Tag Archives: CAP CPIP

CGT SPIP 60-02 : Lettre à RH4 de la part de CPIP fatigués !

Cher Monsieur le chef du bureau de la gestion des personnels et de l’encadrement-RH4,

CAP CPIP lettre de cpip fatigués

Par note du 11 avril 2018, vous nous avez informés de façon lapidaire et sans un mot d’excuse du report de la CAP de mobilité des CPIP au 16 et 17 mai 2018 invoquant « différentes difficultés techniques ».

Derrière ce motif vague se cache en réalité une totale impréparation d’une commission attendue depuis des mois par beaucoup de conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (multiplication des notes additives relatives aux postes proposés, un logiciel sur lequel vous comptez mais qui ne fonctionne toujours pas laissant le soin aux OS de préparer la

commission à votre place).

Ce report entraîne de lourdes conséquences pour chaque CPIP ayant formulé une demande, mais aussi pour leur famille et leur service respectif qui ne pourront anticiper d’éventuelles réorganisations et le feront comme d’habitude dans l’urgence.

Tout ceci témoigne de votre mépris à l’égard de notre profession, déjà malmenée par le report

de la réforme statutaire qui devait initialement s’appliquer dès le 1er février 2018.

A l’heure où une nouvelle réforme de la Justice est en discussion mettant en avant le rôle du SPIP, nous souhaitions vous faire part de notre profonde lassitude.

Des CPIP fatigués, syndiqués… ou pas

A Creil, le 26 avril 2018

Report de la CAP : encore du mépris !

Le 26 avril 2018

 

15 jours déjà depuis le fiasco de la CAP de mobilité et la colère est toujours là : colère pour les élus d’avoir passé une semaine à faire l’essentiel du travail que l’administration n’a pas su fournir  afin de tenir la CAP des CPIP en temps et en heure,

Report de la CAP

colère des collègues qui attendent leur mobilité, le changement de contexte professionnel et la nouvelle vie personnelle qui vont de pair, colère pour tous de voir les jours passer sans que rien de nouveau ne s’annonce…

La CGT insertion probation avait demandé à RH de faire une information officielle de l’annulation de la CAP et du report aux 16 et 17 mai. Cette information officielle, aussi laconique que froide a réactivé la colère des personnels qui restent dans une incompréhension totale.

Puisque l’administration ne l’a pas fait, nous devons expliquer aux personnels ce qui a empêché la tenue de la CAP et ce que sont « les multiples difficultés rencontrées » qui ont conduit à son report.

Depuis 2 ans l’administration souhaite faire d’Harmonie le logiciel de gestion RH et des paies. Si l’expérimentation à petite échelle de la gestion des paies via Harmonie semble satisfaisante, celle de la mobilité s’est révélée être une catastrophe.

Pourquoi Harmonie ne fonctionne pas pour la mobilité ?

Pour calculer le nombre de points dont bénéficie un agent, il faut connaître sa date de titularisation, sons ancienneté dans le poste, connaître sa situation familiale, (pacsés, mariés, nombre d’enfants..) et, si elles existent, connaître l’ancienneté dans une autre fonction publique, les périodes de détachement, de disponibilité et tout événement de carrière.

Autant d’éléments qui non seulement ne sont pas toujours renseignés dans Harmonie et qui, quand ils apparaissent,  ne sont de toutes façons pas pas comptabilisés de la bonne manière par le logiciel !

A cela il faut ajouter des résidences administratives fantaisistes ou en doublon et des postes profilés mal renseignés- ou pas renseignés-  dans Harmonie.

Lorsque les élus CGT ont participé à la formation au logiciel HARMONIE en septembre 2016, nous avons remarqué un certain nombre d’erreurs et demandé leur correction.

Lorsque nous avons fait la (petite) mobilité 2017, nous avons remarqué que ces erreurs persistaient et que d’autres apparaissaient conduisant à des cotations erronées voire ubuesques. Face à nos remarques des ajustements des paramétrages devaient être mis en œuvre…

En septembre 2017, une nouvelle vague de formation était organisée : les mêmes erreurs étaient pointées et remontées et à nouveau «des ajustements des paramétrages devaient être mis en œuvre… »

Et puis arrive la CAP 2018 et … rien n’a été corrigé.

Pourquoi ne pas avoir réagi plus efficacement ?

L’important turn-over de personnels au sein du service RH de la DAP n’est pas nouveau.

Aussi, par précaution, la CGT insertion probation a demandé à anticiper la préparation de la CAP pour ne pas manquer ce rendez-vous important pour les personnels.

En novembre, en décembre, en janvier, à chaque occasion qui s’est présentée, à chaque occasion créée par la CGT insertion et probation, nous avons proposé à l’administration de mettre à plat les difficultés envisagées … sans succès ! Compte tenu sans doute de la masse peu importante de gestion que représentent les CPIP, il a été plus confortable pour l’administration de refuser l’expérience des syndicats et de faire cavalier seul.

 

Dès la publication des – trop nombreuses- notes concernant la mobilité, les collègues nous ont fait remonter des erreurs matérielles, des impossibilités à modifier ses vœux, des résidences administratives erronées… Bien entendu, nous avons interpellé de façon très régulière RH sur ces problèmes en manifestant toute notre inquiétude sur la fiabilité des données contenues dans Harmonie et qui seraient extraites pour faire la mobilité.

Lorsque enfin nous avons été convoqués dans le cadre de la préparation CAP les 6, 9 et 10 avril, nous avons de suite indiqué à RH que les données tirées d’Harmonie généraient des cotations fausses. Ainsi les élus CGT insertion probation ont recompté « manuellement » l’ensemble des cotations des presque 800 agents demandant une mutation. Ces cotations vérifiées ont été fournies à RH qui n’a pourtant pas été en capacité d’en sortir des tableaux fiables, se méfiant sans doute une fois encore d’un incroyable travail de fourmi qui n’avait pour seul défaut que d’être estampillé CGT.

Quelles dispositions a pris l’administration ?

Lorsqu’à la mi journée du 3ème jour de préparation, l’administration nous a remis des tableaux encore truffés d’erreurs, leur irresponsabilité était à son comble ! L’administration s’est alors engagée à nous faire parvenir les tableaux vérifiés dans la demi-heure mais le temps s’est sans doute arrêté puisque les tableaux n’ont jamais été communiqués.

 

C’est tout simplement le lendemain, mercredi 11 à 9h30 lors de l’ouverture officielle de la CAP que l’administration, surprise et ennuyée de nous voir siéger (quand il aurait été si simple de faire porter le poids du fiasco aux syndicats) a alors annoncé la décision (qu’elle avait en fait prise la veille) de reporter la CAP au mois de mai.

Les dates des 14,15, 16 et 17 mai se sont imposées du fait des indisponibilités de l’administration, des grèves, des délais nécessaires pour convoquer une instance mais surtout pour être sûrs que la DAP serait cette fois en capacité de fournir les éléments fiables et indispensables à la tenue de la CAP de mobilité.

L’ordre du jour a été entamé le matin pour traiter des points de titularisation, détachements, demandes de disponibilité. L’administration  a programmé  l’après midi une réunion avec les OS représentatives afin de poser les problématiques liées à Harmonie et à la CAP.

Que s’est il passé après ?

Lors de cette réunion improvisée, l’administration s’est engagée à ce que compte tenu du travail fourni par les élus CAP les suppléants soient exceptionnellement financièrement pris en charge par l’administration et non pas par le syndicat : cet engagement n’a toujours pas été respecté à ce jour.

Lors de cette  réunion, nous avons à nouveau répertorié  les difficultés liées à Harmonie et fait

la liste des erreurs de gestion de cette mobilité à commencer par la diffusion d’une note de mobilité alors même que les critères devaient être mis à jour du fait des évolutions législatives concernant notamment les personnels bénéficiant des Centres Intérêts Matériels et Moraux.

A ce propos, RH s’est engagé comme le demandait la CGT à ce que cette priorité légale soit retenue dès cette année. Si cela constitue bien une avancée, nous ne pouvons que regretter  qu’une information claire et préalable en amont de la CAP n’ait pas été assurée alors qu’il en va de l’égalité de traitement des agents.

 

Nous redirons que les notes rectificatives et additives ont généré angoisse et confusion préjudiciables à la sérénité des services et de gestion de la CAP, tout comme l’ajout de postes supplémentaires sans aucune publication ni information officielle.

 

Le report d’un mois est source d’inquiétude pour tous les agents concernés et décale d’un mois  dans le temps les démarches quant aux changements de résidences administratives et/ou personnelles.

 

Tout cela montre à quel point le service gestionnaire n’a aucune visibilité des enjeux de la mobilité au sein de la filière insertion probation.

Tout cela confine à la maltraitance des personnels de ce corps.

 

Lors de cette réunion, l’administration a indiqué que la carrière des CPIP 13 sera rectifiée afin de résorber l’inversion de carrière subie avec la CPIP 14 :  le secrétariat général va recruter et former des agents contractuels qui seront chargés de remettre en ordre la carrière des quelques 125 agents de la promotion 13.

 

Les postes profilés restent un sujet de débat : la CGT dénonce la mascarade qui consiste à cacher de la cooptation derrière une pseudo procédure de recrutement. Pour lutter contre cet effet, la CGT n’a de cesse de faire primer la candidature d’un agent bénéficiant de plus d’ancienneté quand l’administration semble surtout s’attacher à la docilité…

Nous avions obtenu il y a 2 ans que les Compte Rendu d’Entretien que les recruteurs établissent et sur lesquels l’administration centrale se base soit communiqués en copie aux personnels concernés qui en feraient la demande. Or depuis 2017 il est impossible d’avoir communication de ce document. Si le chef de bureau de la gestion des personnels assure trouver normal et évident que les candidats puissent en avoir communication, il refuse pourtant de donner cette consigne aux recruteurs !  Comment peut on espérer être objectif et transparent dans ces conditions?

Nous invitons tous les collègues à faire la demande de ces comptes rendus et à saisir si besoin la Commission Administrative de Documents Administratifs.

Nous avons également alerté sur le manque de compétence de nombreux services RH locaux dans la gestion de la mobilité, et avons demandé que soient rappelées à tous les règles de  discrétion et de respect de la vie privée.

Nous sommes d’ailleurs particulièrement étonnés du manque de transparence sur qui a accès à Harmonie et à quel contenu.

La question de la promotion Hors Classe des CPIP a également été soulevée. Depuis plus de 3 mois les personnels ont passé l’examen professionnel de HC mais n’en connaissent pas le résultat au motif que le nombre de candidats retenus n’est pas défini.

En effet, ce nombre résulte d’un calcul à partir du taux de promus/promouvables or ce taux pour triannuel qu’il soit (2018-2019-2020) n’est à ce jour toutjours pas défini. Quel manque de sérieux et de respect !

Le tableau d’avancement est à l’ordre du jour de la CAP du 31 mai 2018 : à un mois de l’échéance, avec un vivier de promouvables extrait d’Harmonie et déjà corrigé, nous sommes inquiets sur la tenue dans les délais fixés de cette CAP…

Le mépris affiché par l’administration centrale est le reflet de ce que vivent les  personnels sur le terrain au quotidien : le sentiment de n’être rien dans cette grande administration, rien d’autre que des pions dédaignés par des technocrates bien loin de nos réalités…

Les élus CAP

LETTRE OUVERTE AU DISP DE BORDEAUX

Monsieur le Directeur Interrégional,

Le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (SPIP) de Lot et Garonne constate la suppression de trois postes de conseillers pénitentiaires d’insertion et de Probation (CPIP) titulaires sur son antenne agenaise.
En effet, aucun de ces postes vacants n’est mis au mouvement lors de la publication du rôle de la commission administrative paritaire chargée de la mobilité des agents (CAP).

Pour accéder à la version imprimable de la lettre, bien vouloir cliquer sur le lien suivant  Lettre ouverte DISP Bordeaux – CGT SPIP 47 – fév.2018

Nous ne nous expliquons ni la logique en matière de ressources humaines de la Direction Interrégionale des Services Pénitentiaires de Bordeaux ni celle de la Direction de l’Administration Pénitentiaire.

Nous avons demandé des explications à notre hiérarchie qui nous a transmis votre réponse : à savoir que cette année était une « année blanche » et que le manque d’effectif serait comblé par un recrutement de contractuels.
Nous ne pouvons nous satisfaire de cette réponse, car d’une part, une année blanche dans la fonction publique consiste à ne pas créer de poste sur un service et non pas à en retirer, d’autre part, si l’on pouvait accepter cette réponse sur la CAP 2017 en raison de la fin de la préaffectation, ce n’est absolument plus le cas aujourd’hui.
Par ailleurs, en précisant que ces manques seront palliés par des recrutements de contractuels :

– vous reconnaissez que le fonctionnement de notre service nécessite des agents supplémentaires ;

– vous signifiez que la formation des CPIP à l’ENAP n’a aucun intérêt, puisque des personnels non spécifiquement formés peuvent faire leur travail.
L’administration pénitentiaire aurait-elle le projet de supprimer la formation des CPIP ?

Vous n’êtes pas sans savoir que chaque CPIP sur le département gère actuellement en moyenne 130 dossiers de personnes placées sous main de justice puisque :

  • Un poste de CPIP reste vacant depuis nov. 2016 suite à un détachement syndical ;
  • Une de nos collègues CPIP a changé d’administration en sept.2016 ;
  • Une de nos collègues C.P.I.P. est décédée au cours du premier semestre 2017 ;
  • Une autre de nos collègues C.P.I.P. est partie à la retraite fin déc. 2017 ;

Début février 2018, sur l’antenne d’Agen, ce sont 16 CPIP, dont, rappelons-le, un contractuel et un CPIP placé, qui s’efforcent d’effectuer le travail de 20 CPIP.
Sans l’ouverture de postes à la CAP de mobilité 2018, ce seront 14 CPIP qui devront faire ce travail car à ce jour, nous n’avons aucune garantie que des contractuels seront recrutés et ne pourrons jamais avoir celle de garder le CPIP placé.

Si ces contractuels peuvent être considérés comme un renfort, nous ne pouvons que nous opposer à cette solution, car cela ne fera que mettre encore plus à mal la prise en charge d’un public, faut-il le rappeler, déjà en difficulté.

Et à cette charge de travail, il faudra aussi bien sûr ajouter la formation de ces hypothétiques contractuels

Monsieur le Directeur Interrégional, cette charge de travail vous parait-elle compatible avec nos missions de réinsertion et de prévention de commission d’infraction ?
Encore une fois, notre public pâtira de ces carences d’effectif et ne pourra qu’être encore moins bien suivi qu’il ne l’est actuellement.

Au-delà de la violence qu’induit cette absence de logique en matière de ressources humaines, nous ne pouvons accepter la suppression de trois postes sur cette antenne qui couvre l’ensemble du département de Lot et Garonne et la maison d’arrêt d’Agen, et il nous sera impossible de palier les carences dénoncées depuis longtemps.

Enfin, quand nous interpellons notre direction sur l’absence totale d’adéquation entre les objectifs du service et les moyens à disposition des agents pour les atteindre et donc demandons à revoir à la baisse ces objectifs (comme l’intégration du RPO, ou tout ce qui sera chronophage), celle-ci répond très simplement que l’équipe « n’aura pas le soutien de [s]a direction ».

Dans ces conditions de RH déplorables et d’absence de soutien par notre hiérarchie, il est hors de question que les agents mettent leur santé en jeu pour répondre aux exigences de cette administration et travaillent pour les primes d’objectifs des directeurs.

Il est donc nécessaire d’informer nos partenaires institutionnels de nos carences actuelles et à venir afin de les prévenir des dysfonctionnements qui ne manqueront pas de survenir dans l’accomplissement de nos missions ; ce courrier sera donc envoyé également au Président du TGI d’Agen, au Procureur, aux juges de l’application des peines, au préfet ainsi qu’aux députés du Lot et Garonne.

Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Directeur, l’expression de notre attachement à la défense du Service Public.

Le 27/02/2018 CGT Travailleurs SPIP 47

Lettre ouverte à Monsieur le Directeur de l’Administration Pénitentiaire

A réception de la liste des postes proposés à la mobilité des CPIP, nous avons appris avec effarement que le SPIP du Centre Pénitentiaire du Havre n’y figurait pas.

Pour accéder à la version imprimable, cliquez sur le lien suivant lettre ouverte Le Havre 280218

Pourtant, ce service a un effectif théorique de 9 CPIP. Pourtant, il ne compte actuellement que 4 titulaires et 3 contractuels dont les contrats prendront fin dans les prochains mois.

Et donc, 5 postes auraient dû être proposés au mouvement pour ce service qui tourne depuis plusieurs années avec un nombre insuffisant d’agents et dont une part importante est composée d’agents contractuels souvent mis en difficulté et dont la précarité des postes ne peut permettre une fidélisation.

En 12 mois, 11 contractuels se sont succédés. Autant de personnes qui, à peine formées par leurs collègues titulaires, laissent la place à de nouvelles recrues. Le dernier contractuel arrivé il y a un mois a d’ores et déjà démissionné.

Nous avions alors exprimé notre effarement auprès de notre hiérarchie et par voie d’information syndicale …

Et nous vous exprimons aujourd’hui notre indignation d’apprendre que cette absence de publication de postes au Havre pourrait être le résultat d’une inconséquence administrative !

Que l’état d’abandon dans lequel est laissé le SPIP milieu fermé du Havre soit le résultat d’une décision politique arbitraire ou qu’il soit le fruit d’une incompétence de l’administration, peu nous importe.

Le Centre Pénitentiaire du Havre fait partie des 27 établissements les plus sensibles en matière de terrorisme et radicalisation violente. Il est pilote en matière de programme RESPECTO et des groupes de parole RESPIRE.

Aussi, nous exigeons que cette situation soit réexaminée et que soit mis à la disposition du SPIP milieu fermé du Centre Pénitentiaire du Havre, les moyens humains nécessaires à son fonctionnement.

Nous exigeons la publication d’un additif à la note de mobilité proposant 5 postes au centre pénitentiaire du Havre.

Dans l’attente de votre décision, nous vous adressons, Monsieur le Directeur, nos cordiales salutations syndicales.

Le Havre, le 15/02/2018

FLASH INFO CAP CPIP

Depuis hier la note de mobilité pour la CAP des 11, 12 et 13 avril 2018 est diffusée dans les services.

Pour le moment, 249 postes sont ouverts. Concernant la répartition des postes : La répartition des postes laisse perplexe sur certaines DI et encore une fois, des services vont rester en sous effectifs Il est curieux que l’Administration s’entête à proposer deux postes de CPIP placés alors que sur certaines antennes, des postes ont disparu ou d’autres actuellement occupés par des contractuels ne sont pas ouverts.

L’Administration Pénitentiaire semble en incapacité d’avoir un suivi des antennes en raison de l’absence d’organigrammes dans les Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation.

FLASH INFO CAP 070218-2

Concernant les personnels originaires des territoires ultras marins : La CGT avait participé à la rédaction d’une nouvelle note, jamais mise en application, sur les critères de mobilité qui devrait s’appliquer pour la CAP, des CPIP avec notamment une avancée pour les originaires afin de faciliter leur retour dans leur département ultra marin d’origine. Des discussions étaient en cours mais la DAP a décidé d’envoyer la note avant la fin de ces échanges, curieuse notion du dialogue social… Pourtant, il apparaît essentiel pour la CGT que la prise en compte du CIMM conduisant à appliquer la priorité légale issue de la nouvelle rédaction de l’article 60 de la loi du 11 janvier 1984 soit intégrée à la note mobilité qui n’a finalement pas été modifiée depuis 2012.

La CGT relève tout de même que cette année la note de publication indique bien qu’il est possible de spécifier sur Harmonie l’existence de Centres d’Intérêts Matériels et Moraux sans qu’il ne soit indiqué quel en sera l’effet.

Concernant les Responsables de Formation : Le système en place jusqu’à présent excluait les CPIP Responsables de Formation de certaines propositions de poste, la CGT a prévenu RH de ces incohérences sans réponse à ce jour. Aucun poste n’est proposé pour le moment à cette CAP.

La CGT regrette que le délai pour poser sa demande soit très restreint pour faire des choix sereinement d’autant plus que la Zone A est en période de vacances scolaires du 10 au 25 février.

La CGT a réitéré sa demande pour que les agents puissent connaître leur nombre de points et qu’ils reçoivent un accusé de réception après avoir fait leur demande.

La CGT Insertion Probation occupe 3 des 5 sièges à la CAP des CPIP. Pour toutes demandes liées à la CAP de mutation des CPIP d’avril 2018, n’hésitez pas à contacter les élus CGT à la CAP via la boite mail : capcpip2018@gmail.com

Montreuil, le 7 février 2018

Déclaration liminaire CAP CPIP des 11,12 et 13 avril 2017

La frénésie administrative dans laquelle est plongée la DAP depuis plus d’un an  conduit à la désertion de l’administration centrale .Quand les personnels ne sont pas méprisés voire maltraités par certaines organisations syndicales qui ne sont pas représentatives à la CAP des CPIP, ce sont les hiérarchies elles-mêmes qui s’en chargent en dénigrant le travail effectué… Le fonctionnaire doit être zélé, le doigt sur la couture et ne pas trop tenir à sa dignité ou son intégrité professionnelle… et surtout ne jamais se plaindre!

Ci-joint la version imprimable de la déclaration liminaire CGT cap cpip 2017

À cette maltraitance institutionnelle que l’on connaît et que l’on dénonce aussi dans les Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation, s’ajoute une sorte de purge au sein de la DAP…

Quand l’administration aura-t-elle le courage de rompre avec cet engrenage destructeur ?

S’il s’agissait aujourd’hui pour la CGT insertion probation de dénoncer les difficultés auprès des hauts responsables des ressources humaines nous devons nous rendre à l’évidence que plus personne n’est aux commandes !

Nous sommes réellement inquiets pour la suite compte tenu de l’état des services des ressources humaines de la DAP…

Cette inquiétude est renforcée cette année par la velléité d’utiliser pour la gestion de la CAP de mobilité des CPIP du logiciel harmonie. Force est de constater que le logiciel n’est pas à la hauteur des enjeux et nous espérons qu’il sera fin prêt pour la CAP de 2018. Il faut ici saluer le travail des personnels mais il est impératif que les effectifs RH soient adaptés aux charges de travail.

Ce sera aussi ici l’occasion pour dénoncer au mieux les mauvaises volontés voire la mauvaise foi de certains services des ressources humaines locaux et interrégionaux ou encore leur incompétence !

Il est quasiment impossible pour les personnels d’obtenir des réponses et informations sûres et complètes concernant leur déroulé de carrière, droits à congés, Compte Epargne Temps, application d’Origine et temps de travail, droit à congés maladie, congé parental, disponibilité, saisine des comités médicaux et commission de réforme, droit à la formation, retraite… Il est impératif que les responsables RH soient formés aux fonctions qu’ils occupent sinon ils continueront de donner des informations erronées et/ou de fuir leurs postes.

Enfin nous redisons à quel point les relations se sont dégradées au sein des SPIP. Les charges de travail ajoutées au management autoritaire et aux injonctions paradoxales ont épuisé les personnels… il serait temps de mettre enfin en débat les organisations de service et de permettre à tous les agents de s’impliquer dans la mise en œuvre d’un service public de qualité auquel ils se sentent attachés et dans lequel ils se reconnaissent !

La mise en œuvre acharnée de la pensée unique -voire magique- du RBR et des outils de prédiction de la récidive par l’administration est la négation même de savoirs faire et compétences à l’œuvre dans les services. Il serait utile de partir de ce que nous savons faire, le mépris affiché par l’administration sur ce que nous faisons est insupportable pour les personnels. Ce sont ces mêmes professionnels qui ont obtenu reconnaissance de la place qui est la leur en termes de responsabilité et de compétence : la catégorie A. Nous avons bien conscience que la bataille n’est pas gagnée et irons chercher ce qui est dû à la profession, sans renoncer à ce que nous sommes !

Afin d’adapter les conditions aux charges de travail il est indispensable que des organigrammes soient mis en place. Il serait opportun qu’ils constituent le RPO1 et non pas le RPO 3 !!! Il est aberrant que les SPIP aujourd’hui ne disposent pas d’organigrammes des services tels qu’ils sont constitués ni de référence hormis ceux issus du rapport IGF/IGSJ de 2011 qui repose sur une logique de gestion de la pénurie et non d’évaluation des besoins réels des publics et des services. Rapport qui plus est, a été diligenté dans un contexte très particulier celui de l’affaire Pornic… il y a 6 ans !

La CGT tient également à dénoncer les graves atteintes aux libertés syndicales et aux droits syndicaux. Il est urgent que les services gestionnaires soient formés au droit syndical et de rappeler que le non respect de ces droits syndicaux peut entraîner des sanctions. Nous évoquons ici les rejets injustifiés d’article 13, de congés formation syndicales, rappel à l’ordre dès qu’un agent exprime une opinion… Attention, l’administration pénitentiaire se militarise ! Les recours à la discipline explosent, telle une nouvelle technique de management.

Nous appelons fermement l’administration à mettre en œuvre une véritable politique de lutte contre les risques psychosociaux en mettant du lien avec les DISP. Etre attentifs aux multiplications d’arrêts maladie sur certains lieux, demandes de mutations massives, demandes d’explication à la chaîne… tous ces indices ne peuvent que traduire une incapacité ou une difficulté à gérer des équipes.

Les personnels vont désormais devoir prendre l’habitude de dénoncer dans des Comptes Rendus Professionnels les agissements parfois scandaleux de certains cadres. Il est temps de privilégier la mangement participatif au management autoritaire.

La CGT insertion probation a largement contribué à l’amélioration des modalités de recrutement dans le sens d’une diversification des profils. Il apparaît aujourd’hui indispensable que les organisations syndicales représentatives des personnels d’insertion et de probation puissent participer à l’élaboration des programmes pédagogiques de l’ENAP. Ainsi nous avons sollicité que ces organisations syndicales soient membres du conseil scientifique et pédagogique de l’école. L’administration centrale ne pourra que soutenir cette volonté et nous demandons à ce qu’elle encourage l’ENAP à associer les syndicats.

 

Il est important à cet égard de rappeler les conditions d’apprentissage à l’ENAP, la CGT insertion probation a interpellé la direction de l’ENAP non seulement sur le contenu de son règlement intérieur mais aussi sur les conditions matérielles de vie et d’apprentissage. La CGT continue de dénoncer le doublage des chambres et s’insurge quant à la mise en œuvre du paiement des repas quand par ailleurs aucune alternative n’est proposée. Le CA de l’ENAP préfère utiliser le budget pour clôturer et isoler le site de l’école plutôt que de financer des repas à ses agents… on voit bien quelles sont devenues les priorités…

 

Si l’on se félicite de l’arrêt de la pré affectation, la CGT insertion probation qui se tenait pourtant à disposition de l’administration et de l’ENAP regrette qu’il n’y ait pas eu de consultation et davantage de préparation de sortie de ce dispositif qui aurait permis de sécuriser la situation des stagiaires.

 

Les sujets sont nombreux, mais y a-t-il encore quelqu’un à la DAP pour nous répondre ?

 

Résultats CAP CPIP du 11 septembre 2014

Titularisation des CPIP 17 à l’exception de deux stagiaires.

Le recours concernant un refus de temps partiel a été accordé.

Deux intégrations dans le corps des CPIP.

Mutations :
 Concernant le poste ouvert à St Pierre et Miquelon, l’administration a choisi de profiler ce poste.

Ce profilage n’a aucunement tenu compte du caractère spécifique de ce territoire, l’administration privilégiant des critères de « dynamisme des agents… »

Le nombre des points des agents n’a donc pas été pris en considération mais, chose inédite, le classement retenu par la MOM ne l’a pas été non plus, l’administration ne présentant qu’un candidat.

L’administration a, pour la première fois, empêché la mutation d’agents plus anciens et mieux classés par la MOM, au motif que leur service d’origine, par le biais des DISP, s’étaient opposés à leurs départs !!!

Cette situation tant inédite que scandaleuse fera l’objet d’une réaction officielle de notre organisation dans les prochains jours.

Montreuil, le 11 septembre 2014

Déclaration liminaire CAP CPIP du 11 septembre 2014

Alors que les personnels et les services se sont réorganisés pour aborder cette rentrée, l’administration a fait le choix incompréhensible et irresponsable de transformer la CAP de titularisation en CAP de « mini-mobilité ».
La CGT dénonce fortement ce type de pratiques qui a des conséquences non négligeables. Tout d’abord, sur le principe même, les CAP fermées génèrent inévitablement des déséquilibres dans les services puisque les partants ne seront pas remplacés avant septembre 2015.
Par ailleurs, compte tenu des enjeux de la mobilité, le délai accordé aux agents dans le cadre de ce mouvement en pleine période estivale est bien trop court.
 Les errements de l’administration (retrait du poste d’EMS qui ne serait finalement pas libéré, profilage du poste de Saint Pierre et Miquelon) démontrent à quel point ce calendrier est loin d’être pertinent et adapté.
Tout ceci est d’autant plus intolérable que cette décision a été prise sans concertation avec les représentants du personnel.
 La CGT a exprimé son mécontentement et exigé un certain nombre d’explications.
 Les réponses apportées par l’administration ne justifient pas l’urgence de la décision pour la grande part des postes offerts à cette mobilité et traduisent encore plus l’arbitraire des choix opérés.
 Seules les annulations de mutation sur le SPIP de Nantes nous sont apparues constituer un argument recevable.
 Pour le reste, la CGT déplore cette précipitation incompréhensible et l’entêtement de l’administration qui fait toujours l’économie de la nécessaire concertation des représentants des personnels.
La CGT revendique une CAP transparente et ouverte à tous, anticipée et reposant sur des organigrammes des services qui sont les seuls à pouvoir identifier les besoins des services.
 S’il y a bien une urgence contrairement à celle invoquée pour cette CAP, c’est l’ouverture de discussions sur les organigrammes à l’instar de celles qui débuteront demain sur le recrutement et la formation et pour lesquelles nous défendrons l’intérêt des personnels, de la profession et de services à travers le maintien d’une formation de deux ans en alternance et l’abandon de la pré-affectation.
Montreuil, le 11 septembre 2014

Cliquer sur ce lien pour télécharger ou imprimer ce tract

« Older Entries