Tag Archives: CAP2018

CGT SPIP 60-02 : Lettre à RH4 de la part de CPIP fatigués !

Cher Monsieur le chef du bureau de la gestion des personnels et de l’encadrement-RH4,

CAP CPIP lettre de cpip fatigués

Par note du 11 avril 2018, vous nous avez informés de façon lapidaire et sans un mot d’excuse du report de la CAP de mobilité des CPIP au 16 et 17 mai 2018 invoquant « différentes difficultés techniques ».

Derrière ce motif vague se cache en réalité une totale impréparation d’une commission attendue depuis des mois par beaucoup de conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (multiplication des notes additives relatives aux postes proposés, un logiciel sur lequel vous comptez mais qui ne fonctionne toujours pas laissant le soin aux OS de préparer la

commission à votre place).

Ce report entraîne de lourdes conséquences pour chaque CPIP ayant formulé une demande, mais aussi pour leur famille et leur service respectif qui ne pourront anticiper d’éventuelles réorganisations et le feront comme d’habitude dans l’urgence.

Tout ceci témoigne de votre mépris à l’égard de notre profession, déjà malmenée par le report

de la réforme statutaire qui devait initialement s’appliquer dès le 1er février 2018.

A l’heure où une nouvelle réforme de la Justice est en discussion mettant en avant le rôle du SPIP, nous souhaitions vous faire part de notre profonde lassitude.

Des CPIP fatigués, syndiqués… ou pas

A Creil, le 26 avril 2018

SPIP 63 Riom Lettre ouverte à Mme la Directrice Interrégionale des Services Pénitentiaires de Lyon

Mme la Directrice,

Le Collectif CGT Insertion et Probation 43-42-63 tient à vous faire part de l’étonnement des personnels du SPIP 63 RA Riom à la lecture des postes proposés à la CAP de mobilité des CPIP du mois d’avril 2018 et de la non-parution du poste laissé vacant par notre collègue parti en retraite en mai 2017.

Version imprimable Lettre ouverte DISP mars 2018

Rappelons que le Centre Pénitentiaire de Riom, ciblé ERA, établissement à réinsertion active, est aussi  pilote en matière de programme RESPECTO et d’évaluation des personnes détenues. Il est labellisé RPE pour son processus arrivant, en cours de labellisation pour son processus sortant.

Fort de notre optimisme, nous en étions restés au retour sur expérience au CP de Riom des 26 et 27 septembre 2016 où il avait été préconisé la création de 2 postes supplémentaires de CPIP pour porter à 10 postes l’équipe du milieu fermé et permettre d’atteindre les objectifs déclinés à l’ouverture du nouvel établissement.

Mais la réalité nous rappelle à l’ordre, les effectifs en terme de RH sont a contrario en baisse, les tâches s’empilent sans plus de moyens, les personnels sont épuisés par les conditions de travail (accumulation des heures supplémentaires, pour info 331 H écrêtées en 2016) et les arrêts de travail se multiplient, signe de malaise et de fragilisation des agents.

Lire la suite

LETTRE OUVERTE AU DISP DE BORDEAUX

Monsieur le Directeur Interrégional,

Le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (SPIP) de Lot et Garonne constate la suppression de trois postes de conseillers pénitentiaires d’insertion et de Probation (CPIP) titulaires sur son antenne agenaise.
En effet, aucun de ces postes vacants n’est mis au mouvement lors de la publication du rôle de la commission administrative paritaire chargée de la mobilité des agents (CAP).

Pour accéder à la version imprimable de la lettre, bien vouloir cliquer sur le lien suivant  Lettre ouverte DISP Bordeaux – CGT SPIP 47 – fév.2018

Nous ne nous expliquons ni la logique en matière de ressources humaines de la Direction Interrégionale des Services Pénitentiaires de Bordeaux ni celle de la Direction de l’Administration Pénitentiaire.

Nous avons demandé des explications à notre hiérarchie qui nous a transmis votre réponse : à savoir que cette année était une « année blanche » et que le manque d’effectif serait comblé par un recrutement de contractuels.
Nous ne pouvons nous satisfaire de cette réponse, car d’une part, une année blanche dans la fonction publique consiste à ne pas créer de poste sur un service et non pas à en retirer, d’autre part, si l’on pouvait accepter cette réponse sur la CAP 2017 en raison de la fin de la préaffectation, ce n’est absolument plus le cas aujourd’hui.
Par ailleurs, en précisant que ces manques seront palliés par des recrutements de contractuels :

– vous reconnaissez que le fonctionnement de notre service nécessite des agents supplémentaires ;

– vous signifiez que la formation des CPIP à l’ENAP n’a aucun intérêt, puisque des personnels non spécifiquement formés peuvent faire leur travail.
L’administration pénitentiaire aurait-elle le projet de supprimer la formation des CPIP ?

Vous n’êtes pas sans savoir que chaque CPIP sur le département gère actuellement en moyenne 130 dossiers de personnes placées sous main de justice puisque :

  • Un poste de CPIP reste vacant depuis nov. 2016 suite à un détachement syndical ;
  • Une de nos collègues CPIP a changé d’administration en sept.2016 ;
  • Une de nos collègues C.P.I.P. est décédée au cours du premier semestre 2017 ;
  • Une autre de nos collègues C.P.I.P. est partie à la retraite fin déc. 2017 ;

Début février 2018, sur l’antenne d’Agen, ce sont 16 CPIP, dont, rappelons-le, un contractuel et un CPIP placé, qui s’efforcent d’effectuer le travail de 20 CPIP.
Sans l’ouverture de postes à la CAP de mobilité 2018, ce seront 14 CPIP qui devront faire ce travail car à ce jour, nous n’avons aucune garantie que des contractuels seront recrutés et ne pourrons jamais avoir celle de garder le CPIP placé.

Si ces contractuels peuvent être considérés comme un renfort, nous ne pouvons que nous opposer à cette solution, car cela ne fera que mettre encore plus à mal la prise en charge d’un public, faut-il le rappeler, déjà en difficulté.

Et à cette charge de travail, il faudra aussi bien sûr ajouter la formation de ces hypothétiques contractuels

Monsieur le Directeur Interrégional, cette charge de travail vous parait-elle compatible avec nos missions de réinsertion et de prévention de commission d’infraction ?
Encore une fois, notre public pâtira de ces carences d’effectif et ne pourra qu’être encore moins bien suivi qu’il ne l’est actuellement.

Au-delà de la violence qu’induit cette absence de logique en matière de ressources humaines, nous ne pouvons accepter la suppression de trois postes sur cette antenne qui couvre l’ensemble du département de Lot et Garonne et la maison d’arrêt d’Agen, et il nous sera impossible de palier les carences dénoncées depuis longtemps.

Enfin, quand nous interpellons notre direction sur l’absence totale d’adéquation entre les objectifs du service et les moyens à disposition des agents pour les atteindre et donc demandons à revoir à la baisse ces objectifs (comme l’intégration du RPO, ou tout ce qui sera chronophage), celle-ci répond très simplement que l’équipe « n’aura pas le soutien de [s]a direction ».

Dans ces conditions de RH déplorables et d’absence de soutien par notre hiérarchie, il est hors de question que les agents mettent leur santé en jeu pour répondre aux exigences de cette administration et travaillent pour les primes d’objectifs des directeurs.

Il est donc nécessaire d’informer nos partenaires institutionnels de nos carences actuelles et à venir afin de les prévenir des dysfonctionnements qui ne manqueront pas de survenir dans l’accomplissement de nos missions ; ce courrier sera donc envoyé également au Président du TGI d’Agen, au Procureur, aux juges de l’application des peines, au préfet ainsi qu’aux députés du Lot et Garonne.

Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Directeur, l’expression de notre attachement à la défense du Service Public.

Le 27/02/2018 CGT Travailleurs SPIP 47

Lettre ouverte à Monsieur le Directeur de l’Administration Pénitentiaire

A réception de la liste des postes proposés à la mobilité des CPIP, nous avons appris avec effarement que le SPIP du Centre Pénitentiaire du Havre n’y figurait pas.

Pour accéder à la version imprimable, cliquez sur le lien suivant lettre ouverte Le Havre 280218

Pourtant, ce service a un effectif théorique de 9 CPIP. Pourtant, il ne compte actuellement que 4 titulaires et 3 contractuels dont les contrats prendront fin dans les prochains mois.

Et donc, 5 postes auraient dû être proposés au mouvement pour ce service qui tourne depuis plusieurs années avec un nombre insuffisant d’agents et dont une part importante est composée d’agents contractuels souvent mis en difficulté et dont la précarité des postes ne peut permettre une fidélisation.

En 12 mois, 11 contractuels se sont succédés. Autant de personnes qui, à peine formées par leurs collègues titulaires, laissent la place à de nouvelles recrues. Le dernier contractuel arrivé il y a un mois a d’ores et déjà démissionné.

Nous avions alors exprimé notre effarement auprès de notre hiérarchie et par voie d’information syndicale …

Et nous vous exprimons aujourd’hui notre indignation d’apprendre que cette absence de publication de postes au Havre pourrait être le résultat d’une inconséquence administrative !

Que l’état d’abandon dans lequel est laissé le SPIP milieu fermé du Havre soit le résultat d’une décision politique arbitraire ou qu’il soit le fruit d’une incompétence de l’administration, peu nous importe.

Le Centre Pénitentiaire du Havre fait partie des 27 établissements les plus sensibles en matière de terrorisme et radicalisation violente. Il est pilote en matière de programme RESPECTO et des groupes de parole RESPIRE.

Aussi, nous exigeons que cette situation soit réexaminée et que soit mis à la disposition du SPIP milieu fermé du Centre Pénitentiaire du Havre, les moyens humains nécessaires à son fonctionnement.

Nous exigeons la publication d’un additif à la note de mobilité proposant 5 postes au centre pénitentiaire du Havre.

Dans l’attente de votre décision, nous vous adressons, Monsieur le Directeur, nos cordiales salutations syndicales.

Le Havre, le 15/02/2018

SPIP 88 CAP 2018 : il faut apprendre à compter sur ses doigts

A l’heure où le niveau plus que médiocre des petits élèves français en mathématiques fait la une, nous souhaitions nous aussi, CGT SPIP 88, soumettre un problème mathématique à notre administration.

version imprimable

Énoncé

Le département des Vosges compte actuellement 2 SPIP.

Le 1er SPIP compte en théorie 4 CPIP titulaires. Il est actuellement doté de 3 CPIP titulaires et d’un agent contractuel.

Le 2e SPIP compte en théorie 14 CPIP titulaires. L’équipe est dotée de 12 CPIP titulaires (dont 1 en maladie et 1 en maternité), d’un CPIP placé et d’un agent contractuel.

Combien de postes devraient être ouverts pour un effectif plein ?

Réponse :

0 pour la 1ère antenne et 1 pour la 2e nous répond la DAP dans sa note de publication pour la CAP CPIP 2018.

0/20

Vous aussi à la DAP vous feriez bien de retourner sur les bancs de l’école pour résoudre d’une part, l’équation vosgienne, mais plus encore les équations des différents services !

Que dire si on complique l’équation en raisonnant en terme d’ETP et non plus d’agent, si on ajoute la variable du ratio de 50 dossiers/agents ?

Il est temps que les SPIP soient dotés des moyens humains à la hauteur des missions qui leur sont confiées !

Il n’est pas vain de rappeler que le recours à des agents contractuels n’est que le reflet une précarisation de notre métier !

Il est temps que les SPIP soient dotés de véritables organigrammes qui permettent une traçabilité des postes mais aussi un recrutement suffisant !

 

A Saint-Dié-des-Vosges, le 19/02/18

SPIP Charente 0+0 = La DISP de Bordeaux

C’est avec stupeur que nous avons découvert la liste des postes proposés à la mobilité 2018 !

Si le SPIP Charente ne fait pas partie des SPIP les plus en difficultés, il n’en reste pas moins que le poste de notre collègue qui a obtenu un concours, n’est pas dans la liste. Ce qui semble dire que ce poste disparaît sans explication.

Tract DISP Bordeaux CAP mobilité 2018 Charente

Alors quelles seront les solutions futures : moins de recrutement, plus de contractuels…

Comment le service public peut répondre correctement à ses missions dans une telle situation.

N’oublions pas que nous sommes des humains qui travaillons avec des humains et la qualité devrait être la seule priorité, alors que la notion de rentabilité semble être prédominante.

La flexibilité du travail et la précarisation de la profession ne permettra pas de mettre en oeuvre les objectifs ambitieux de notre administration, dans l’avenir.

La question des organigrammes prend encore une fois tout son sens.

ALORS : Une seule conclusion s’impose : un additif de postes supplémentaires à la CAP de mobilité 2018 !!!

A Angoulême le 12 février 2018 Le syndicat CGT SPIP 16 Insertion Probation

SPIP 24 O+0= La DISP de Bordeaux

Mais que s’est il passé lors de la publication de la liste de postes de la CAP de mobilité 2018 des CPIP? Avait on oublié de diffuser la page indiquant les postes ouverts dans la DISP de Bordeaux? A y regarder de plus près, en fait non! Les 27 antennes de la DISP y étaient bien inscrites noir sur blanc, la DAP avait seulement décidé de n’y pourvoir que 9 postes parmi les 249 ouverts!!

Tract CGT 24 DISP Bordeaux CAP mobilité 2018

Mais comment était ce possible? De nombreux services avaient pourtant fait état de leurs difficultés en terme d’effectifs depuis de nombreux mois, via leurs représentants syndicaux, auprès de leur DFPIP ou parfois même directement à la direction interrégionale.

C’était le cas notamment au SPIP de la Dordogne où un communiqué de la CGT du 11/01/2018 venait rappeler les difficultés RH rencontrées sur les antennes et signalées à maintes reprises déjà par les OS.

Des missions effectuées en mode dégradé au CD de Mauzac avec des agents dont la santé ne cesse, elle aussi, de se dégrader (plus de 100 détenus pour un ETP, avec un public considéré encore il y a peu de temps comme très sensible), un poste de contractuel en maigre pansement du sous effectif chronique de l’antenne de Périgueux, des collègues qui ne comptent plus leurs heures supplémentaires sur les autres antennes afin de mener de front les différents projets mis en place et de faire en sorte encore une fois ce ne soit pas les usagers qui souffrent de la carence de personnels!!

Lors du CTI du 21/11/2017, le directeur interrégional avait pourtant indiqué qu’une attention particulière serait portée à la Dordogne lors de la ventilation des postes ouverts. Résultat: 0 poste proposé!!

Mieux, notre DFPIP nous indiquait il y a quelques jours qu’il allait de nouveau appuyer des demandes de création de postes pour la Dordogne auprès de la DI, le 06/02/2018, soit le matin même du jour de publication des postes!!!

Au niveau local, comme au niveau national, (en atteste le report de l’application de notre réforme statutaire), on nous ment ou on nous méprise. Doit on déduire que la précarisation de la profession va devenir la règle avec toujours plus de contractuels, et la dégradation de nos fonctions inéluctablement se pérenniser? Pour l’heure, nous répondrons que les nouveaux objectifs liés aux RPO ou autres projets devant être instaurés seront mis de côté, nous ne ferons pas plus, avec toujours moins de moyens.

Et comme nous ne pouvons que croire qu’il s’agit d’un oubli, très facilement réparable: Une seule conclusion s’impose : un additif de postes supplémentaires à la CAP de mobilité 2018 !!!

SPIP 47 0+0 = La DISP de Bordeaux

C’est avec consternation que les agents du SPIP 47 ont découvert la liste des postes proposés à la prochaine CAP de mobilité. Après une année 2017 pour le mois difficile au cours de laquelle l’équipe a perdu une collègue des suites d’une longue maladie, et qui s’est clôturée par le départ en retraite d’un agent, aucun poste n’est proposé ???

SPIP 47 – Pour un additif à la CAP de mobilité 2018

Alors, oui, l’on nous dira que le service dispose d’un agent contractuel et d’un CPIP placé, certes, mais faut-il rappeler que ces agents étaient présents en amont de ces départs et couvraient donc déjà des manques ?

Comment ne pas interpréter cette absence de poste comme un total manque de considération de notre administration pour une équipe qui survit à peine aux charges de travail qui sont, elles, bien en constante évolution ?!?!!!

Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir plusieurs fois demandé à notre direction de faire remonter les besoins, mais nous avions déjà eu un aperçu du non impact de ces remontées : alors que la DISP refuse le renouvellement du poste de contractuel fin septembre 2017, il est finalement accordé 15 jours après suite à la diffusion des préconisations des inspecteurs venus en mai 2017.

Est-ce à dire qu’ils n’ont pas suffisamment harcelé la DISP ???

Est-ce à dire que la DISP n’a que faire de ces demandes ???

Car si la solution qui nous est proposée consiste encore à avoir un nouveau contractuel, et positionner un CPIP placé, cela revient en réalité à précariser complètement notre profession, à nier complètement la possibilité pour notre service de cesser de travailler dans l’urgence, à obliger les agents à sacrifier leur conscience professionnelle à la gestion des urgences et des exigences diverses et variées, dont celles de l’administration, à qui nous pouvons en revanche faire confiance pour nous demander toujours plus !!!

Il ne faut pas non plus oublier qu’au final, c’est notre public qui pâtira des conditions déplorables dans lesquelles nous plonge une administration qui prétend être à l’écoute des terrains !!!

Pour la CGT, le constat est désormais clair : il est plus que nécessaire que la direction prenne ses responsabilités en cessant de dire que tout est prioritaire !! Non, nous ne pourrons plus faire !!!

Les agents du SPIP 47 attendent un réel soutien de la part de la direction locale pour ne pas sombrer dans un burn out généralisé et qu’elle cesse d’imposer aux agents un nivellement de leur travail par le bas !!!

Une seule conclusion s’impose : un additif de postes supplémentaires à la CAP de mobilité 2018 !!!

CAP CPIP SPIP 14 : Un Calvados pour oublier !

CAP de Mobilité des CPIP :

Les CAP se suivent et se ressemblent. CAP des Adjoints-Administratifs, aucun renforcement pour le Calvados. CAP des DPIP, aucun renforcement pour le Calvados. Prochaine CAP des CPIP, aucun renforcement pour le Calvados. Une certaine idée de la constance…
En 2018, un seul poste de CPIP est donc considéré comme vacant. Il ne viendra que remplacer notre collègue de CAEN partie en retraite cette année, ou on ne sait plus vraiment qui d’autre parti avant et non remplacé depuis lors… Cet unique poste ouvert laissera le service aussi exsangue en septembre qu’il l’est depuis plusieurs années.
Sur une CAP de 247 postes, on pouvait légitimement espérer deux à trois postes pour notre département.

Tract 08 02 18 SPIP 14 OUBLIE
C’était sans compter sur les mystérieux arbitrages DI et DAP. Lire la suite

CAP CPIP SPIP 33 : 0+0 = LA DISP DE BORDEAUX

Bordeaux, le 9 février 2018 – CGT travailleurs du SPIP 33

La liste des postes ouverts à la prochaine CAP vient d’être publiée. Au niveau de l’inter-région, seuls 9 postes sont proposés. Sur le département de la Gironde, un seul poste au SPIP de Bordeaux milieu ouvert. Quel mépris pour les services qui ne cessent de faire face à de nouvelles missions, tout en voyant leurs effectifs baisser chaque année !

tract spip 33

Lire la suite

« Older Entries