités Techniques qui reste incontournable selon les textes en vigueur, nous avons rappelé au directeur que le recours à des représentants plus ou moins occultes d’une fraction des personnels ne peut suppléer la consultation de l’ensemble des personnels, ce qui reste la vocation des organisations syndicales.

Le chantier du futur SPIP-Quartier de Semi-Liberté des Hauts de Seine a repris après un gel de plusieurs années.

Nous avons déploré auprès du directeur les conditions dans lesquelles la Direction de l’Administration Pénitentiaire conduisait cette opération. Il s’agit d’un véritable déni de démocratie puisque ni les personnels, ni leurs représentants n’y ont été associés.

L’histoire balbutie, On se souvient que la localisation actuelle du SPIP des Hauts de Seine a été conquise de haute lutte, après des mois de mobilisation intense et d’actions syndicales alors que l’Administration Centrale nous réservait une place à coté de la déchetterie de Nanterre. Grâce à notre combat, nous avons finalement été associés au choix des nouveaux locaux que nous occupons aujourd’hui à deux minutes du RER A.

Le projet de SPIP-QSL place le futur établissement dans un environnement plutôt hostile, aux confins d’une zone industrielle occupée par des usines dangereuses et polluantes et à au moins quinze minutes de la gare RER mal desservie par les bus ce qui la rend difficilement accessible au public.

Nous avons demandé au directeur de nous informer de l’état du chantier en cours afin que chacun, à partir d’une réunion de service puisse se faire une idée du projet entrepris par les services de la Direction de l’Administration Pénitentiaire sans aucun égard pour les personnels et les publics directement concernés.

Nanterre, le 15 février 2017,

SPIP 34 – Compte-rendu CGT du Comité technique spécial

Vos élus CGT du SPIP de l’Hérault vous rendent compte des résultats du Comité Technique Spécial qui s’est tenu à Montpellier le 25.08.2016.
Pour rappel, comme stipulé par la circulaire d’application du décret n°2011-184 du 15 Février 2011, “Au-delà des problèmes d’organisation et de fonctionnement des services, les comités techniques connaissent des questions relatives aux effectifs, aux emplois et aux compétences des agents. Ils sont également informés des principales décisions à caractère budgétaire ayant des incidences sur la gestion des emplois.”

Version imprimable compte-rendu-cgt-du-cts-du-25-08-16
Le CTS du 25/08/2016 avait pour objet principal la présentation des projets des nouvelles organisations de service sur le département, adressés fin juillet aux personnels.
Pour la CGT, il n’est pas concevable que ces projets dont les conséquences sur le travail au quotidien des personnels sont importantes puissent être mis en place sans en être discutés préalablement avec les principaux intéressés.

Lire la suite

SERVICES PENITENTIAIRES D’INSERTION ET DE PROBATION – RECOMMANDATIONS DE LA COUR DES COMPTES ANALYSE DE LA CGT

En pleine mobilisation au sein des Services Pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP), le 30 mai 2016, la Cour des comptes rendait public un référé qui dénonçait des faiblesses  dans la prise en charge et le suivi par l’administration pénitentiaire des majeurs condamnés. Il est important pour la CGT insertion probation d’en faire sa propre analyse d’autant que la rentrée sera aussi celle où les questions soulevées par la Cour des Comptes seront d’actualité : ouverture des négociations pour un meilleur statut des personnels d’insertion et de probation, élaboration d’organigrammes, mais également l’expérimentation des outils d’évaluation au sein des SPIP et aboutissement du référentiel de pratiques opérationnelles dans un contexte où les surenchères politiciennes et sécuritaires font recette et où les peurs des citoyens sont instrumentalisées pour justifier un état d’urgence permanent.

Lire la suite

SPIP 13 Contribution CGT PROJET DE RÉORGANISATION DE SERVICE : SPIP MAISON D’ARRÊT DE LUYNES

Au préalable de l’entame de l’étude du projet de réorganisation du service voulu par le DFSPIP, la CGT SPIP 13 est attachée à faire un point sur l’état des ressources humaines sur la résidence administrative d’Aix.
En effet, la volonté de réorganiser notre service n’est pas nouvelle. Depuis 3 ans, plusieurs tentatives ont déjà été opérées visant à la création de pôles « arrivants » et « condamnés ». Ces projets avaient tous avorté du fait de l’état des ressources humaines jugées insuffisantes pour la mise en place d’un tel projet. Alors que le DFSPIP annonce plusieurs mois des renforts exceptionnels pour septembre 2015, nous souhaitons ici faire un état des lieux objectif.

A ce jour, la Résidence Administrative d’Aix en Provence compte 25 CPIP (16 en milieu ouvert, 9 en milieu fermé). La Commission Administrative Paritaire d’avril 2015 avait effectivement offert la perspective d’un renfort conséquent avec l’ouverture de 5 postes sur la RA d’Aix. Toutefois, les aléas de la CAP ont aboutis à un tout autre résultat : avec 3 départs pour 2 arrivées, l’équipe sera une nouvelle fois réduite d’1 agent titulaire.

Malgré ce constat comptable, le DFSPIP semble connaître de grosses difficultés à faire le deuil de ces renforts. L’arrivée potentielle de stagiaires dans le cadre de la pré affectation est régulièrement mise en avant comme facteur de renfort.
Cette arrivée est réelle, mais le renfort est contestable. Rappelons d’une part que le nombre de stagiaire n’est pas encore connu, il ne le sera qu’à la mi juillet. D’autre part quelques principes fondamentaux sur la situation de ces agents doivent être rappelés :

– Ils sont en formation, leur pré affectation n’a pas vocation à remplacer des agents titulaires, mais à poursuivre ladite formation avant leur titularisation en septembre 2016.
– Leur formation prévoit une progressivité, débutant par la prise en charge de quelques dossiers et plafonnée à 50 dossiers en fin d’année.

– Cette affectation se fait en doublon titulaire/stagiaire. Les titulaires doivent donc leur consacrer du temps, ce qui n’est jamais évoqué par la hiérarchie.
– Une année de formation doit permettre à un agent en formation de découvrir les différentes facettes du métiers et le caractère mixte de l’antenne d’Aix le permet. C’était d’ailleurs le choix qu’avait opéré votre prédécesseur.

Les pré affectés ne seront titulaires qu’à l’issue de leur formation et ne pourront effectivement être considérés comme des renforts qu’en septembre 2016. Dans l’attente, ces stagiaires sont une charge pour les collègues en même temps qu’une richesse pour les services. Leur apport dans la vie du service doit intervenir progressivement, en fonction de leur évolution. Dès lors, il nous parait inenvisageable et même scandaleux que leur arrivée puisse être comptabilisée dans les projets de réorganisation du service.

PROJET DE RÉORGANISATION DE SERVICE : SPIP MAISON D’ARRÊT DE LUYNES

Une fois ces éléments fondamentaux rappelés, permettez nous d’aborder deux points : la critique du projet présenté ici, ainsi que la présentation d’une proposition d’organisation service alternative répondant davantage, à notre sens, aux enjeux auxquels l’équipe de Luynes se trouve confrontés.

 

Pour lire l’ensemble de la contribution CGT projet réorganisation Luynes

SPIP 13 courrier au DFSPIP

Nous avons bien réceptionné votre courrier adressé aux agents du SPIP 13 en
réaction au boycott du Comité Technique prévu le 23 juin 2015 par l’ensemble des
organisations représentatives.
Nous souhaitons nous même réagir à votre courrier sur plusieurs éléments :
Rappelons tout d’abord que ce boycott n’est pas sans raison. Il est la conséquence de
l’absence de réponse de votre part suite à la demande intersyndicale de modification d’un
ordre du jour qui nous semblait surchargé et prématuré notamment concernant l’étude des
projets de réorganisation.

Lire la suite

SPIP 13 Baumettes chronique d’un échec annoncé

Une réorganisation menée « tambour battant » qui devait nous permettre de nous recentrer sur nos missions.
Des groupes de travail qui n’en ont pas été même si vous cherchez à nous en convaincre, et qui n’ont pas permis à l’équipe d’être entendue lorsqu’elle a fait des propositions ; ce ne fut malheureusement pas le cas. Les groupes de travail ayant été menés à l’image du management proposé par la hiérarchie depuis plusieurs mois : sans prise en compte de la parole ou du mal être des agents, d’une manière autoritaire voire maltraitante .

Un chiffrage quasi absent et loin d’apporter un éclairage précis sur les charges de travail réelles.

Alors aujourd’hui, après 3 mois de fonctionnement nouveau, quel bilan pouvons-nous tirer ?

 

– Une équipe en grande difficulté, épuisée par une charge de travail exponentielle alors que les effectifs ne sont pas là.
– Une équipe qui loin de pouvoir se recentrer sur ses missions, s’éparpille pour pouvoir répondre à toutes les demandes.

– Une équipe proche du burn-out qui ne trouve plus de sens à son travail et qui a déjà lancé plusieurs « SOS ».

Le pôle « Evaluation-Courtes peines » a le sentiment de faire de « l’abattage » Loin des objectifs visés, le nombre sans cesse croissant de PPSMJ écrouées rend ces tâches répétitives.
Ce pôle est difficilement en mesure de faire des diagnostics dignes de ce nom d’autant que les PPSMJ quittent le secteur arrivants après 2 ou 3 jours, voire moins , afin d’être affecté sur les bâtiments, et ce, faute de places.

Un pôle condamné empêtré dans une multiplication de tâches diverses, de rapports (DC et LSC), de préparation des dossiers de CAP, ne leur laissant plus la possibilité de faire des entretiens en détention, d’autant qu’ils doivent aussi pallier aux absences d’autres collègues.

Ce constat est particulièrement criant sur le bâtiment B concentrant les « Courtes et moyennes peines ».
Des équipes CSL/Bâtiment B et MAF/ Bâtiment B elles aussi en grande souffrance. On sait combien ces postes mixtes sont difficilement gérables. D’autres solutions avaient été envisagées par l’équipe mais vous n’avez pas voulu les entendre.

Lire la suite