Articles de la catégorie: A la une

DERIVES SECURITAIRES LA REPUBLIQUE EN DANGER !

L’état d’urgence a été adopté le 26 novembre 2015 et est prorogé depuis.

Et pourtant, tous les contrôles effectués ont permis de dégager des abus sur les mesures ordonnées dans le cadre de l’état d’urgence mais aussi des pratiques constitutives d’un détournement de l’état d’urgence dont les entraves aux libertés syndicales (interdiction de manifester ou contraintes de sécurité qui entravent l’activité syndicale…).

Version imprimable tract UFSE CGT 22 juin 2017 dérives sécuritaires

Pour aller plus loin 4 pages sur l’état d’urgence et les répercussions sur les missions de service public ICI 

Dernier en date, le rapport d’Amnesty international alerte sur le droit de manifester menacé en lien avec les mesures de l’état d’urgence.

S’appuyant sur des faits incontestables, cette organisation demande la fin de l’Etat d’urgence si sa nécessité n’est pas démontrée. Les chiffres sont très significatifs : 155 manifestations interdites en 18 mois, 639 mesures individuelles d’interdictions de manifester, 1000 blessés lors des manifestations à Paris…L’état d’urgence permet bien de restreindre la liberté de manifester.

D’ailleurs le conseil constitutionnel a déclaré, le 9 juin dernier, suite à une plainte, les interdictions de séjour anti constitutionnelles. Il s’agit là de la mesure phare de l’état d’urgence qui a permis les 639 interdictions individuelles de manifester.

Il est grand temps d’en finir avec cet état d’urgence en rien efficace pour la lutte contre le terrorisme.

Il est tout aussi contestable et voire encore plus problématique de vouloir inscrire dans le droit commun les mesures restrictives de libertés prévues jusqu’ici dans l’état d’urgence.

Aussi nous acceptons encore moins le projet de loi sur la sécurité intérieure présenté au conseil des ministres. Ce que propose ce projet de loi fait du régime d’exception la règle, conforte le règne de l’arbitraire et les préfets dans leurs « super pouvoirs », sans contrôle réel du juge judiciaire.

Lire la suite

LE MARDI 27 JUIN 2017, JOUR D’INSTALLATION DES NOUVEAUX DÉPUTÉS ! ENSEMBLE, MOBILISONS-NOUS !

Certes, après son élection à la présidence de la République, Emmanuel Macron détient une majorité absolue à l’Assemblée Nationale.

Néanmoins, les électrices et les électeurs n’ont pas voulu lui accorder les pleins pouvoirs puisque 58 % des électrices et des électeurs se sont abstenus – un record sous la cinquième République – lors du second tour des élections législatives.

Se mobiliser pour un Code du travail plus protecteur des salarié-e-s

Dans un tel contexte, il ne saurait y avoir adoption d’une nouvelle loi réformant le Code du Travail sur ordonnance pour aller plus loin dans la dérèglementation du droit du travail, l’inversion de la hiérarchie des normes, la facilitation des licenciements et le plafonnement des indemnités versées, le référendum d’entreprise à la seule initiative des employeurs ou encore la fusion des instances représentatives des personnels.

Pour la CGT, la loi Travail, adoptée par 49-3 sous la précédente mandature et rejetée par des millions de manifestant-e-s, une large majorité de l’opinion publique et des organisations syndicales, doit être abrogée.

Par ailleurs, la CGT demande aux pouvoirs publics l’ouverture d’un réel processus de négociations afin que ses propositions et ses revendications pour l’élaboration d’un Code du Travail du XXIème siècle porteur de droits et de protections de haut niveau de l’ensemble des salarié-e-s soient prises en compte.

Se mobiliser pour reconquérir et développer la protection sociale

Loin de ne porter que sur la seule question du droit du travail, le programme d’Emmanuel Macron c’est aussi des attaques en règle contre nos systèmes de sécurité et de protection sociales avec notamment le transfert des cotisations sociales vers la contribution sociale généralisée, la casse de l’assurance chômage ou encore l’instauration d’un régime de retraite unique par point et la liquidation à terme du code des pensions civiles et militaires.

Se mobiliser pour une Fonction Publique porteuse de progrès social

Le programme d’Emmanuel Macron, c’est aussi une attaque en règle contre les services publics, la Fonction Publique et ses personnels.

Lire la suite

SERVICES PENITENTIAIRES D’INSERTION ET DE PROBATION « La sécurité pénitentiaire » qui génère de l’insécurité au travail

La CGT insertion probation a rencontré ce mardi 13 juin en audience bilatérale le directeur de la sous-direction de la  sécurité pénitentiaire, créée le 1er février 2017. Celui-ci a pris  a  ses fonctions mi mars 2017.

Au vu de cet entretien et des compétences de cette nouvelle sous-direction qui est principalement axée sur la nouvelle mission de renseignement, il est évident que le terme « sécurité » ne recouvre pas la même acception pour tout le monde !

Version imprimable Communiqué sécurité pénitentiaire SPIP

« Sécurité au travail » : quand la sécurisation et la déshumanisation produisent l’effet inverse de celui escompté

De plus en plus, la question de la sécurité des SPIP en milieu ouvert est calquée sur les logiques du milieu fermé (sécurisation, videosurveillance, hygiaphones …). Au gré des déménagements et réaménagements, bien souvent sans concertation, cette nouvelle logique guide l’aménagement de nos services.

Au contraire à la CGT, nous pensons que la sécurité des personnels et des usagers ne doit pas s’envisager sous un angle sécuritaire, qui est bien souvent générateur de violence.

Lire la suite

SPIP de la Réunion – Courrier à la direction de l’administration pénitentiaire

Monsieur le Directeur par interim,

 Par ce présent courrier, la CGT insertion probation souhaite porter à votre connaissance des événements qui méritent toute votre attention au vu des enjeux de service et de santé au travail des personnels et intervenants auprès des publics pris en charge par le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation de la Réunion.

Version imprimable Courrier CGT insertion probation SPIP de la Réunion

Le 15 mai dernier, la coordinatrice culturelle intervenant dans le cadre d’une convention partenariale entre son association et le SPIP de la Réunion depuis plus de 5 ans, a subi une garde à vue de plus de 5 h30.

Cette garde à vue fait suite à un signalement univoque opéré sans concertation par le directeur du Centre de Détention du Port sur la foi de simples allégations de deux détenus, alors même que l’un d’entre eux avait pu être signalé par cette professionnelle pour ses attitudes équivoques lors de ses interventions à l’établissement.

Cette garde à vue a donné lieu à un classement sans suite confirmant que ces allégations étaient totalement infondées.

Lire la suite

Réforme statutaire Insertion Probation « Une image vaut mille mots »

La CGT insertion probation met à la disposition des personnels des tableaux et graphiques qui permettent d’y voir clair sur les enjeux et réels gains indiciaires liés à la réforme statutaire actée au comité technique ministériel de la Justice le 5 mai 2017.

Ils complètent l’info ou intox (CLIQUER ICI) de la CGT et les analyses et argumentaires disponibles sur notre site (sur un espace dédié CLIQUER ICI) et permettent à chacune et chacun de visualiser son déroulé de carrière et de comparer avant réforme / post PPCR / post réforme de 2018 à 2020.

Version imprimable de la série d’infographies

En consultation sur le site il suffit de cliquer sur les images ci-dessous pour les visualiser

Sommaire

Reclassements Parcours Professionnel Carrière Rémunération / Réforme statutaire Pages 2 et 3

Comparatifs de grilles classe normale et Hors classe Page 4,5 et 6

Déroulés de carrière pour les principaux échelons avec une entrée dans l’échelon en 2015 / en 2016

  • échelons de classe normale Pages 7 à 21
  • échelons hors classe Pages 22 à 38

Avec 2 déroulés de carrière à plus long terme sur l’échelon 3 classe normale (page 12) et l’échelon 3 hors classe (page 28)

NB: Le traitement est obtenu en multipliant l’indice majoré par la valeur du point d’indice : 4,69 € depuis le 1er février 2017.

L’augmentation indiciaire entraîne par ailleurs une augmentation proportionnelle de l’Indemnité de Sujétions Spéciales (ISS) qui correspond à 22% du traitement brut pour les CPIP.

Lire la suite

La CGT insertion probation dans la presse

L’administration pénitentiaire verrouille le débat interne sur la radicalisation

Alors que la prévention de la radicalisation violente en prison tâtonne, l’expression publique de voix critiques de syndicalistes est bâillonnée par la direction.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Romain Ouertal

Prison de Villepinte (Seine-Saint-Denis), en mars.

Depuis sept ans qu’elle travaille au sein du Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) du Lot-et-Garonne, Eglantine Bourgognon a une habitude. Conseillère d’insertion et représentante CGT, elle partage régulièrement, via sa boîte mail professionnelle, des articles ou des décisions de justice qui touchent « à ce qui nous occupe : la politique pénale, la gestion de la délinquance… ». Transmis aussi bien à des collègues qu’à des membres de la direction, ces mails n’avaient, d’après elle, jamais posé de problèmes particuliers. Au contraire, « jusqu’à maintenant, j’avais plutôt eu des retours positifs, c’est aussi le devoir d’un fonctionnaire de s’informer », justifie-t-elle. Le 23 mars 2017, c’est un article sur le thème de la radicalisation qu’elle partage.

Le sujet est sensible. Les conseillers d’insertion et de probation, dont la mission est de prévenir la récidive et de favoriser la réinsertion des personnes condamnées, peuvent être appelés à contribuer à « la prévention de la radicalisation violente ». Un changement critiqué notamment par la CGT insertion-probation et la Snepap-FSU, majoritaires au sein des SPIP, qui y voient le risque d’une dénaturation de leur métier et une atteinte « à la relation de confiance » avec les personnes qu’ils ont en entretien.

Dès le lendemain, un mail de son supérieur vient signifier à Eglantine Bourgognon qu’il ne lui appartient pas de « diffuser des articles d’opinions » par sa messagerie professionnelle et qu’elle s’exposerait « à une sanction disciplinaire si cela se renouvelait ». L’article en question, « Radicalisation et mystifications », a pourtant été écrit par deux enseignants-chercheurs du laboratoire de recherche de l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire, qui forme l’ensemble des personnels pénitentiaires en France. « Ce thème est tellement sensible que la direction veut tout maîtriser », lance Eglantine Bourgognon qui,…

Pour lire l’article dans son intégralité cliquer sur le lien suivant: Version imprimable article Le monde 23 mai 2017 

Pénitentiaire. On ne badine pas avec la radicalisation

ALEXANDRE FACHE
MERCREDI, 26 AVRIL, 2017
L’HUMANITÉ
Delphine Colin, secrétaire nationale de la CGT insertion et probation : « Le problème de fond, c’est la volonté de faire de la pénitentiaire un instrument du renseignement intérieur, alors que notre rôle premier, c’est la réinsertion des détenus. » Ludovic/REA

À Agen, une conseillère d’insertion, militante CGT, est menacée de sanction pour avoir diffusé un article sur le sujet. Une nouvelle censure, un an après l’affaire Mylène Palisse.

Les prisons se remplissent, mais les cerveaux, eux, sont priés de se vider. Alors que le nombre de personnes détenues en France vient de battre un énième et triste record, dépassant en avril la barre des 70 000 détenus, l’administration pénitentiaire s’attaque de nouveau à la liberté de penser de ses agents. En l’occurrence, celle d’…

Lire la suite

Compte-rendu du Comité technique ministériel du 5 mai 2017

Dernier jour pour un « dernier  acte de responsabilité », pour reprendre ses propres termes, en tant que Ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas a fait « acte de présence » pour une partie de la matinée au comité technique ministériel qui se tenait le 5 mai et qui se terminait de longues heures plus tard.

Version imprimable Compte-rendu CTM du 5 mai 2017

Comme nous le déclarions en liminaire, ce comité était chargé de symboles car résonnant comme un bilan d’orientations sécuritaires, il a tout de même permis la validation des projets de textes indiciaires et statutaires pour la filière insertion probation et ainsi l’accès à la catégorie A pour les conseiller-e-s et ce grâce à la lutte historique menée par les personnels en 2016.

En revanche, le Ministre de la Justice ne peut se féliciter du sort des psychologues qui attentent depuis plus de 3 ans que les promesses de la création d’un corps ministériel soit acté.

De même, le garde des Sceaux n’aura pas saisi l’opportunité de réaffirmer symboliquement le respect de la liberté d’expression des personnels de son Ministère et de ses représentants syndicaux, préférant rester sourd au courrier unitaire qui lui était adressé quelques jours plus tôt par les secrétaires généraux de la CGT et de la FSU ainsi que les présidentes du Syndicat de la Magistrature et de la Ligue des droits de l’Homme concernant l’annulation de la sanction envers Mylène Palisse.

Lire la suite

Courrier public à l’attention de la directrice de l’ENAP

Objet : Conditions de formation à l’ENAP

 

Madame la Directrice de l’Ecole Nationale de l’Administration Pénitentiaire,

Version imprimable courrier ENAP conditions de formation

Depuis plusieurs années, nous assistons à une dégradation des conditions de formation des personnels sur l’ENAP, en particulier lors de leur formation initiale.

Suppression de l’ISS, fin de la mise en place de réels espaces de convivialité, doublage des chambres, infantilisation grandissante des agents, obligation d’un port de badge, repas payants le soir et le week-end, transformation d’un régime universitaire en régime militaire quel que soit la formation initiale, obligation d’engagement à ne pas être remboursé des frais de stage si l’on demande à changer de lieu, etc., et cette liste n’est pas exhaustive.

Nous l’avons déjà rappelé, nous sommes en désaccord sur un certain nombre de points qui concernent le nouveau règlement intérieur que vous avez mis en place. Si une partie  est risible,  l’autre est malheureusement liberticide car flirtant allègrement avec l’illégalité (comme les fouilles et contrôles divers et variés que vous envisagez de rendre possible). Nous serons particulièrement vigilants sur ces tentatives de restrictions des libertés.

Mais au-delà de ces divergences, nous voulons attirer votre attention sur le fait que non seulement les conditions de vie sur l’ENAP, dignes d’une caserne, ne sont pas adaptées aux personnes qui veulent entrer dans la fonction publique, aussi pénitentiaire soit-elle, ce qui à terme pourrait rebuter certains tentés par cette administration, mais en plus rien n’est fait pour assurer des conditions d’apprentissage à la hauteur d’une école qui se dit Nationale ; le doublage des chambres est absolument intolérable.

Vous avez réussi à obtenir le budget pour clôturer le site de l’ENAP, et doter chaque personnel de badges avec photographie, etc…. Désormais, nous demandons que le budget indispensable à l’achat de micro-ondes et réfrigérateurs soit débloqué afin que les élèves et stagiaires puissent préparer leur repas dans des conditions acceptables les soirs et les week-end.

Il nous parait essentiel que rapidement les représentants des élèves et stagiaires soient consultés ainsi que les organisations représentatives, pour rappel la CGT est majoritaire au sein des PIP, afin que le nécessaire soit fait pour que les collègues en formation puissent vivre, dormir et se nourrir dans de bonnes conditions.

Veuillez accepter, en attendant une réaction et une action rapides et adaptées de votre part, Madame la Directrice de l’École Nationale de l’Administration Pénitentiaire, l’assurance de notre considération distinguée.

A Montreuil

Le 15/05/2017

(Ce courrier sera rendu public)

communiqué de presse lutte gagnante pour les personnels d’insertion et de probation

Une lutte gagnante qui se concrétise : une victoire pour les personnels et la CGT qui les représente !

Version imprimable communique CGT insertion probation lutte gagnante 

Les personnels des Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation, bien que privés du droit de grève, manifestaient il y a un an sous une pluie battante. Pendant plusieurs mois en 2016, ils se sont massivement mobilisés pour faire entendre leur voix et crier leur colère face au mépris d’une administration qui les laisse continuellement sur le bas côté !

Cette lutte aboutissait l’été dernier à la signature d’un relevé de conclusions par l’ensemble des organisations représentatives des personnels des SPIP, dont la CGT est la première organisation,  venant acter l’obtention d’un grand nombre de revendications en termes salarial, de retraite, de formation initiale et de recrutements.

Malgré des pseudos négociations, la CGT a été force de propositions afin que l’accès à la catégorie A des conseiller.e.s à compter du 1er février 2018, soit bien acté avant l’élection présidentielle.

Le Comité technique ministériel du 5 mai 2017 a enfin permis l’adoption des textes qui acte la concrétisation de cette revendication historique de la CGT.

Des avancées salariales qui profitent à la majorité de la profession

Les gains indiciaires s’élèvent entre 30 et 50 points d’indice selon le grade et l’échelon, soit entre 140 et 240 euros bruts mensuels, de nouvelles perspectives d’avancement et de mobilité sont une satisfaction pour les personnels et pour la CGT qui les représente en termes de revalorisation du pouvoir d’achat, notamment des bas salaires.

Vers une plus grande égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

L’accès à la catégorie A des conseillers d’insertion et de probation constitue la reconnaissance des compétences et du niveau de responsabilité, et permet ENFIN une revalorisation salariale qui va dans le sens d’une plus grande égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. En effet, profession à 75% féminisée, sa revalorisation correspond à un des axes du protocole fonction publique signé en 2013 par l’ensemble des organisations professionnelles.

Une identité professionnelle ancrée dans des missions d’accompagnement socio-éducatif et de réinsertion

L’accès à la catégorie A est bien une occasion pour les personnels de réaffirmer une identité professionnelle forte conforme à nos missions, et de gagner une autonomie et une indépendance  propre à la catégorie A pour contrer toutes les tentatives de détournement de nos missions, notamment aux fins de renseignement.

L’accès à la catégorie A acte également la sortie d’un isolement voire d’un enfermement statutaire, issu du précédent statut particulier de 2010.

Le raccrochage à la filière socio-éducative sera pour la CGT l’occasion de mener un grand nombre de combats au côté des autres travailleurs sociaux pour la défense de nos missions, de notre secret professionnel, de notre déontologie et de nos méthodes d’intervention socio-éducatives.

La CGT a organisé une consultation des personnels et des syndicats locaux CGT en un temps record. Même dans des délais contraints, la CGT ne pouvait pas se priver d’une telle consultation démocratique. Conformément au mandat qui lui était conféré, la CGT a voté en comité technique POUR cette réforme statutaire.

Il s’agit indéniablement de la concrétisation d’une revendication historique à mettre au crédit de la lutte !

Montreuil, le 11 mai 2017

Courrier unitaire au Ministre de la Justice CGT -FSU – SM et LDH Recours sanction Mylène Palisse

Monsieur le Ministre,

Vous comprendrez très certainement que Mme Palisse forme un recours contre l’injuste sanction qui lui a été infligée en votre nom le 31 janvier.

Version imprimable Courrier unitaire garde des sceaux Mylène Palisse – 02 05 2017

Vous comprendrez aussi qu’à l’instar des autres organisations qui n’acceptent pas cette sanction, nous nous réservons la possibilité d’intervenir au soutien de son recours.

Nous avons néanmoins la conviction qu’à quelques jours d’échéances essentielles, vous saurez saisir l’occasion manquée au sortir du Conseil de Discipline, et aurez à cœur de purger un contentieux dont nous ne comprenons pas que votre ministère ait pu s’y engager puis s’y enfermer dans ces termes.

Il suffirait que vous annuliez cette sanction, fût-ce dans une stricte démarche d’apaisement, pour que cela rende sans objet le recours auquel Mme Palisse doit se résoudre, les interventions qui la soutiendront, et la mobilisation que cela impliquera.

Dans l’attente de votre répondre, veuillez agréer Monsieur le Ministre l’expression de nos salutations distinguées.

Pour la CGT Philippe Martinez, Secrétaire général

Pour la FSU Bernadette Groison, Secrétaire Générale

Pour le Syndicat de la Magistrature Clarisse Taron, Présidente

Pour la LDH Françoise Dumont, Présidente

Delphine Colin, secrétaire nationale de La CGT insertion probation – Jean-Marc Canon, secrétaire général de L’UFSE-CGT- François Dousseau, secrétaire général de La CGT Hautes Pyrénées – Marie-José Kotlicki, secrétaire générale de L’UGICT- CGT – Christopher Dorangeville, secrétaire général de La CGT Pénitentiaire – Michel Demoule, secrétaire général du Syndicat national CGT des chancelleries et services judiciaires – Caroline Chamby, secrétaire générale de l’UNS CGT PJJ – Estelle Piernas, secrétaire générale de la CGT EPIDE Emmanuel Vire, secrétaire général du SNJ CGT – Olivier Caquineau pour le SNEPAP-FSU – Natacha Grelot pour le SNPES- PJJ/FSU 

Paris, le 2 mai 2017
« Older Entries