Tag Archives: CAP

Résultats élections professionnelles du 6 décembre 2018 : Toujours majoritaire !

 Communiqué élections analyse et résultats version PDF cliquez ici

La CGT conserve sa première place dans les services pénitentiaires d’insertion et de probation et réaffirme ainsi sa position majoritaire. Ainsi en ont décidé les personnels lors de ces élections du 6 décembre. Elle remercie chaleureusement ses militants, ses sympathisants, et tous les professionnels qui lui ont accordé leur confiance. Vous trouverez un certain nombre de résultats à la fin de ce document. Nos futur-e-s élu-e-s le savent : ils sont votre voix, et vous êtes leur force !

Au niveau national comme local, la CGT s’impose comme interlocuteur incontournable de notre Administration. Celle-ci ne peut continuer d’ignorer notre forte représentativité.

La CGT rappelle au DAP qu’il ne peut ignorer nos revendications et orientations, car comme il l’annonçait lui-même en comité technique, les élections ont bel et bien été le « juge de paix ». Les résultats confirment notre position d’organisation majoritaire au sein des SPIP et par là nos positionnements : ce que porte la CGT, c’est ce que demandent et attendent la majorité des personnels.

  • CT SPIP : LA VISION METIER DE LA CGT PLEBISCITEE

Malgré les tentatives de déstabilisation de l’Administration via l’attaque de notre communication, et malgré la mise en œuvre au sein des services par cette même administration du programme politique d’une organisation syndicale qui reste minoritaire, ce sont bien les revendications portées par la CGT qui emportent le vote des personnels !

Avec 4 sièges sur 8 au CT SPIP, la CGT consolide sa place d’organisation majoritaire au sein des SPIP.

La CGT demande donc la réouverture du chantier RPO 1 sur l’aspect des méthodologies afin que celui-ci reflète la réelle pratique des personnels et respecte enfin l’identité professionnelle de ses personnels, dont le  jugement clinique dans l’évaluation et l’accompagnement des personnes suivies, sont reconnus par tous (partenaires institutionnels et associatifs). Tous sauf notre Administration. Le résultat de ces élections conforte la CGT dans la défense de notre identité de travailleur social, et sanctionne l’Administration dans son obstination à imposer de nouvelles méthodologies qui ont pour conséquence de dénaturer nos métiers.

Les représentants de la CGT continueront de porter la voix des personnels, défendre nos missions, nos identités professionnelles et le service public.

  • CAP : PORTER LES DROITS DES PERSONNELS EN SPIP

» CAP des CPIP

Forte de son bilan sur le mandat 2014-2018, la CGT reste majoritaire, recueillant 44,83% des suffrages, soit plus que les des deux organisations arrivées 2ème et 3ème réunies.

La CGT continuera d’occuper 3 sièges. Ces dernières années la présence de la CGT IP a progressivement permis plus de transparence et d’équité dans la gestion des CAP. Vos représentants poursuivront et développeront leurs actions pour défendre les situations individuelles dans le respect des règles de la fonction publique, comme ils s’y sont engagés. Les élus CGT exigeront de l’administration une plus grande rigueur quant à la gestion des RH. La CGT ne tolérera pas les multiples revers et ratages de l’année 2018. Dès l’installation des nouveaux élus, la CGT demandera l’ouverture de discussions pour un réexamen de certaines règles concernant l’avancement et la mobilité.

La CAP sera pour la 1ère fois composée de 3 organisations syndicales. La CGT sera attentive à ce que cette arrivée ne coïncide pas avec l’introduction des méthodes douteuses pratiquées dans d’autres CAP et restera focalisée sur la défense des professionnels et des acquis obtenus sur le fonctionnement de cette instance. Nous serons enfin combatifs quant au respect des engagements pris par l’administration sur l’alimentation du futur grade de classe exceptionnelle.

» CAP des ASS :

La liste commune CGT-FSU perd un siège, mais conserve la majorité des voix : elle garde deux sièges au sein de cette instance. La CGT continuera de revendiquer une revalorisation statutaire et l’ancienneté pour la mobilité et l’avancement.

 

» CAP des personnels administratifs :

La CGT est présente pour défendre l’ensemble des catégories des personnels titulaires (adjoints, secrétaires et attachés).

 

» Contractuels : La CGT siégera à la commission consultative paritaire (CCP)

 

  • La CGT: UNE PRESENCE A TOUS LES ECHELONS

→ Au local, la CGT insertion probation maintient son nombre de sièges dans les CT locaux et reste présente pour faire vivre un dialogue social de qualité dans 88 % des CT.

Cela signifie clairement que les personnels (administratifs, de surveillance, travailleurs sociaux, contractuels, etc.) ont accordé leur confiance aux militants locaux de la CGT pour les représenter face aux hiérarchies locales. C’est le reflet de l’engagement de nos militants, de notre structuration, de notre volonté démocratique de toujours s’appuyer sur les dynamiques locales.

→ A l’échelon régional, grâce à ses listes multi-catégorielles, la CGT est la seule organisation qui assure la représentativité des SPIP au sein des comités techniques interrégionaux (CTI). Les questions propres aux SPIP seront donc bien abordées dans cette instance.

  • Les CHANTIERS EN COURS : amorcés en 2018, ils seront les temps forts des mois à venir

Ils contiennent de forts enjeux dans les services pour l’ensemble des personnels et le maintien de nos missions

* Création d’organigrammes de référence pour l’ensemble des agents tout corps confondu : pour enfin connaître nos besoins en recrutement et aboutir à des effectifs permettant un fonctionnement normal de nos services et la prise en charge de notre public

* La revalorisation indemnitaire des différents corps (personnels administratifs, psychologues, ASS, personnels de surveillance et personnels d’insertion et de probation) par une PSS identique pour tous et l’abandon du coefficient minoré des P.A. La mise en œuvre de la Réforme statutaire pour les pour les CPIP et la défense d’un taux de promotion interne important tel que convenu avec la DGAFP.

* et réflexions sur l’exercice même de nos fonctions : défense de nos missions, respect de nos écrits professionnels, qualité d’échange avec notre public, positionnement de la hiérarchie…

Nous serons à la hauteur de votre confiance en continuant à défendre notre identité professionnelle et le service public. Cette représentativité engage la CGT envers l’ensemble des professionnels des SPIP, dont elle doit porter la parole, auprès de qui elle se doit d’être proche, et à qui enfin elle doit rendre des comptes.

  • CAP – CPIP
Date scrutin Inscrits Votants Participation Bulletins blancs/nuls Suffrages exprimés Sièges à pourvoir
2011 2742 1898  69,22% 25 1873 5
   2014    2936    1937      65,97%          33      1904         5
2018 3539 2211  62.47 % 34 2 177 6
  2011 2014 2018
Syndicats Voix % Nbre de sièges Voix % Nbre de sièges Voix % Nbre de sièges
UFAP-UNSa 84 4,48% 0 105 5,51% 0 373 17.13 % 1
SNP FO 39 2,08% 0 61 3,20% 0 88 4.04 % 0
SNEPAP FSU 525 28,03% 2 519 27,26% 2 560 25.72 % 2
CFTC SLJ    /     75 3,94% 0 60 2.76 % 0
Solidaires 40 2,14% 0 73 3,83% 0 / / 0
CFDT 175 9,34% 0 161 8,46% 0 120 5.51 % 0
CGT 1010 53,92% 3 910 47,79% 3 976 44.84 % 3

 

CT SPIP :

Date scrutin   Inscrits Votants Participation Bulletins blancs/nuls Suffrages exprimés Sièges à pourvoir
2011 Plus de CT SPIP (mandature Sarkozy)
2014 4444 3051 68,65% 146 2905 8
2018   5424 3279 66,25 %  387 3219 8
  2011 2014 2018
Syndicats Voix % Nbre de sièges Voix % Nbre de sièges Voix % Nbre de sièges
UFAP-UNSa 315 10,84% 1 669 20.78% 2
SNP FO 163 5,61% 0 177 5.49 % 0
SNEPAP FSU       726 24,99% 2 701 21.77 % 2
CFTC SLJ        123 4,23% 0 102 3.17 % 0
Solidaires       123 4,23% 0 82 2.55 % 0
C. JUSTICE       113 3,89% 0 0
CFE CGC       123 3,82%
CFDT       262 9,02% 1 265 8,23% 0
CGT       1080 37,18% 4 1100 34.17 % 4

 

  • Nos élus

 

  • Au CT – Ministériel : 3 postes CGT / 15

Titulaire CGT IP : Morgan Labey

Suppléant CGT IP : Jean-Damien Del Papa

  • Au CT SPIP : 4 postes / 8

Titulaires : Flore Dionisio, Pierre-Yves Lapresle, Oriane Lequere et Damien Goursaud

Suppléants : Dorothée Dorleacq, Philippe Chesneau, Nadia Périllaud et Mylène Palisse

  • A la CAP CPIP : 3 postes / 6

Titulaire CN : Fabienne Titet

Suppléant CN : Julien Magnier

Titulaire HC : Louisa Naffati et Julien Dumas

Suppléant HC : Isabelle Zerr et Sylvie Deroo

 

–      A la CAP ASS : 2 postes / 4

Titulaire ASS Principale : Sophie Boronad- Colot

Suppléante : Brigitte Lenglain

Titulaire ASS : Oriane Messier

Suppléante : Lydia Journo

 

    A la CAP des Attachés :

Titulaire : Denis Rapenne

Suppléante : Nathalie Palmieri

 

–    A la CAP des Secrétaires Administratifs :

Titulaire : Catherine Vidal

 

–    A la CAP des Adjoints Administratifs :

Titulaire : Catherine Bachorz

Suppléante : Alexandra Nikoloff

 

#SPIP – Elections professionnelles 2018 : Déterminée et Mobilisée La CGT RESTE MAJORITAIRE ET NE LACHE RIEN !

A l’issue des élections professionnelles 2018, la CGT Insertion Probation reste l’organisation majoritaire de notre filière et conserve l’ensemble de ses postes nationaux : merci à tous nos militants, sympathisants et aux professionnels qui continuent de nous accorder leur confiance.

Communiqué dec 18 elections avec photo 2

 Comptez sur nous pour continuer de défendre notre métier et nos missions !

 

Date

scrutin

CAP CPIP 

 

   

Date

scrutin

CT SPIP

 

Inscrits Participation Nb sièges / totalité   Inscrits Participation Nb sièges / totalité
2011 2742 69,22% 3 / 5   2011 Pas de CT
2014 2936 65,97% 3 / 5 2014 4444 68,65% 4 / 8
2018 3561 En attente 3 / 6 2018 5103 66,25 % 4 / 8

 

Dès la publication définitive des résultats, courant de semaine prochaine, nous communiquerons et analyserons ces derniers.

. Retrouvez tous nos résultats sur notre site :

http://www.cgtspip.org/resultats-elections-professionnelles-2018/

En attendant, vous pouvez d’ores et déjà rejoindre la journée d’action pour défendre une justice de qualité, accessible, égale pour tous et protectrice des libertés : 12 DECEMBRE 2018  – JOURNEE D’ACTION « JUSTICE POUR TOUS »

Merci pour vos votes CGT !

Communiqué dec 18 elections avec photo 2
CGT   Insertion – Probation >>>  spip.cgt@gmail.com / www.cgtspip.org

UFSE-CGT – 263 rue de Paris -case 542 – 93014 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 89 69 / 71 – @cgtSpip – La Cgt Spip

 

DECLARATION LIMINAIRE CAP DES ADJOINTS ADMINISTRATIFS DU 25 AU 29 JUIN 2018

Le 14 juin 2018 le gouvernement a confirmé que le point d’indice serait toujours gelé en 2019 il est vrai que ce dégel aurait coûté un pognon de dingue en tous cas plus qu’une piscine ou un service de table de porcelaine de Sèvre.

decla liminaire
Lors de la CAP du mois d’avril nous avions dit notre inquiétude quant à l’avenir des CAP. Cette inquiétude était malheureusement fondée. En effet, le Vendredi 25 mai, lors d’un groupe de travail avec les représentants du personnel, la Direction Générale de l’Administration et de la Fonction Publique (DGAFP) a dévoilé les pistes envisagées par l’exécutif à savoir suppression de compétences des CAP, remise en question des commissions sur les actes intervenant à la demande de l’agent en matière de position statutaire (détachement entrant, disponibilité, intégration, réintégration, démission), et
enfin remise en cause du paritarisme entre les employeurs publics et les représentants du personnel afin de simplifier le fonctionnement des CAP, mais aussi pour remédier aux « lourdeurs constatées par les employeurs en matière de gestion individuelle des ressources humaines », à l’exception des questions disciplinaires ».
La DGAFP prévoit de supprimer toute compétence des CAP sur les actes en matière de mobilité et de mutation.
Il est également envisagé de supprimer la compétence de droit des CAP sur les mesures individuelles favorables (titularisation, acceptation de la démission).
La DGAFP prévoit une architecture profondément revue. Il est proposé, pour la fonction publique d’État, d’élargir l’assiette des CAP en passant d’une CAP par corps à une CAP par catégories (A, B et C) par ministère, « tout en permettant de distinguer les grands univers professionnels ».
Bienvenue en magouilleaucratie.
Jupiter devrait désigner lui-même les représentants du personnel cela éviterait de faire les élections de décembre.
À ce stade, nous ignorons, dans cette comédie du dialogue social, si ces pistes seront suivies jusqu’au bout.
Malheureusement les différentes attaques de ce gouvernement contre les acquis sociaux ne peuvent que nous inquiéter.
En tout état de cause la CGT ,1ère organisation syndicale de la fonction publique, est opposée à toute remise en cause du fonctionnement des CAP et des acquis pour la défense des fonctionnaires.
Nous ne sommes pas seulement opposés aux propositions de la DGAFP mais également aux propositions faites par  le Secrétariat Général de notre Ministère pour les CAP des corps communs notamment les 3 ans dans le poste avant de demander une mobilité où les demandes de mobilité à l’intérieur d’une même ville qui ne relèveraient plus des CAP nationales mais bien d’arrangements entre petits potentats locaux, même si vous n’êtes pas de la même direction. C’est une opposition totale. Les acquis sociaux ne se bradent pas, ils s’améliorent.
À l’administration pénitentiaire, plus particulièrement dans les SPIP, les personnels administratifs rencontrent  des difficultés grandissantes dans l’exercice quotidien de leurs missions.

Nos collègues sont contraints d’occuper plusieurs postes de travail (sous effectifs patents) afin d’assurer la continuité du service public. L’organisation même de l’administration pénitentiaire et ses contraintes lourdes imposent aux personnels des conditions de travail extrêmement difficiles. Il n’est pas rare que les agents soient en souffrance et demandent leur mutation. Mais là encore l’administration
pénitentiaire bloque pour des raisons faisant plus appel à de l’autoritarisme voire au despotisme qu’à une gestion moderne des ressources humaines. Et là commence la spirale infernale de la souffrance au travail, qui même identifiée par les partenaires sociaux (médecins du travail, assistantes sociales, organisations syndicales…) rencontre l’indifférence passive d’une administration sûre d’elle-même.

Quoi qu’il en soit, les personnels administratifs en centre de détention, en maison d’arrêt, dans les services
d’insertion et de probation et dans les DISP ne sont pas considérés, ne sont pas reconnus à leur juste valeur. Il y a un travail énorme de ressources humaines à effectuer de la part de l’administration pénitentiaire et c’est URGENT.
Même constat de souffrance à la DSJ, concernant les personnels de greffe, certains directeurs de greffe et magistrats.
Pour ce qui concerne nos collègues de la PJJ, là encore on est dans le flou le plus total pour la mise en place du
RIFSEEP, une grande majorité de nos collègues n’ont toujours pas reçu la notification d’appartenance à un groupe.
Pour le travail journalier nos collègues administratifs deviennent des « Shiva ». L’administration impose aux éducateurs une obligation de renseigner le logiciel de suivi des jeunes c’est « Shiva » qui fait, « Shiva » est régisseur adjoint, « Shiva » fait tout ce que les autres et notamment les responsables ne veulent pas faire. Ne cherchez pas plus loin le refus de venir à la PJJ et les demandes de départ vers d’autres cieux plus cléments ou supposés plus cléments.
Sur les CAP des adjoints et la tenue de celle-ci plus particulièrement, nous espérons que le logiciel HARMONIE a pris en considération toutes les demandes des agents contrairement à l’année passée où un certain nombre de collègues ne figuraient pas dans les cahiers CAP.
Fin janvier 2018, la CAP d’avancement est reportée en raison de la non fiabilisation des viviers des collègues promouvables.
Fin mars 2018, la CAP d’avancement est une nouvelle fois reportée en raison d’une journée de grève dans la fonction publique et à la SNCF. Il est à noter que la CAP était programmée du 21 au 23 mars, la grève elle juste le 22 mars.
Du 11 au 13 avril enfin la CAP d’avancement s’est tenue. Les résultats ont changé deux fois pour la promotion en AAP 1 (55 agents déjà promus puis 6 agents ne remplissaient pas les critères statutaires). Pour rappel cette CAP était prévue fin janvier, en 3 mois le vivier n’avait toujours pas été fiabilisé par les directions. Nous avons de vives inquiétudes sur la CAP d’avancement au titre de 2019 qui doit se tenir mi septembre.
Ensuite c’est la CAP mobilité qui a été reportée car des petits potentats locaux de la DSJ ont continué, malgré nos alertes, de s’octroyer le droit de fixer des délais restrictifs pour déposer leurs demandes de mobilité parfois les collègues avaient seulement 4 jours. Le Secrétariat Général va –t-il enfin comprendre que nos petits potentats n’ont que faire des directives du secrétariat général.
Au vu des différents reports déjà faits depuis le début de l’année, pour la CAP d’avancement de septembre vous avez déjà prévu une nouvelle date. Pour la CAP de mobilité d’octobre vu les délais habituels et l’attitude de nos chers responsables, quand comptez-vous sortir la circulaire pour permettre à nos collègues d’avoir un délai normal pour déposer leur demande ?
Pour ce qui concerne cette CAP nous espérons que ne va pas se renouveler comme l’année dernière, la notification des arrêtés début septembre, les difficultés liées aux déménagements, inscriptions scolaires, recherche de logements pendant la période estivale restent compliquées.
Concernant la mise en œuvre du RIFSEEP, la CGT a toujours dénoncé ce système de rémunération et son application considérant que c’était une véritable usine à gaz. De nombreux collègues sont très insatisfaits car ils constatent une inadéquation entre leurs fonctions exercées indiquées dans leurs évaluations voire dans leur fiche de poste et la notification de leur groupe de fonctions.
Comme cette CAP est dite « ouverte » comment va-t-on procéder pour les postes qui se seront libérés, puisque nous n’aurons pas connaissance de l’appartenance à un des groupes ?
Puisque nous connaissons déjà les groupes pour les postes publiés dans la circulaire mobilité, il va donc falloir que vous les indiquiez sur les arrêtés de mobilité.
Nous nous étonnons de la cotation de certains postes. Comment peut-on penser que certains sites, proposant plusieurs postes soient uniquement en groupe 2 ? il n’y aurait donc pas de fonction de faisant fonction de greffier à titre principal, pas de poste en hébergement ?
La circulaire de mise en place du RIFSEEP prévoit 2 groupes alors que dans la circulaire mobilité un certain nombre de postes de la PJJ sont positionnés dans le groupe 3. La PJJ aurait elle un RIFSEEP particulier ?
Évidemment cela concerne des indemnités perçues au minimum. Reconnaissance des compétences, évaluations de l’expertise avez-vous dit ?
Lors de la CAP des greffiers, il nous a été annoncé, de façon macronienne, qu’une expérimentation serait lancée à partir de septembre pour une professionnalisation des CLI. Tout cela sur demande expresse de la ministre dans le cadre de son chantier numérique. Qu’en est-il des futurs CLI de catégorie C ? Pour ce qui est d’une véritable professionnalisation, avec la mise en place d’un statut et de véritables perspectives de carrière, il semble que ce soit beaucoup trop pour le
« nouveau monde », qui préfère mélanger création d’un corps de B technique (vieille revendication de la CGT, là aussi) avec un véritable corp de techniciens informatiques…
POUR TOUS RENSEIGNEMENTS VOUS POUVEZ CONTACTER NOS ELUS et EXPERTES
– Laurence BRETON, T.G.I. Brest, 02.98.33.86.36, laurence.breton@justice.fr
– Joël THEILLARD, C Placé 78, 06.24.49.26.13, joel.theillard@justice.fr
– Maryse BONIFAY, C.P.H. Grasse, 06.82.20.58.36, maryse.bonifay@justice.fr
– Catherine VIDAL, D.I.S.P. Marseille, catherine.vidal@justice.fr
– Catherine BACHORZ, T.I. Roubaix, 03.20.76.98.31, catherine.bachorz@justice.fr
– Stéphanie KACZMAREK, T.I. Blois, 02.54.56.26.09. , stephanie.kaczmarek@justice.fr
– Syndicat National C.G.T. des Chancelleries & Services Judiciaires – Palais de Justice – 4 Boulevard du Palais – Esc. F1 – 1er étage et Entresol n 1 – 75001 PARIS-Tél :
01.44.32.58.60. /01.44.32.52.04. Fax : 01.46.33.26.98. – E.Mail : synd-cgt-acsj@justice.fr – Site internet : http://www.cgt.justice.fr
– Syndicat National C.G.T. de la Pénitentiaire – 263, rue de Paris – Case 542 – 93514 MONTREUIL cedex – 01.48.18.89.67 – Fax : 01.55.82.89.68 – E.Mail : ugsp@cgt.fr – Site :
http://www.ugsp-cgt.org
– Syndicat National C.G.T. de la Protection Judiciaire de la Jeunesse – 263, rue de Paris – Case 500 – 93514 MONTREUIL cedex – 01.55.82.84.67 – Fax : 01.55.82.84.68 – E.Mail :
cgtpjj@hotmail.com – Site : http ://www.cgtpjj.fr
– Union Nationale des syndicats CGT SPIP- case 542 – 263, rue de Paris- 93014 MONTREUIL cedex-01 55 82 89 69/71- E.Mail : spip.cgt@gmail.com site : www.cgtspip.org

Flash info CAP mobilité et avancement

Depuis vendredi, et alors que la CAP de mobilité des CPIP était clôturée depuis la veille, les organisations syndicales ont été saisies par les terrains d’un certain nombre de situations individuelles sur lesquelles  les résultats de la CAP de mobilité semblaient poser difficulté. Relayées à l’administration, ces situations donnent lieu depuis, à des propositions, par la DAP, de modification des résultats validés en instance afin de  rectifier ses erreurs : CIMM non renseignés, annulations non prises en compte, postes non inscrits dans le déroulé fourni , erreur sur les RA de départ…

Flash info CAP mobilité et avancement VD

N’oublions pas que seule l’administration réceptionne l’ensemble des demandes et informations nécessaires à la préparation de la CAP. Les organisations syndicales sont ensuite informées par l’administration (en parallèle certains éléments sont envoyés directement à la CGT par certains collègues).  Faute pour l’administration d’avoir fait ce travail en intégralité malgré un report d’un mois, nous nous trouvons aujourd’hui dans la situation inédite de défaire la CAP après la CAP !

Face à cette situation, la CGT a exigé auprès de la DAP la tenue d’une réunion « post CAP » avec les organisations représentatives siégeant en CAP.

Il est en effet hors de question pour notre organisation de répondre à ces situations sans échange direct avec l’administration.

Une réunion avec les services des ressources humaines de l’administration a été obtenue et se tiendra le 31 mai. Nous ne savons pas avec précision quelles seront les mutations remises en cause ni les décisions qui seront prises par l’administration pour pallier ces erreurs. L’administration s’est d’ores et déjà engagée à examiner avec bienveillance ces remises en cause. 

La CGT exige que les mutations telles qu’actées à la CAP soient préservées, sauf pour les annulations parvenues dans les temps.

La CGT ne peut accepter que des agents soient lésés du fait d’erreurs incombant à l’administration et qui ont eu pour conséquence des mutations actées par elle lors de la clôture de la CAP.

Nous conseillons toutefois à chacun une grande prudence quant aux dispositions qu’il pourrait prendre du fait de sa mutation ou de sa non mutation et rappelons qu’aucune décision ferme n’est prise à ce jour et ne le sera pas avant le 31 mai.

La CGT s’engage à continuer à se battre, comme elle le fait toujours, pour que les intérêts des agents soient préservés .

Nous savons que ces contres temps sont une source d’angoisse et d’incertitude insupportables.

Nous déplorons que l’administration se soit encore mise dans l’incapacité de donner rapidement  des résultats définitifs mais il est maintenant sans doute  préférable de prendre du temps, plutôt que d’annoncer alternativement de bonnes et mauvaises nouvelles aux personnels.

Pour être clairs, lorsque nous faisons la CAP nous disposons de 3 éléments:

– le dossier de l’agent avec sa carrière et sa situation nous permettant de vérifier le nombre de points dont il dispose

– un accès H@rmonie avec les fiches de vœux ce qui  permet d’extraire les données (ordre des vœux, Résidence administrative d’affectation…)

– un déroulé listant l’ensemble des postes créés et qui permet de placer les agents sur leur meilleur vœux possible en fonction de leurs nombre de points

Cette année, malgré toutes nos corrections et nos efforts, l’administration n’a pas été en mesure de nous fournir l’ensemble de ces éléments sans qu’ils soient erronés.

De plus les agents ultra-marins disposant d’un Centre d’Intérêts Matériels et Moraux (CIMM) dans un département d’outre mer, ont bénéficié conformément à la loi « égalité réelle outre mer » d’une priorité.

Ceci  a conduit à examiner s’ils détenaient bien ce CIMM (déterminé à partir de plusieurs critères strictement définis et encadrés par des notes et de la jurisprudence). C’est le service qui gère les congés bonifiés qui a certifié ces CIMM. Toutefois, malgré nos alertes et nos craintes certains CIMM n’ont pas été vérifiés et d’autres existants n’ont pas été mentionnés…ce  qui  a entraîné des erreurs  dans l’ordre des mutations.

En outre, certains agents sont positionnés sur des Résidences Administratives qui ne sont pas les leurs.

De fait lorsqu’ils sont mutés, ils laissent un poste devenu vacant sur une mauvaise RA, ce qui a pour conséquence non seulement de faire muter quelqu’un sur un site non dépourvu mais de priver la RA d’où il est issu de l’arrivée d’un  collègue.

Ces erreurs impliquent des erreurs de mutation en cascade puisque tous les postes découlent les uns des autres…  et ces erreurs doivent nécessairement être rectifiées au risque de voir les résultats de la CAP totalement invalidés ultérieurement.

La CAP d’avancement qui devait avoir lieu le 31 mai est donc reportée au 12 juillet. Ce report s’explique  par l’absence de retour du nombre exact de personnes devant être promues et répond au besoin de régler au plus vite les questions liées à la CAP de mobilité.

Le service RH de la DAP devrait rapidement communiquer auprès des DISP pour donner une information claire sur le report de cette CAP d’avancement et la réunion post CAP du 31 mai. Les promotions seront effectives à la date du 1er janvier 2018, donc les agents ne seront pas lésés par ce report.

Nous restons évidement disponibles pour répondre à vos questions.  N’hésitez pas à nous contacter si vous avez de doutes sur votre situation au 01.55.82.89.69.

Les élus CAP

Le 21 mai à Montreuil

L’avancement pour les CPIP : le guide pour les nuls !

Pour un conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation classe normale, l’avancement c’est la possibilité de devenir hors classe, cette reconnaissance institutionnelle représente un intérêt uniquement pécuniaire puisque cela n’a aucun impact en terme de responsabilité ou de niveau de compétence.

Version imprimable du guide de l’avancement pour les nuls 2017

L’avancement peut se faire soit par le biais de l’examen professionnel soit au tableau d’avancement au choix. C’est le statut des CPIP du 23 décembre 2010 qui prévoit ces modalités et conditions. S’il vient d’être modifié par la mise en œuvre au 1/01/2017 de PPCR, cela ne modifie pas fondamentalement les choses pour 2017. Ceux qui étaient proposables en 2017 sans PPCR le sont encore et de la même façon pour l’examen professionnel. Ce qui change c’est la suppression de la condition d’ancienneté d’un an dans le 6ème échelon pour l’examen professionnel et l’ajout d’un an d’ancienneté dans le 9ème échelon pour le passage au choix. Ces nouvelles dispositions sont transitoires et ne s’appliquent que pour 2017. Nous détaillerons les nouvelles dispositions qui entreront en vigueur pour 2018/2019/2020 lorsque les textes définitifs seront publiés après avis du Conseil d’Etat.

Pour déterminer le nombre de CPIP qui sera promu au titre d’une année, on prend en compte le nombre de CPIP qui entrent dans les conditions objectives de promotion et on applique un pourcentage appelé taux de promus/promouvables (taux pro/pro). Ensuite il est prévu que ce nombre doit être réparti entre les 2 types de promotions (examen/ choix) selon une proportion d’un tiers minimum pour le choix. Mais, contrairement à ce que revendique la CGT, l’administration privilégie la modalité de l’examen professionnel à proportion des 2/3.

Lire la suite

Reconstitution d’une CAP ASS Justice ! Compte rendu UGFF de la CSC 8 juillet 2015

Montreuil, le 15 juillet 2015

Compte rendu de la commission statutaire consultative du 8 juillet 2015

Version imprimable du compte rendu

Bilans de gestion des corps interministériels d’assistants de service social et de conseillers techniques de service social

Le Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes qui, en sa qualité de chef de file de ces deux corps, a coordonné et synthétisé les informations en provenance des différents périmètres de gestion.
Pour la CGT, ce CIGEM n’est pas vraiment une réussite.

A l’origine, la CGT n’était pas opposée à la création des CIGEM sociaux pensant que les corps interministériels permettraient des opportunités d’emploi et stabiliseraient les promotions pour l’ensemble de ces corps.

Le CIGEM sous autorité de gestion du ministère des affaires sociales regroupe outre ses propres agents, les personnels des affaires étrangères, de l’agriculture, de la culture, de la caisse des dépôts et consignations, des services du premier ministre et ceux de la justice. La répartition volumétrique est très inégale puisque les agents du ministère de la justice représentent plus de 70% des assistants sociaux gérés. L’adhésion du ministère de la justice correspondait à son projet de faire disparaitre les ASS dans son périmètre. Un changement de doctrine intervenu à partir de 2013 a accru le déséquilibre numérique entre les agents des différents ministères.

Ce déséquilibre a créé de nombreuses difficultés : les personnels des autres ministères ont eu l’impression que la Justice embolisait à elle seule l’espace de la CAP et que leurs problèmes n’étaient pas traités correctement. Inversement, les personnels de la justice ont eu la sensation d’une rigidification des règles de gestion.

Ce CIGEM étant plus ou moins expérimental, les administrations ont dû apprendre à travailler ensemble et il y a eu un fort déficit d’anticipation et de préparation. Les conditions de travail des agents de la DRH du MAS ont été fortement dégradées en raison de la saturation et de dossiers individuels mal ficelés de la Justice. Ils n’ont plus pu suivre correctement leurs propres dossiers ou ceux des autres ministères à faible effectif.

Les pratiques étant très différentes, les mutations entre les ministères ont été quasiment impossibles.
L’information entre toutes les CAP (Éducation Nationale, Défense et MAS) auraient dû être favorisées. Il n’en a rien été, le MAS ne jugeant pas opportun de permettre aux agents de connaître la localisation de tous les postes existants afin de pouvoir faire un choix de mobilité Enfin, et pour ce qui concerne les promotions il faut constater que le fonctionnement du corps interministériel n’a pas apporté de plus-value : il n’a pas permis de résorber le retard de promotion dans certains ministères.

Autre point de bilan : les élections de 2014 ont été vécues par les personnels sociaux comme la preuve d’un mépris insondable. Apprendre à quelques jours du scrutin qu’ils ne votent plus pour le CT ministériel du ministère où ils sont affectés mais à celui des affaires sociales a été vécu comme une forme de rejet. Constater que le matériel de vote n’a pas été vérifié et qu’il comporte de graves erreurs, est, là encore, le symptôme d’un désintérêt des administrations pour les personnels de cette filière…

En conclusion, la sortie des assistants de service social de la Justice de la gestion des affaires sociales est une bonne chose pour tout le monde : ceux qui partent et ceux qui restent.

Projet de décret modifiant le décret n° 2012-1098 du 28 septembre 2012 portant statut particulier du corps interministériel des assistants de service social des administrations de l’État
Le présent projet vise à redéfinir la configuration du corps interministériel des assistants de service social des administrations de l’État (ASS) gérés par le ministère des affaires sociales. Le rattachement au ministère des affaires sociales des ASS du ministère de la justice, bien que disposant d’un effectif bien supérieur au seuil de 50 agents (351 agents) permettant à un ministère de se constituer en autorité de gestion, s’est opéré, lors de la création du corps, sur la base du volontariat. Cette asymétrie numérique entre les ASS des différents ministères est devenue une source de difficultés particulièrement pour l’organisation des CAP (prédominance des sujets propres au ministère de la justice lors des réunions) et la difficile harmonisation des pratiques de gestion des opérations de mouvement.

Afin de résoudre ces difficultés, le texte soumis au CSFPE propose que le ministère de la justice soit érigé en autorité ministérielle de rattachement des personnels en fonctions au sein de ses services : dans cette configuration, le ministère de la justice procèdera directement au recrutement et à la gestion de ses personnels. Une commission administrative paritaire sera placée à cet effet auprès de la ministre de la justice.

Ce projet de décret comporte en outre une disposition transitoire permettant la tenue de réunions de l’actuelle commission administrative paritaire pendant une période de neuf mois, de manière à ne pas bloquer les procédures d’avancement et de mobilité des personnels jusqu’à l’organisation de nouvelles élections professionnelles.

La CGT se réjouit de la reconstitution d’une CAP des ASS au ministère de la justice, c’est à dire du retour à l’autonomie de gestion ! Cela permettra sans doute d’améliorer la prise en compte des situations individuelles dans tous les ministères et de rééquilibrer le fonctionnement de la CAP que la MAS conservera avec les autres ministères à petit effectif.

Votes :
Pour : CGC – CGT – FO – FSU – Solidaires- UNSA Contre : CFDT

Projet de décret relatif aux conditions d’accès et aux formations à l’École nationale d’administration

Le projet de décret réforme les cycles de préparation aux concours, les conditions d’accès et les formations initiale et continue à l’École nationale d’administration.
Dix-sept amendements ont été déposés par les organisations syndicales

Le titre Ier du décret est consacré aux dispositions relatives aux concours d’entrée de l’ENA.

L’amendement de la CFDT sur l’article 4 demande que les jurys soient composés pour moitié par des fonctionnaires de façon à respecter l’objectif affiché de professionnalisation d’un concours destiné à recruter des fonctionnaires stagiaires.

Votes :
Pour : CFDT – CGC – CGT – FO –Solidaires Contre : FSU
Abstention : UNSA

L’amendement déposé par la CFDT sur l’article 8 demande que le diplôme exigible soit sanctionné par 5 années d’études.
Pour la CGT, la diversification des parcours et des origines des candidats est incompatible avec cette exigence de ce niveau de diplôme.

Votes :
Pour : CFDT – FSU – UNSA Contre : CGC – CGT – Solidaires Abstention : FO

L’amendement 3 portant sur la comptabilisation des périodes de service permettant de se présenter au concours interne est retiré au profit d’une nouvelle rédaction de l’administration.

Le titre II du décret est consacré aux dispositions relatives aux préparations aux concours.

L’amendement de la CGT sur l’article 15 vise à laisser la possibilité pour des préparationnaires ayant déjà suivi un cycle préparatoire au concours interne d’une autre école de la haute fonction publique de le cumuler avec le cycle préparatoire au concours interne de l’ENA. Les cas d’abus signalés par l’administration sont marginaux et ne sauraient priver tous les agents dont la carrière est de plus en plus longue de possibilité d’évoluer dans leur carrière.

Votes :
Pour : CFDT – CGC – CGT – FO – FSU – Solidaires Abstention : UNSA

L’amendement de la CFDT sur l’article 16 est en cohérence avec celui déposé par l’administration à l’article 10.

Votes :
Pour : CFDT – CGC –FO – Solidaires – UNSA Abstention : CGT – FSU

Les amendements de la CFDT portant sur l’article 18 souhaitent ne pas donner la possibilité au directeur de l’école d’être l’organisateur des épreuves du cycle préparatoire. Les actes administratifs concernant les épreuves d’accès restent du domaine du ministre en charge de la fonction publique.

Votes :
Pour : CFDT – CGT – FO – FSU – Solidaires – UNSA Contre : CGC

L’amendement CGT revient sur le nombre de places offertes aux cycles préparatoires au concours interne en demandant qu’il soit égal à au moins trois fois celui des places offertes à la précédente session du concours interne et non pas compris entre 2 et 6. En effet, la réduction du nombre de places en cycle préparatoire est à la fois préjudiciable à l’administration et aux agents. L’accès au cycle préparatoire représente opportunité de carrière pour les agents et cette année de remise à niveau et d’ouverture ne peut qu’également profiter à l’administration.

Votes :
Pour : CFDT – CGC – CGT – FO – FSU – Solidaires – UNSA

L’amendement de la CFDT sur l’article 24 demande qu’un décret en Conseil d’État définisse les conditions dans lesquelles les titulaires de ce certificat sanctionnant le suivi de l’enseignement en cycle préparatoire peuvent se présenter à certains concours d’accès aux corps classés en catégorie A de la fonction publique.

Votes :
Pour : CFDT –FO – FSU – Solidaires – UNSA Abstention : CGC –CGT

Le titre III du décret est consacré à la formation initiale des élèves issus des trois concours.

L’amendement CGT sur l’article 38 vise à circonscrire les lieux de stage auprès d’opérateurs poursuivant une mission d’intérêt général. En effet, si l’on souhaite donner une pertinence à ce stage, il convient de limiter son champ aux structures poursuivant une mission d’intérêt général, en veillant à ce que les stages en associations soient mieux représentés. En effet le stage en entreprise ne vise surtout qu’à faire acquérir une culture d’entreprise aux stagiaires et à les initier à la transposition des règles privées du management au secteur public.

Votes :
Pour : CGT – FSU – Solidaires Contre : CGC
Abstention : CFDT – FO – UNSA

L’amendement de la CFDT sur l’article 41 veut supprimer la possibilité d’une nomination dans un corps d’attaché d’administration de l’État en cas de résultats insuffisants d’un élève. L’administration est favorable à l’amendement

Votes :
Pour : CFDT – FO – FSU –
Abstention : CGC – CGT – UNSA – Solidaires

L’amendement de la CFDT sur l’article 44 veut supprimer la référence à la qualité d’ancien d’élève, qualité non définie.

Votes :
Pour : CFDT – CGC – FO
Contre : Solidaires
Abstention : CGT – FSU – UNSA

L’amendement de la CFDT sur l’article 45 souhaite que seules les indemnités de formation que l’élève a perçues au cours de sa scolarité soient remboursables en cas de démission ou de refus de signature de l’engagement décennal. Pour la CGT, l’État investit dans la formation de ses futurs hauts fonctionnaires. La démission de fait après la formation constitue une rupture d’engagement qui doit entraîner le remboursement des rémunérations perçues au cours de la scolarité.

Votes :
Pour : CFDT
Contre : CGT – Solidaires
Abstention : CGC – FO- FSU – UNSA

Le titre IV regroupe les dispositions du décret relatives à la procédure de sortie des élèves

L’amendement de la CFDT portant sur l’article 49 demande que la commission chargée du suivi de la procédure d’affectation ait l’obligation de formuler des observations

Votes :
Pour : CFDT – CGC – CGT – FO – Solidaires – UNSA Abstention : FSU

L’amendement de la CFDT sur l’article 51 précise l’origine de l’expression des besoins en formation professionnelle complémentaire en supprimant la référence aux anciens élèves.

Votes :
Pour : CFDT –CGT – FO -FSU – UNSA Abstention : CGC – Solidaires

Vote global sur le texte :
Pour la CGT, ce texte, sans grande profondeur constitue essentiellement une série de mesures techniques qui ne relèvent qu’à peine du niveau du décret. Elle a, par conséquent, décidé de s’abstenir.

Pour : CGC- FO
Abstention : CFDT –CGT:– Solidaires -FSU – UNSA.

LES CAP FERMEES : QUAND L’EXCEPTIONNEL SE REPETE…

Une CAP fermée, c’est déshabiller Paul pour habiller Pierre, sauf que cette fois Paul ce sont les SPIP et Pierre c’est l’administration centrale ou la DISP !

Cliquer ici pour télécharger et imprimer le communiqué

L’administration vient de publier 3 postes profilés, 2 à la DAP et un à la DISP de Paris. Non seulement ces postes sont soumis au pouvoir discrétionnaire du recruteur mais en plus ces effectifs seront pris sur les agents de terrain ! 3 services vont se voir départis de 3 CPIP et les postes vacants ne seront pas proposés aux titulaires puisqu’il s’agit d’une CAP dite fermée. Il faudra donc attendre la CAP suivante pour que – peut-être – ces postes soient proposés ; à moins qu’ils n’aient aussi disparus comme de nombreux postes chaque année. L’absence d’organigrammes permet à l’administration de dissimuler tous ces appauvrissements des terrains alors qu’en parallèle elle se gargarise d’être le seul ministère à créer des postes !

Nous le savons tous et ce n’est plus à démontrer la DISP de Paris est une des plus touchée par les départs et les arrivées de stagiaires consécutifs. La DAP avec l’ouverture d’une CAP fermée ne fait qu’aggraver ce phénomène puisque ces postes vont être pourvus au détriment des services d’Ile de France.

Par ailleurs nous regrettons encore une fois la précipitation dans laquelle se fait cette CAP fermée, les personnels disposent de moins d’une semaine pour prendre la décision de postuler, convenir d’un entretien et s’y présenter. Il s’agit là de peu de garantie d’un système égalitaire et équitable. A moins que les jeux ne soient déjà faits !?

La situation exceptionnelle de septembre 2014 se reproduit, faut-il y voir une nouvelle habitude et une méthode de travail imposées aux organisations syndicales ?

De telles pratiques jettent un discrédit sur l’intégrité des CAP et sur les considérations qui président au choix des candidats.

La CGT dénonce encore une fois ce type de pratiques et demande à l’administration de reporter l’ouverture de ces postes à la prochaine CAP de CPIP pour permettre à chacun de postuler dans des conditions équitables et de ne pas davantage fragiliser les services.

 

A Montreuil le 22 juin 2015

GUIDE CGT DE LA MOBILITE CAP DES CPIP 8, 9, 10 AVRIL 2015

Voici le guide mobilité CGT pour la CAP des CPIP des 8, 9, 10 avril 2015. Ce guide réalisé par vos représentants CGT à la CAP, vous donne l’ensemble des informations essentielles pour postuler à la CAP.

GUIDE_MOBILITE_2015 (1) DOCUMENT IMPRIMABLE ET TELECHARGEABLE

Depuis plusieurs années la CGT agit pour que la CAP de mutation des CPIP soit mieux anticipée. Ce sera la deuxième année que la CAP se tient en Avril pour une mutation en Septembre, cela permet de mieux préparer son départ du service et mieux organiser sa vie personnelle. Peu de changements cette année concernant les règles de mobilité. Ce guide reprend donc l’essentiel des éléments transmis l’année précédente.
Plus de 400 postes sont proposés à la mobilité, ce sera donc une CAP de grande ampleur. Avec les créations de 1000 emplois dans les SPIP sur 3 ans, les deux années à venir entraîneront également des mouvements conséquents. Avec une réforme pénale qui nous laisse au milieu du gué, sans le véritable changement de paradigme que nous appelons de nos voeux, il y a fort à parier que malgré ces renforcements d’effectifs, les CPIP seront toujours la tête sous l’eau, soumis à autant d’injonctions paradoxales et de logiques gestionnaires. Lire la suite

Bonne année 2015 au SPIP de Soissons

Un petit historique et rappel de la situation des antennes de Soissons et Château-Thierry jusqu’à fin 2014 pour mieux comprendre le déroulé des événements est nécessaire :

➢ Antenne de SOISSONS :

– 2012 : Tout va bien : 9 CPIP (4 temps partiels / 5 temps complets), 1 PA.

– Février 2013 : départ d’1 CPIP temps complet, sur concours, non remplacé.

– Juillet 2014 : départ d’1 CPIP temps partiel, retour sur détachement, non remplacé .

➢ Centre Pénitentiaire de CHATEAU-THIERRY : 1 CPIP temps complet depuis 2008 (en 2008, 2 CPIP temps complet sur le CP, mais départ de l’un des 2, non remplacé ) . Le 1er décembre 2014, le départ du seul CPIP de Château-Thierry, sur réussite d’un concours, a été annoncé pour le 19 janvier 2015. Lire la suite

UNE REPRÉSENTATIVITÉ QUI S’IMPOSE

 

La CGT conserve sa première place dans les services pénitentiaires d’insertion et de probation et réaffirme ainsi sa position majoritaire. Elle remercie chaleureusement ses militants, ses sympathisants, et tous les professionnels qui lui ont accordé leur confiance.

Vous trouverez tous les résultats à la fin de ce document. Ne vous étonnez pas de ne pas y trouver les résultats du CT-AP, les tableaux contenaient des erreurs de base de calcul ! (pourcentages additionnés, pourcentages calculés sur le nombre de votants au lieu des exprimés, etc.)

La CGT sait que la confirmation de sa forte représentativité doit s’imposer à un double niveau. Elle s’impose face à l’administration, qui ne peut éluder aujourd’hui ses revendications et ses orientations, qui ne peut et ne doit pas faire sans elle. Cette représentativité engage surtout la CGT envers l’ensemble des professionnels des SPIP, dont elle doit porter la parole, auprès de qui elle se doit d’être proche, et à qui enfin elle doit rendre des comptes. Nos futur(e)s élu(e)s le savent : ils sont votre voix, et vous êtes leur force ! Lire la suite

« Older Entries