Articles de la catégorie: Interprofessionnel

Communiqué UFSE-CGT Ministère du travail : libertés syndicales bafouées !

Le 14 novembre dernier, une inspectrice du travail, militante SUD a été suspendue de ses fonctions pour « faute grave » selon la direction du ministère du travail jusqu’à la tenue d’une commission de discipline programmée le 14 décembre.

Interviewée par un journaliste lors d’une manifestation publique, elle a porté la parole de son syndicat et contesté la politique de suppression massive de postes au sein de son ministère qui met à mal la qualité du service public.

lire le communiqué UFSE-CGT

Dans toute la fonction publique, les atteintes aux libertés syndicales, les menaces de sanctions et la répression sont des pratiques de plus en plus courantes et prennent des formes variées.

Aujourd’hui, tous les prétextes sont bons pour entraver l’action syndicale et la liberté d’expression.

Ainsi, des camarades CGT – TEFP d’Ile de France ont récemment fait l’objet d’un blâme pour leur action en soutien aux travailleurs sans-papiers. Un autre militant SUD inspecteur de travail a été rappelé à l’ordre pour sa participation, toujours dans un cadre syndical, à une réunion publique critiquant la réforme actuelle du droit du travail.

Au Ministère de la Justice, en décembre 2016, une autre femme fonctionnaire, conseillère pénitentiaire d’insertion et de probation et syndicaliste qui s’était exprimée dans la presse pour porter la parole de son syndicat CGT sur les politiques de lutte contre la radicalisation a dû, elle aussi, subir ce type d’acharnement.

Dans ces deux ministères d’ailleurs, des codes de « déontologie » sont utilisés comme des leviers d’asservissement d’un autre temps et d’atteintes à la liberté d’expression syndicale.

La multiplication de ces procédures et menaces constituent autant de manœuvres visant à intimider tous ceux qui voudraient exprimer une simple appréciation critique ou leur opposition aux politiques actuelles.

Ces sanctions et ces menaces représentent une atteinte grave à la liberté d’expression et au droit syndical, pourtant garantis par la constitution, le droit international. Il s’agit également d’attaques aux fondements du Statut Général. Ceux qui en sont les instigateurs rêvent probablement d’un

retour à l’époque où les agents de la Fonction publique étaient considérés comme des sujets, devant rester muets quelles que soient les turpitudes dont ils avaient connaissance.

L’UFSE-CGT condamne avec la plus grande fermeté de telles procédures et de telles sanctions.

L’UFSE-CGT combat vigoureusement des conceptions et des pratiques visant à faire taire les syndicalistes ou, ce qui revient à peu près au même, à ne les autoriser à s’exprimer que sur ce qui convient aux employeurs.

L’UFSE-CGT appelle à signer massivement la pétition en ligne et à participer au rassemblement : A Paris, le 14 décembre prochain, à 14h au 14 avenue Duquesnes

pour soutenir notre collègue et dénoncer les attaques faites à la liberté d’expression. Une attaque contre l’un.e d’entre nous est une attaque contre nous tous, soyons solidaires !

 

Solidarité aux camarades de l’inspection du travail respect des libertés syndicales

Le Ministère du Travail sanctionne les syndicalistes de ses propres services ! Et la répression vient encore de monter d’un cran !

Ces atteintes aux libertés syndicales et à la liberté d’expression n’est pas sans nous rappeler des pratiques au Ministère de la Justice qui sanctionnait Mylène Palisse, conseillère pénitentiaire d’insertion et de probation, élue CGT, pour s’être exprimée dans la presse sur les politiques de lutte contre la radicalisation. Nous attendons un arbitrage de la nouvelle garde des sceaux pour l’annulation de cette sanction inacceptable et exigeons que le droit syndical soit respecté.

Version imprimable communiqué soutien CGT travail

La solidarité des organisations CGT dans le cadre de la mobilisation, et bien au-delà, est nous le savons primordiale pour la défense des libertés syndicales. Ces libertés fondamentales sont essentielles dans la lutte au quotidien pour les droits des travailleuses et travailleurs. N’oublions pas qu’elles nous ont permis de nous organiser, d’exprimer des revendications et de conquérir de nouvelles avancées sociales.

Les ordonnances sur le droit du travail remettent en cause le droit syndical et les instances représentatives qui sont des garanties pour toutes et tous ! Attaquer les inspectrices et inspecteurs du travail, ainsi que leurs missions, c’est aussi attaquer celles et ceux qui sont garant.e.s du respect des droits des travailleuses et travailleurs.

Dans le même temps, les libertés syndicales sont attaquées de toutes parts ! De plus en plus, après deux ans d’état d’urgence, et l’intégration de mesures attentatoires à nos libertés dans le droit commun, les ministères se mettent à la roue du ministère de l’intérieur : le ministère de la justice et celui du travail en sont des exemples atterrants !

Les ministères ne supportent plus qu’aucune critique des politiques régressives et répressives menées soit rendue publique. Pourtant ces politiques fragilisent bel et bien les plus précarisés et les plus démunis ! Nous ne sommes pas dupes de la manœuvre visant à museler les syndicalistes et à réduire la portée du syndicalisme de lutte.

La CGT au sein du Ministère de la Justice assure toute sa solidarité aux camarades de l’inspection du travail et exige que les libertés syndicales soient respectées partout !

Montreuil, le 23 novembre 2017

La CGT Pénitentiaire, le Syndicat National CGT des chancelleries et services judiciaires, L’UNS CGT PJJ et la CGT insertion probation

Rétablissement du jour de carence : un vote synonyme d’injustice et d’inefficacité

L’Assemblée Nationale a donc rétabli hier soir le jour de carence dans la Fonction Publique.
Ce dispositif, déjà en vigueur en 2012 et 2013, est un mauvais coup de plus contre les fonctionnaires.
Censée lutter contre l’absentéisme, cette mesure est une attaque en règle contre les arrêts maladie et
contre les agents. En effet, ce sont les arrêts de maladie délivrés par les médecins que l’on qualifie ici,
d’absentéisme.

Version imprimable rétablissement du jour de carence

Cherchant à diviser les salariés entre eux, les défenseurs du jour de carence invoquent l’équité entre
les travailleurs du secteur privé et ceux de la Fonction publique.

Rappelons d’abord que, contrairement à ce que prétendent les libéraux de tous bords, les agents de
la Fonction publique ne sont pas davantage malades que leurs collègues du privé, loin s’en faut. Une
enquête de l’INSEE qui vient de sortir le confirme amplement. Lire la suite

Harcèlements et violences dans la Fonction publique : des réponses et des actes !

La CGT a signalé au plus haut niveau de l’État, et à de multiples reprises, des cas de violences particulièrement graves notamment dans de nombreux secteurs de la Fonction Publique. Chefs de service et d’établissements, ministre de tutelle, ministre de la Fonction publique, 1er ministre, secrétaire d’État à l’égalité ont été interpellé et rien ne s’est passé !

Version imprimable 2017-10-23-CP violences FP

Comment est-ce possible ? Comment ces responsables du gouvernement peuventils à la fois s’offusquer, à juste titre, des violences faites aux femmes et ne pas traiter et régler celles dont ils ont eu connaissance, qui leur ont été rapportées dans leur secteur de responsabilité !

Comment peuvent-ils fermer les yeux pour celles qui perdurent dans la Fonction publique ? Lire la suite

RIFSEEP LETTRE OUVERTE AU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

La CGT a tenu une réunion d’information syndicale ouverte à tous les agents de l’administration centrale du ministère de la justice le mardi 20 juin portant notamment sur la mise en oeuvre du régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (RIFSEEP) au sein du ministère de la justice organisée par la circulaire ministérielle du 7 avril 2017 (NOR : JUST1711011C) applicable aux agents des corps interministériels et corps à statut commun relevant du ministère de la justice.

La concertation des agents présents a permis de relever plusieurs interrogations majeures sur l’application de ce nouveau régime indemnitaire concernant :

– Les cas de réexamens de l’indemnité mensuelle de fonctions, de sujétions et d’expertise (IFSE) ;

– L’impossibilité de modifier le groupe de fonction d’un agent qui effectuerait l’intérim d’un agent classé dans une catégorie indemnitaire supérieure ;

– Le manque de transparence sur la classification des postes dans les nouveaux groupes indemnitaires ;

– Le caractère facultatif et la répartition discrétionnaire et opaque du complément indemnitaire annuel (CIA) entre les agents d’un même service et les services entre eux.

La CGT tient à réaffirmer qu’elle est profondément attachée au service public et à ses valeurs et réaffirme donc qu’elle est pour l’abrogation de ce système.

Version imprimable Lettre ouverte RIFSEEP – CGT

Lire la suite

PLF – PLFSS 2018 : L’austérité en marche !

Les projets de lois de finances et de financement de la Sécurité sociale confirment la volonté des pouvoirs publics de répondre aux injonctions de la Commission européenne.

Ces projets servent les intérêts des classes sociales les plus fortunées, les organisations patronales, et plus particulièrement du Medef, les actionnaires et les marchés financiers.

Il est évident que ces derniers se frottent les mains !

L’orientation libérale des pouvoirs publics est non seulement confirmée, mais revendiquée : toujours moins de prélèvements socialisés, de dépenses publiques, de politiques et de services publics !

Pour la CGT, les richesses produites par le monde du travail doivent être utilisées autrement.

L’heure est à la mobilisation de toutes et tous pour imposer d’autres choix !

Toutes et tous moblisé-é-s le 10 octobre 2017 !

Pour en savoir plus lire le tract: Version imprimable tract interfédéral

Programme Action publique 2022 Privatisations et abandons de missions de la Fonction publique Nous ne laisserons pas faire !

Dans une lettre de mission en date du 26 septembre 2017, le Premier ministre présente aux ministres le programme Action publique 2022. Celui-ci prévoit d’ « accompagner rapidement la baisse des dépenses publiques avec un engagement ferme : réduire de trois points la part de la dépense publique dans le PIB d’ici 2022 ».

Version imprimable programme_action_publique_2022_03.10.17
Dans le cadre de la mise en œuvre de ce programme, E. Philippe demande à chaque ministre de proposer des « réformes structurelles » qui viendront nourrir le futur rapport du Comité Action publique 2022. Dans ce cadre, chaque ministre est invité à envisager des évolutions concernant les différentes politiques publiques. Trois hypothèses sont privilégiées : « transferts entre les différents niveaux de collectivités publiques » ; « transferts au secteur privé » ; « abandons de missions ».
Le gouvernement confirme ainsi qu’il entend bien poursuivre et amplifier les politiques d’austérité mises en œuvre sous les précédentes mandatures. Au service des intérêts du capital, il fait de la réduction des dépenses publiques le centre de sa politique, au détriment des intérêts des usagers et des agents de la Fonction publique.

Lire la suite

JOURNÉE UNITAIRE DE GRÈVE ET DE MANIFESTATIONS LE 10 OCTOBRE DANS LA FONCTION PUBLIQUE FONCTION PUBLIQUE Toutes et tous mobilisés pour gagner !

Les décisions gouvernementales le démontrent : le président de la République, le Premier ministre et le gouvernement mènent une politique au service du profit, des plus riches et du MEDEF. Face à cette avalanche de mauvais coups, il ne saurait être question de demeurer les bras croisés. Il est d’ailleurs malhonnête de prétendre que l’élection de Macron correspond à une adhésion massive à son programme, tant s’en faut. C’est pour cela que, sans attendre, la CGT a pris ses responsabilités en appelant à la mobilisation de tous les salariés. C’est particulièrement vrai dans la lutte engagée contre les ordonnances visant à démanteler le Code du Travail et à restreindre encore davantage les droits déjà bien limités des salariés. Ce mouvement qui concerne tout le monde, secteur privé comme secteur public, est loin, très loin d’être terminé : il s’inscrit résolument dans la durée et va encore monter en puissance.

APPEL_CGT_FP_10_10_2017

2017-10-10-préavis-grève-UFSE-CGT

Lire la suite

Toutes et tous mobilisé-es contre l’état d’urgence permanent, pour nos droits et libertés Rassemblement le lundi 25 septembre à 18 h à Paris. (Place Edouard Hérriot – derrière Assemblée Nationale)

Le 25 septembre 2017, l’Assemblée Nationale examinera le projet de loi de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme en procédure accélérée, en dehors de tout débat public nécessaire.

Ce texte pérennise les mesures de l’état d’urgence qui dure depuis 2 ans et qui doit prendre fin au 1er novembre 2017.

Version imprimable 2017-09-22-communiqué-UFSE-état-urgence-permanent

Ne nous y trompons pas, le gouvernement Macron procède à un tour de passe-passe en faisant croire à la fin d’un état d’exception. Or, il n’en est rien car le texte qui sera voté la semaine prochaine installe encore plus dans notre quotidien le soupçon permanent et l’état policier.

L’état d’urgence a largement été dénoncé et son inefficacité pour lutter contre le terrorisme plus que démontrée. Pire, il est dévoyé et utilisé contre les militant.e.s et manifestant.e.s. Cet énième projet de loi de lutte contre le terrorisme ira encore plus loin dans les atteintes aux libertés fondamentales des citoyen.ne.s et dans les pratiques discriminatoires.
Alors que les mobilisations se multiplient contre les régressions sociales sauce Macron, ce projet de loi constitue un arsenal répressif contre le mouvement social intolérable !

Lire la suite

Fonction publique : mobilisé.e.s le mardi 10 octobre

Depuis l’arrivée du nouveau gouvernement, les mesures négatives s’accumulent pour les agent.e.s de la Fonction publique : gel de la valeur du point indice, rétablissement de la journée de carence, perspective de 120 000 suppressions d’emplois sur les 3 versants de la Fonction publique…

Et contrairement à l’engagement fait aux agent.e.s public.que.s par Emmanuel Macron dans le cadre de sa campagne présidentielle : “J’augmenterai votre pouvoir d’achat, comme celui des salariés des entreprises : vous paierez moins de cotisations et votre salaire net sera augmenté d’autant”, la hausse de la Csg se traduira au mieux par une simple compensation dans la Fonction publique, c’est à dire sans gain de pouvoir d’achat pour les agent.e.s ! Ainsi, toutes ces mesures vont impacter fortement et négativement le pouvoir d’achat de plus de 5,4 millions d’agent.e.s public.que.s et fragilisent les services publics rendus aux usagers. C’est inacceptable.

Version imprimable CP journee FP unitaire
Lire la suite

« Older Entries