Tag Archives: RH

Problèmes récurrents d’Origine au SPIP de la Dordogne, mais quelle est donc l’origine du problème?

communiqué 21 12 2018

Depuis de trop nombreux mois, la gestion des ressources humaines est problématique au SPIP de la Dordogne, du fait de l’absence prolongée de personnel administratif sur ce poste (suite au départ après une mutation de l’agent en charge des RH en janvier 2018, les missions n’ont plus été exercées de manière pérenne).

Nous avions déjà été contraints d’alerter la DISP de Bordeaux en septembre 2018, pour signaler que le traitement des frais de déplacement des agents de la Dordogne accusait un retard de presque cinq mois. Nous avions trouvé un certain écho, le retard étant ensuite résorbé en quelques semaines (même s’il tend de nouveau à s’accentuer).

Ce sont désormais les compteurs Origine des agents qui ne sont plus à jour, et ce de façon systématique, parfois pendant plusieurs semaines.

On pourrait penser qu’il ne s’agit que d’un logiciel de badgeage, donc sans grande importance pour les agents.

Mais en cette fin d’année, à l’approche des vacances de Noël, c’est tout de même le logiciel qui leur permet d’effectuer le prévionnel de leurs congés en visualisant leur nombre de congés restant, de jours de récupération crédit temps générés, de jours à éventuellement déposer sur leur compte épargne temps.. En bref, qui facilite la mise en oeuvre de leur droit aux congés.

Mais lorsqu’il manque un personnel administratif au siège du SPIP de Dordogne, que ce soit au niveau des RH ou de l’économat, ses tâches sont dévolues à l’autre PA présent qui double donc sa charge de travail, ou à défaut, les dossiers s’empilent en attendant  un retour à meilleure fortune pour être gérés.. même si cela doit durer des mois!

Et ce n’est pas faute d’avoir demandé au DFPIP de la Dordogne lors des différents CTS de trouver des palliatifs en l’absence prolongée de gestionnaire RH.

Tout en lui rappelant d’ailleurs la précieuse note de service du 07/11/2017 actant la répartition des dossiers gérés par le siège entre le DFPIP et son adjointe: les ressources humaines relèvent bien des attributions du DFPIP, soyons en rassurés.

Mais à l’époque de la rédaction de cette note, il est vrai, le service n’avait pas rencontré d’absence de PA gestionnaire des RH depuis longtemps!

Au délà de permettre aux agents une gestion convenable de leur temps de travail, l’absence de mise à jour régulière des situations sur Origine s’avère par ailleurs problématique.

Une note de la DAP datée du 18/05/2018 proposait cette année aux PA et PIP une option pour la mise en œuvre de la journée de solidarité du 21/05/2018, quant au décompte de leur absence.

Mais en Dordogne, ce n’est qu’au début du mois de décembre qu’on demande aux agents de se prononcer et de prévoir un nouveau jour absence, alors que leur prévisionnel de congés de fin d’année est déjà acté et validé dans la plupart des cas..

Plus généralement, ces carences au niveau de la gestion des ressources humaines impactent les agents dans leur quotidien: impossibilité d’obtenir rapidement les documents administratifs nécessaires dans leur vie privée (délai de plusieurs semaines pour un duplicata de fiche de paie, ou une attestation employeur), transmission en dehors des délais de paiement des amendes liées à l’utilisation des véhicules de service (la majoration devant être à la charge de l’agent évidemment)..

Sans parler de la gestion hasardeuse des absences par notre hiérarchie, malheureusement toujours au détriment des agents qui se voient opposer des refus arbitraires, non fondés sur des nécessités de service, d’autorisation d’absence pour garde d’enfant ou de récupération d’heures supplémentaires.

Ces difficultés sont amplifiées par la non communication aux agents des absences imprévues des PA ou d’un calendrier prévisionnel de permanence des cadres du siège.

Ces trop nombreux exemples s’inscrivent par ailleurs dans une politique managériale défaillante.

Si le bilan des activités du SPIP n’est plus réalisé (absence de rapports d’activités en 2016 et 2017, absence de notation des CPIP pour l’année 2017), les perspectives restent incertaines (aucune mise à jour du diagnostic orienté de structure depuis 2015 par exemple) et les directives contradictoires.

La proposition de participation à des groupes de travail sur la mise en oeuvre du RPO ou aux formations dispensées par la DISP, initialement prévue sur la base du volontariat s’est rapidement transformée en exigence de la hiérarchie, avec menaces à l’appui.

Ces objectifs sont dans l’immédiat ceux de notre hiérarchie mais ne correspondent pas à la réalité des antennes, toujours confrontées à une charge de travail trop importante (même si notre hiérarchie semble l’éluder, en atteste le refus récent de disposer d’un CPIP placé).

Les agents du SPIP de Dordogne ont à cœur de remplir la mission de service public dévolue, avec une prise en charge de qualité des personnes suivies.

Le temps perdu par les agents à régler ces difficultés de gestion de ressources humaines parasitent en permanence l’exercice de leurs missions, ce qui est inadmissible.

Dès lors, il semble légitime qu’ils exigent de leur hiérarchie qu’elle respecte à minima leurs droits, qu’elle mette en œuvre les moyens nécessaires pour y parvenir et facilite la gestion administrative de leurs situations individuelles.

La CGT insertion et probation du SPIP de Dordogne sera présente plus que jamais, suite au mandat qui vient de lui être donné, pour constamment le leur rappeler.

 

Le bureau local de la CGT insertion et probation, collectif de la Dordogne.

1984-2018… ET APRES ?

Communiqué CGT Dole

  • 34 ans de présence ininterrompue au SPIP de Dole pour notre collègue éducatrice spécialisée « vacataire »,
  • 34 ans d’investissement au sein du service et auprès des publics
  • 34 ans d’une attitude exemplaire tant avec le public qu’avec ses collègues successifs
  • 34 ans d’une loyauté à toute épreuve et un sens du service public sans faille
  •  34 ans, des centaines de personnes suivies et des milliers d’écrits professionnels
  • 34 ans d’un travail partenarial d’une grande qualité
  • 34 ans d’adaptation à l’évolution du métier, des missions et du public 34 ans ? Et pour quelle reconnaissance

Après des années de relance et de lutte (courriers, RDV en DI et à la DAP) pour une régularisation de sa situation « contractuelle » et une reconnaissance du travail accompli, notre collègue a ENFIN reçu une réponse… INDECENTE:

CDI à mi-temps avec période d’essai de 3 mois ; oui vous avez bien lu, après 34 ans de bons et loyaux services, notre collègue a encore tout à prouver… L’administration se réserve le droit de licencier « pour raison de service » un agent en poste depuis 34 ans ; raison de service = à sa guise ?

Conditions tarifaires inférieures à celles d’un sortant d’école ou d’un ANT nouvellement recruté.

Mode de transmission dudit contrat par mail sans aucune information, notification ou explication de la part d’un cadre du service

Que dire de l’attitude passive des différentes hiérarchies qui se sont succédées dans la gestion de cette situation ?

Nous exigeons sans délai le rétablissement de notre collègue dans ses droits à obtenir :

  • un contrat à la hauteur de son engagement une rémunération tenant compte de son expérience la suppression de la période d’essai pour cette collègue ayant déjà prouvé sa valeur durant les 34 années passées

Fait à Dole le 12 novembre 2018 à l’unanimité des agents présents.

DANS LES SPIP DE LA DISP PARIS PRIME A LA CASSE… DES PERSONNELS

En Ile de France, l’année se poursuit avec des services exsangues,

des agents surexploités dans l’indifférence la plus totale.

Oct 18 – Tract DI Paris – RH

Malgré des alertes répétées au fil des ans sur l’état des RH dans les services de l’île de France, la situation ne fait qu’empirer.  Rien que pour la CAP des sortants d’école 2018, ce sont 24 postes qui n’ont pas été pourvus sur la DISP de PARIS dont la plupart dans les milieux fermés.  Il faut ajouter à cela les détachements, mises à disposition, postes non ouverts et arrêts maladies.

Or, malgré ce manque cruel de personnel, plusieurs antennes ont près de la moitié de leurs effectifs vacants, et que le constat est partagé par tous, l’AP annonce qu’elle veut couper les crédits de recrutement des contractuels, seule source actuelle de renfort dans tous les services !

 

La CGT IP exige le maintien des effectifs à niveau constant par le recrutement de contractuels  afin d’assurer la continuité du service et de protéger les agents

 

Les principales victimes de cette situation sont de jeunes collègues, tous corps confondus, qui découvrent durement la réalité du terrain. Laissés pour compte dans des établissements délabrés, confrontés à des publics spécifiques qui multiplient les problématiques, ils voient leur charge de travail exploser dans l’indifférence générale.

De plus, cette décision n’offre aucune perspective positive d’évolution aux collègues présents sur ces antennes. Si l’administration souhaitait écœurer ses nouvelles forces vives elle ne s’y prendrait pas autrement !

La CGT Insertion probation exige un état des lieux dans tous les services SPIP de la DI  de Paris :

  • besoins en personnels insertion probation (en comptabilisant les heures écrétées, les contrats de vacataires…),
  • besoins en personnels administratifs (idem)
  • installation matérielle : locaux, informatique

 

Dans l’attente, il devient urgent de PRIORISER les taches de personnels qui ne peuvent pas couvrir la somme de travail à accomplir : suspension des CPU/ réunions, présentation des dossiers en CAP par les cadres….erte

 

NOUS DÉNONÇONS LA MISE EN DANGER DES AGENTS DANS UN CONTEXTE D’USURE , DE FATIGUE, ET DE NON- CONSIDÉRATION DU SOUS EFFECTIF PATENT DES SERVICES

 

Agents en SPIP Île de France, La CGT Insertion Probation  vient à votre rencontre :

le 18/10 :   HMI à Paris

le 24/10  :  HMI à Fleury

le 9/11 :     HMI à Melun

le 12/11 :   HMI à Bois d’Arcy et Versailles

le 13/11 :   HMI à Fresnes et Créteil

le 19/11 :   HMI à Courcouronnes

 le 20/11 :  HMI à Villepinte et St Denis

Lettre ouverte à Monsieur le Directeur de l’Administration Pénitentiaire

A réception de la liste des postes proposés à la mobilité des CPIP, nous avons appris avec effarement que le SPIP du Centre Pénitentiaire du Havre n’y figurait pas.

Pour accéder à la version imprimable, cliquez sur le lien suivant lettre ouverte Le Havre 280218

Pourtant, ce service a un effectif théorique de 9 CPIP. Pourtant, il ne compte actuellement que 4 titulaires et 3 contractuels dont les contrats prendront fin dans les prochains mois.

Et donc, 5 postes auraient dû être proposés au mouvement pour ce service qui tourne depuis plusieurs années avec un nombre insuffisant d’agents et dont une part importante est composée d’agents contractuels souvent mis en difficulté et dont la précarité des postes ne peut permettre une fidélisation.

En 12 mois, 11 contractuels se sont succédés. Autant de personnes qui, à peine formées par leurs collègues titulaires, laissent la place à de nouvelles recrues. Le dernier contractuel arrivé il y a un mois a d’ores et déjà démissionné.

Nous avions alors exprimé notre effarement auprès de notre hiérarchie et par voie d’information syndicale …

Et nous vous exprimons aujourd’hui notre indignation d’apprendre que cette absence de publication de postes au Havre pourrait être le résultat d’une inconséquence administrative !

Que l’état d’abandon dans lequel est laissé le SPIP milieu fermé du Havre soit le résultat d’une décision politique arbitraire ou qu’il soit le fruit d’une incompétence de l’administration, peu nous importe.

Le Centre Pénitentiaire du Havre fait partie des 27 établissements les plus sensibles en matière de terrorisme et radicalisation violente. Il est pilote en matière de programme RESPECTO et des groupes de parole RESPIRE.

Aussi, nous exigeons que cette situation soit réexaminée et que soit mis à la disposition du SPIP milieu fermé du Centre Pénitentiaire du Havre, les moyens humains nécessaires à son fonctionnement.

Nous exigeons la publication d’un additif à la note de mobilité proposant 5 postes au centre pénitentiaire du Havre.

Dans l’attente de votre décision, nous vous adressons, Monsieur le Directeur, nos cordiales salutations syndicales.

Le Havre, le 15/02/2018