Tag Archives: organisation de service

DÉPLOIEMENT DU RPO ENTRE AUTORITARISME ET AMATEURISME

Depuis la rentrée de septembre, avec l’empressement, voire le zèle de certains prompts à jouer les bons élèves, les services des SPIP voient arriver le RPO1, qui par un séminaire, d’autres par une journée interrégionale de présentation, quand ce n’est pas tout simplement par des commentaires dans un rapport ou évidemment par un seul mail… Partout, une vraie confusion existe entre l’outil RPO et les outils d’évaluation qui devraient l’accompagner.

oct 18 tract déploiement RPO v4

Interrogée par ce déploiement très directif et sélectif – centré sur certains outils et les rapports -la CGT Insertion Probation a donc rencontré la sous-direction métiers le 4.10.18 pour vérifier l’esprit de ce déploiement impulsé par la DAP :

La sous – direction Métiers a confirmé ce que la CGT pressentait : le RPO1 doit rester une « boite à  outil »  à utiliser à l’initiative des professionnels et non imposé :tout caractère obligatoire doit être d’emblée écarté !

 

 Si le calendrier est clair, une arrivée dans les services dès le mois de septembre, les directions (DISP et DFSPIP) doivent faire un état des lieux des niveaux d’appropriation par les agents, afin de dispenser les informations / formations adéquates. Dans chaque DISP, un comité d’accompagnement doit se créer et des comités de suivi arriveront dès 2019. A la DAP, un groupe de travail existe pour concevoir un « guide de l’évaluation » : ce guide regrouperait plusieurs outils à disposition de l’agent, qui pourrait, selon son appréciation de professionnel, en user ou non, s’il estime que cela peut apporter au suivi de la personne.

 En aucun cas il ne s’agit de privilégier un outil plutôt qu’un autre, puisqu’aucun d’entre eux n’a été validé par la DAP, ou d’intervenir de manière abrupte dans les écrits des professionnels : il n’y a pas de trame unique !

Les CPIP savent travailler ; l’homogénéisation des pratiques, comme voulue au travers du RPO, doit répondre aux besoins des professionnels et traduire les évolutions de nos métiers, pas l’inverse. Elle doit s’appuyer également sur des organisations de service qui permettront un travail de qualité partout et pour tous.

Une fois encore la CGT Insertion probation dénonce l’amateurisme et l’autoritarisme des DISP et DFSPIP qui s’emparent d’une seule facette d’un outil au détriment de l’ensemble des préconisations : diffusion des RPE, savoir-être des professionnels, suivi et accompagnement des PPSMJ…

La CGT  Insertion Probation invite l’ensemble des cadres à s’approprier l’outil RPO1 et à se préoccuper également des préconisations qui les concernent :  établir un projet de service , instaurer des lieux d’échange, aide technique… « en tenant compte de la spécificité des contextes d’intervention et de la charge de travail », RPO p.76.

A 4 mois du passage en catégorie A des CPIP , il est grand temps de repenser

les relations hiérarchiques et les échanges professionnels :

le déploiement du RPO n’en prend pas le chemin !

Interrogée par ce déploiement très directif et sélectif – centré sur certains outils et les rapports -la CGT Insertion Probation a donc rencontré la sous-direction métiers le 4.10.18 pour vérifier l’esprit de ce déploiement impulsé par la DAP :

La sous – direction Métiers a confirmé ce que la CGT pressentait : le RPO1 doit rester une « boite à  outil »  à utiliser à l’initiative des professionnels et non imposé :

tout caractère obligatoire doit être d’emblée écarté !

 

Si le calendrier est clair, une arrivée dans les services dès le mois de septembre, les directions (DISP et DFSPIP) doivent faire un état des lieux des niveaux d’appropriation par les agents, afin de dispenser les informations / formations adéquates. Dans chaque DISP, un comité d’accompagnement doit se créer et des comités de suivi arriveront dès 2019. A la DAP, un groupe de travail existe pour concevoir un « guide de l’évaluation » : ce guide regrouperait plusieurs outils à disposition de l’agent, qui pourrait, selon son appréciation de professionnel, en user ou non, s’il estime que cela peut apporter au suivi de la personne.

 

En aucun cas il ne s’agit de privilégier un outil plutôt qu’un autre, puisqu’aucun d’entre eux n’a été validé par la DAP, ou d’intervenir de manière abrupte dans les écrits des professionnels : il n’y a pas de trame unique !

Les CPIP savent travailler ; l’homogénéisation des pratiques, comme voulue au travers du RPO, doit répondre aux besoins des professionnels et traduire les évolutions de nos métiers, pas l’inverse. Elle doit s’appuyer également sur des organisations de service qui permettront un travail de qualité partout et pour tous.

 

Une fois encore la CGT Insertion probation dénonce l’amateurisme et l’autoritarisme des DISP et DFSPIP qui s’emparent d’une seule facette d’un outil au détriment de l’ensemble des préconisations : diffusion des RPE, savoir-être des professionnels, suivi et accompagnement des PPSMJ…

 

La CGT  Insertion Probation invite l’ensemble des cadres à s’approprier l’outil RPO1 et à se préoccuper également des préconisations qui les concernent :  établir un projet de service , instaurer des lieux d’échange, aide technique… « en tenant compte de la spécificité des contextes d’intervention et de la charge de travail », RPO p.76.

 

A 4 mois du passage en catégorie A des CPIP , il est grand temps de repenser

les relations hiérarchiques et les échanges professionnels :

le déploiement du RPO n’en prend pas le chemin !

CTS 23/87 du 01/03/2018 DECLARATION LIMINAIRE COMMUNE SNEPAP FSU et CGT Insertion

Madame la Présidente du CTS 23/87,

declaration liminaire intersyndicale cts définitive du 01 03 18

par mail du 14/02/2018, vous indiquiez vouloir « lever certaines inquiétudes et le stress lié à la réorganisation » (du SPIP 87), en nous donnant un indice de ce qui nous attendait. Ce mail semble aujourd’hui empreint d’une réelle hypocrisie ou bien d’une ignorance inquiétante, lorsque l’on sait aujourd’hui quelle nouvelle organisation attend aujourd’hui les CPIP de la Haute-Vienne ! A quel moment, dans l’évolution de vos réflexions sur cette réorganisation avez-vous pris en compte ce que nous allions pensé d’etre changé de poste tous les deux ans ? Formée à repérer et prévenir les risques psycho-sociaux, vous est il venu à l’esprit, ne serait ce qu’un moment, des répercussions psychologiques qu’un tel bouleversement entraînerait ? On peut se demander quelle considération vous avez des personnels de ce service : informer 15 minutes avant la réunion de service, les deux seules CPIP volontaires pour continuer d’intervenir à la MA, qu’elles sont virées, comment ne pas y voir une malveillance volontaire ? Et comment atteindre des objectifs basés sur un poste en MA alors qu’on y est plus en 2018 ? Nous informer de nos nouveaux postes 3 semaines avant la date fixée, comment ne pas y voir de la violence institutionnelle programmée? Avec ce projet, vous nous réduisez à de simples pions, interchangeables, à d’honnêtes exécutants dénués de bons sens et d’expérience.

Lire la suite

SPIP 40 Drôle de service, drôle de misère !

Jeudi 08 février 2018, Madame la Directrice, vous nous avez fait l’honneur d’assister à la réunion de service du Milieu Fermé. Après avoir fait part de votre intention d’arrêter d’aborder le thème de la mixité sur une antenne soit disant mixte en réunion d’antenne mixte, vous nous avez précisé que l’équipe du Milieu Ouvert étant opposée à ce changement : vous n’agiriez pas sans leur approbation. Drôle de raisonnement, quand notre chef d’antenne nous indiquait à la réunion précédente que vous proposeriez un déménagement de l’équipe Milieu Fermé pour la sortir du Centre Pénitentiaire à la bilatérale de gestion du 01/02 alors même que la majorité de l’équipe y est opposée.Ce que vous ne pouvez pas imposer aux uns, vous l’imposez aisément aux autres. Drôle de gestion.

drôle de service, drôle de misère

Lire la suite

COMITES TECHNIQUES du SPIP du Nord: CIRCULEZ, IL N’Y A RIEN A DISCUTER OU LE DIALOGUE SOCIAL AU POINT MORT

En préambule, les élus CGT EPI 59 tiennent à dénoncer l’incapacité chronique de la Présidente du Comité Technique du SPIP du Nord à respecter les délais prévus par les textes réglementaires qui régissent les comités techniques. Systématiquement, en effet, les représentants élus au CT sont convoqués dans des délais soit trop longs (hors délais) ou… trop courts ce qui ne nous permet pas de nous organiser pour préparer le CT dans de bonnes conditions: prendre connaissance de l’ordre du jour, des projets de note, de consulter les agents concernés, et aussi et surtout nous organiser pour nous rendre disponibles car nous avons un emploi du temps chargé, des rendez-vous, des synthèses, des échéances, tout ce qui fait notre travail au quotidien, ce dont notre DFSPIP ne semble pas avoir conscience…

Compte-rendu du CT du SPIP du Nord du 20 octobre 2017 Mascarade de dialogue social

Lire la suite

SPIP 24 Déclaration liminaire CGT et SNEPAP-FSU au comité technique

Monsieur le Président du CT,

Nous constatons que les comités techniques deviennent un simulacre de dialogue social. En effet nous devons vous rappeler à nouveau la procédure du CT, qui n’est pas par une simple « réunion syndicale », mais répond à un formalisme, garant du dialogue social : modalités de convocations, réalisations de compte-rendus, tenue d’un ordre du jour…

Pour justifier de ne pas nous avoir convoqués dans les délais vous avez pu dire à certains d’entre nous qu’il n’y a « rien sur le feu » au SPIP 24.

Version imprimable déclaration liminaire 15 mai 2017 spip 24

Et pourtant :

Au niveau RH, quelle équité sur le département ?

–  sur Périgueux une contractuelle a été recrutée pour pallier une décharge de travail d’un formateur relais, ce qui permet au service de fonctionner à la normale

–  A MAUZAC, le service tourne actuellement à 3,4 ETP pour 340 détenus, et demain : 2,6 voire 1,8 car un congé maternité en attente et un détachement en suspens. Par ailleurs toutes les demandes de TP le même jour ont été validées par le DFSPIP. Un seul CPIP reste tout seul le mercredi et ne s’en plaint pas, donc la hiérarchie valide ???

 

Lire la suite

Dénis de réalité à QUIMPER

Dernièrement nous avons alerté notre hiérarchie et les magistrats de l’application des peines de Quimper sur nos difficultés actuelles et surtout futures par rapport à la prise en charge des PPSMJ .

En effet , en raison de départs en retraite non remplacés (2 ) , d’agents en disponibilité ,en arrêt maladie de longue durée , en congé maternité , le SPIP de Quimper va perdre 40 % de son effectif en Août 2017 .

8 agents vont devoir faire le travail de 13 !

Version imprimable Tract intersyndical Quimper 15 05 2017

En dehors de mesurettes à évaluer ( BEX collectif , rapports à 6 mois ) , notre hiérarchie ne nous propose aucune solution viable sauf à accepter le démantèlement d’une organisation sectorielle , qui a fait ses preuves depuis longtemps sur notre territoire , au profit d’un Salmigondis indigeste et ingérable tant pour le personnel que pour la population suivie .

Lire la suite

PERMANENCE TETRIS AU SPIP 78: GAME OVER!

Depuis plusieurs mois, les permanenciers sont à la peine: ils ne cessent de faire face à des défaillances de plus en plus nombreuses qui n’augurent rien de bon à l’approche de la période estivale!

Version imprimable tract permanence 78
Il devient coutumier d’avoir des tableaux de permanences incomplets sur les mois en cours, ce qui entraîne un recours habituel au tableau de roulement et à des sollicitations des agents régulièrement le jour même. Les tableaux sont creusés comme des gruyères dès le premier jour du mois concerné…

Lire la suite

SPIP 92 Déni de démocratie

La mobilisation des personnels, à l’initiative de l’intersyndicale CGT-SNEPAP-CNT s’est avérée payante puisqu’elle a, sans nul doute, fortement contribué au maintien à son poste de notre chargé d’accueil contractuel qui venait de se voir signifier brutalement la fin de sa mission.

Nous nous félicitons de ce succès, preuve que l’action solidaire est efficace et nous remercions les personnels qui ont pris part au mouvement.

Restons mobilisés car notre collègue n’est reconduit à son poste que jusqu’au 31 août 2017.

Version imrpimable tract intersyndical du 15 février 2017

La réorganisation du SPIP des Hauts de Seine devenue effective en octobre 2016 constitue une source de mécontentement pour nombre d’entre nous. L’équipe d’encadrement à lancé une réflexion sur cette réorganisation qui devrait se traduire par la publication d’un bilan.

Les représentants des organisations syndicales regrettent que cette réflexion s’effectue précipitamment, dans des conditions telles qu’elles ne peuvent s’associer à ce travail.

Nous sommes allés rappeler au directeur que les questions qui touchent à l’organisation du service ne peuvent être conduites sans que les représentants des personnels qui siègent au Comité Technique ne soient consultés.

Au delà de la tenue formelle des Comités Techniques qui reste incontournable selon les textes en vigueur, nous avons rappelé au directeur que le recours à des représentants plus ou moins occultes d’une fraction des personnels ne peut suppléer la consultation de l’ensemble des personnels, ce qui reste la vocation des organisations syndicales.

Le chantier du futur SPIP-Quartier de Semi-Liberté des Hauts de Seine a repris après un gel de plusieurs années.

Nous avons déploré auprès du directeur les conditions dans lesquelles la Direction de l’Administration Pénitentiaire conduisait cette opération. Il s’agit d’un véritable déni de démocratie puisque ni les personnels, ni leurs représentants n’y ont été associés.

L’histoire balbutie, On se souvient que la localisation actuelle du SPIP des Hauts de Seine a été conquise de haute lutte, après des mois de mobilisation intense et d’actions syndicales alors que l’Administration Centrale nous réservait une place à coté de la déchetterie de Nanterre. Grâce à notre combat, nous avons finalement été associés au choix des nouveaux locaux que nous occupons aujourd’hui à deux minutes du RER A.

Le projet de SPIP-QSL place le futur établissement dans un environnement plutôt hostile, aux confins d’une zone industrielle occupée par des usines dangereuses et polluantes et à au moins quinze minutes de la gare RER mal desservie par les bus ce qui la rend difficilement accessible au public.

Nous avons demandé au directeur de nous informer de l’état du chantier en cours afin que chacun, à partir d’une réunion de service puisse se faire une idée du projet entrepris par les services de la Direction de l’Administration Pénitentiaire sans aucun égard pour les personnels et les publics directement concernés.

Nanterre, le 15 février 2017,

SPIP 34 – Compte-rendu CGT du Comité technique spécial

Vos élus CGT du SPIP de l’Hérault vous rendent compte des résultats du Comité Technique Spécial qui s’est tenu à Montpellier le 25.08.2016.
Pour rappel, comme stipulé par la circulaire d’application du décret n°2011-184 du 15 Février 2011, “Au-delà des problèmes d’organisation et de fonctionnement des services, les comités techniques connaissent des questions relatives aux effectifs, aux emplois et aux compétences des agents. Ils sont également informés des principales décisions à caractère budgétaire ayant des incidences sur la gestion des emplois.”

Version imprimable compte-rendu-cgt-du-cts-du-25-08-16
Le CTS du 25/08/2016 avait pour objet principal la présentation des projets des nouvelles organisations de service sur le département, adressés fin juillet aux personnels.
Pour la CGT, il n’est pas concevable que ces projets dont les conséquences sur le travail au quotidien des personnels sont importantes puissent être mis en place sans en être discutés préalablement avec les principaux intéressés.

Lire la suite

SERVICES PENITENTIAIRES D’INSERTION ET DE PROBATION – RECOMMANDATIONS DE LA COUR DES COMPTES ANALYSE DE LA CGT

En pleine mobilisation au sein des Services Pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP), le 30 mai 2016, la Cour des comptes rendait public un référé qui dénonçait des faiblesses  dans la prise en charge et le suivi par l’administration pénitentiaire des majeurs condamnés. Il est important pour la CGT insertion probation d’en faire sa propre analyse d’autant que la rentrée sera aussi celle où les questions soulevées par la Cour des Comptes seront d’actualité : ouverture des négociations pour un meilleur statut des personnels d’insertion et de probation, élaboration d’organigrammes, mais également l’expérimentation des outils d’évaluation au sein des SPIP et aboutissement du référentiel de pratiques opérationnelles dans un contexte où les surenchères politiciennes et sécuritaires font recette et où les peurs des citoyens sont instrumentalisées pour justifier un état d’urgence permanent.

Lire la suite

« Older Entries