Articles de la catégorie: CAP

DECLARATION LIMINAIRE CAP ADJOINTS ADMINISTRATIFS 19 juin au 23 juin 2017

Nous ne pouvons débuter cette déclaration sans revenir sur votre demande de C.A.P. « écrite » afin de pourvoir 2 postes à la D.A.P. pour l’application de la loi sur le renseignement pénitentiaire datée d’octobre 2016. Nous ne reviendrons pas sur la définition du mot « urgence » somme toute relative arguée par l’administration .Une loi d’octobre et une CAP urgentissime en date du 17 mars pouvait supporter un délai supplémentaire.
Nous ne savons pas à ce jour si ces deux postes ont été pourvus et comment l’ont-ils été. ?
Concernant la CAP d’avancement du 02 mars 2017, les résultats ne sont toujours pas publiés sur l’intranet soit plus de trois mois après.

Version imprimable Declaration liminaire CAP juin 2017
Vous nous aviez indiqué lors de cette CAP que la validation des taux de promotion était en cours à la Fonction publique et au Finances et que ce n’était qu’une question de jours. Ces ministères viennent de les valider. Ce léger contre temps va donc de facto entraîner un retard dans l’application du P.P.C.R.
Quels délais peut on espérer pour la publication des arrêtés individuels de promotion (délai plus ou moins important selon les directions) ? Ensuite faire les arrêtés toujours individuels du reclassement qui l’a encore devront prendre quelques semaines.

Lire la suite

Déclaration liminaire CAP des SA des 8 et 9 juin 2017

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs membres de la CAP

La mandature de François Hollande a engendré beaucoup de désillusions avec un nombre important de promesses non tenues. Son bilan décevant tant sur le plan économique et social qu’international laisse un goût amer et un pays déprimé. Les budgets publics sont restreints au profit des dons au patronat et la « révolution fiscale » promise n’a pas eu lieu alors qu’il s’agissait de rendre l’impôt plus juste et plus efficace…Tous salariés confondus, nous vivons au quotidien les conséquences sociales des politiques d’austérité qui depuis des décennies malmènent le monde et les peuples. Ces cinq dernières années ont vu exploser et se confirmer toute une nébuleuse de formes d’activités présentées comme nouvelles et émergentes, mais qui ont toutes comme point commun remarquable d’accélérer le mouvement de précarisation et de paupérisation de pans de plus en plus conséquents de la population active.

DL CAP 8 et 9 juin 2017

L’échec du quinquennat est responsable de la forte progression du Front National. Emmanuel Macron s’est trouvé propulsé aux commandes de notre pays grâce en partie aux votes des électeurs qui ont dit non au Front National et non par soutien à son programme.

Ne soyons pas dupes et restons lucides ! Chat échaudé craint l’eau froide dit le proverbe…Emmanuel Macron n’est pas l’homme providentiel qui va résoudre les problèmes et sauver notre pays de la faillite ! Son programme est le chantre du libéralisme et le nouveau président entend légiférer par ordonnances pour faire passer sa réforme du droit du travail et veut soumettre les services publics à la loi du « marché ».

La présence à ses côtés de personnalités de la droite et du centre dont la volonté délibérée de mettre à bas la forteresse salariale et ses insupportables garanties sociales est connue et oblige à une grande vigilance.

Pendant la campagne présidentielle, alors que la priorité doit être donnée à l’emploi et au pouvoir d’achat, Emmanuel Macron a avancé le chiffre d’une réduction de 120.000 des effectifs de la fonction publique sur le quinquennat (50.000 pour l’Etat et 70.000 dans les collectivités locales), annoncé l’individualisation des rémunérations en fonction des missions et du mérite et prévoit d’aligner les régimes de retraite du secteur privé et public.

Autre inquiétude : La disparition du ministère de la Fonction Publique de plein exercice dont les attributions reviennent désormais au ministère de l’Action et des Comptes Publics présage pour les 5,4 millions de fonctionnaires un traitement exclusivement budgétaire et comptable de leurs missions et la poursuite des politiques d’austérité malgré les propos rassurants du ministre qui a déclaré « Je serai le serviteur des fonctionnaires ». La CGT qui attend un véritable dialogue social en prend note et saura le rappeler le moment venu.

Déjà, le rétablissement du jour de carence et le refus d’une véritable augmentation du point d’indice en 2017 ont été évoqués lors des 1ères rencontres avec les organisations professionnelles.

Quel avenir pour la fonction publique et les fonctionnaires très stigmatisés pendant la campagne électorale ?

La CGT réaffirme son attachement au service public et réclame l’attribution de vrais moyens à une fonction publique au service de l’égalité des droits, de la cohésion sociale, du développement économique et de la laïcité.

Les citoyens réclament eux aussi de nouveaux moyens pour des services dont ils voient et vivent la nécessité au quotidien.

Le statut des fonctionnaires répond aux nécessités des missions confiées aux fonctionnaires. Il ne s’agit pas de défendre un simple statut quo. Les enjeux du XXIème siècle appellent au contraire des évolutions de la fonction publique dont l’élaboration concerne à la fois les agents et les usagers.

S’agissant de la CAP de mobilité qui nous réunit aujourd’hui, la CGT se félicite de sa tenue début juin ce qui permettra aux agents qui vont bénéficier d’une mobilité de s’organiser plus facilement dans le cas où leur nouvelle affectation impose un déménagement.

En revanche, la CGT relève que les accusés de réception de demande de mutation n’ont pas été remis à tous les intéressés. Impossible donc pour eux de vérifier les données inscrites sur le document (ordre des vœux et barème). A quand un accusé de réception électronique ? Il est regrettable également que lors de la validation de la fiche de vœux dans Harmonie, le système ne soit pas capable de donner le nombre de points découlant du barème.

Nous déplorons une fois de plus le nombre important de postes profilés. Leur augmentation liée à la réorganisation du Secrétariat Général fait un bond par rapport aux années 2015 et 2016. Pour 2017, nous avons comptabilisé 274 postes profilés (PV et PSDV confondus) sur 460 postes proposés soit un pourcentage de 59.5 % alors qu’il était de 42 % en 2015 et de 43 % en 2016. La CGT réitère son opposition aux postes profilés qui rompent avec le principe d’égalité de traitement dans la fonction publique car ils sont soumis au pouvoir discrétionnaire du recruteur. De plus, ces postes profilés ne requièrent pas tous de qualification particulière et doivent être attribués au barème aux collègues qui en font la demande.

Qu’en est-il de l’expérimentation de la mise en place d’un service facturier dans les interrégions Grand Est et Centre Est avec mise à disposition d’agents des PFI aux DDFIP ?

La généralisation aux autres PFI est-elle envisagée ? Si oui, dans quel délai en espérant que la mise en place ne se fera pas dans la précipitation comme la récente réorganisation du Secrétariat Général et cela au détriment des personnels ?

S’agissant de la mise en œuvre du RIFSEEP au ministère de la Justice, la circulaire en date du 7 avril présentant la cartographie des fonctions exercées par les agents des corps interministériels et corps à statut commun est parue au BO du ministère de la Justice le 21 avril 2017 dans la plus grande discrétion après avoir été présentée pour information au CTM du 10 mars 2017.

Cette cartographie des groupes de fonction attendue depuis l’annonce faite aux organisations syndicales dès 2014 aurait dû être définie avant le 1er janvier 2016, date à laquelle, le nouveau régime s’applique aux corps communs. L’administration a mis la charrue avant les bœufs ! La circulaire indique que la mise en œuvre relève de la compétence des différentes directions. Quel est le calendrier établi par chaque direction pour l’application qui pourrait avoir un impact sur les futures mobilités ?

La CGT rappelle son opposition à ce nouveau régime indemnitaire qui va renforcer les inégalités, diviser les agents et individualiser les rémunérations. Elle continue de revendiquer une revalorisation salariale et l’intégration des primes dans le traitement.

C’est de nouveau la machine à broyer les agents qui est remise en route : Qui parle de la dégradation continue des conditions de travail du plus grand nombre ? Qui parle de l’atomisation du salariat ? Qui parle de la violence au travail, endémique ? Qui parle du sentiment d’abandon, voire de stigmatisation ? Qui parle de l’objectif concret de toute cette individualisation ? Qui parle de l’absurdité même de l’organisation du travail actuelle, des inégalités qu’elle crée et amplifie ? Qui peut adhérer à cette fausse méritocratie qui oublie toujours de dire qu’elle réserve à l’usage exclusif de l’élite les outils nécessaires à la trajectoire de la réussite, afin de mieux contrôler le plus grand nombre ?

Nous vous remercions pour votre attention.

 

Les représentants CGT à la CAP des secrétaires administratifs

Une mini CAP de mobilité des CPIP en juillet 2017…

Les personnels des SPIP viennent de recevoir  une note de l’administration centrale annonçant une « mini CAP mobilité » s’ajoutant à la CAP de titularisation / stagiairisation et avancement prévue de longue date le 6 juillet 2017.

Mini CAP de mobilité des CPIP

La CGT ne peut que dénoncer ce type de pratique qui par ailleurs ne concerne que les postes en DISP ou à la DAP ! Jamais nous n’avons de CAP de mobilité pour proposer des postes vacants dans les SPIP, et pourtant il y en ! On comprend bien que les postes vacants c’est difficile à gérer… c’est exactement ce que vivent la quasi totalité des SPIP sur l’ensemble du territoire national  mais là pas de CAP supplémentaire prévue, les services gèrent la pénurie ! En revanche laisser de postes vacants à la DAP ça ne se fait pas !!!

 

Nous rappellerons seulement que pour combler ces 3 postes profilés, ce sont 3 services qui vont être dépourvus … pas moins de 300 PPSJM qui au mieux iront rejoindre les effectifs déjà bondés des autres collègues du service voire ne seront pas suivies…

 

Le plus incroyable c’est de se dire que le départ d’un agent a des conséquences désastreuses sur l’ensemble d’un service en termes de gestion des charges de travail. Il ne s’agit pas de jouer sur la culpabilité – mal placée- des personnels qui obtiendraient légitimement une mutation mais de dénoncer une fois de plus les équilibres plus que précaires des organisations de service…

 

Il faut également rappeler que ces postes profilés peuvent être l’occasion pour l’administration de jouer la carte de la cooptation, ce qui vient rompre le principe d’égalité de traitement entre les fonctionnaires.

 

Cette pratique des CAP fermées (postes laissés vacants non proposés à la mobilité) au profit des DISP et de l’administration centrale vient nuire à la gestion des ressources humaines et doivent cesser.

 

Il devient impératif que l’administration établisse enfin des organigrammes fiables et réalistes des SPIP afin que les recrutements nécessaires puissent avoir lieu pour assurer un service public de qualité !

LA CGT COMMUNIQUE SUR L’AVANCEMENT DES ADJOINTS ADMINISTRATIFS

La C.A.P. d’avancement au titre de l’année 2017 s’est tenue le 02 mars 2017.

Version imprimable Tract avancement 2017 AA

A l’issue de celle-ci nous n’avions pas diffusé la liste des promus les taux de promotion n’avait pas été validés par les ministères de la Fonction Publique et des Finances.

A ce jour, soit 2 mois plus tard, seule la Fonction Publique a validé les taux de promotion.

Les Finances ne les ont toujours pas validés !

Nous avons interrogé le ministère sur le motif invoqué pour ce retard et la réponse est :

« BERCY a d’autres dossiers plus important à traiter pendant cette période électorale ».

Sachant que la période électorale se termine le 18 juin 2017 cela nous donne à penser que la validation n’interviendra qu’après …

Cet avancement, que beaucoup d’heureux promus attendent, se fera bien au 01 janvier 2017.

Lire la suite

Compte rendu CAP de mobilité CPIP d’avril 2017

Cette CAP de mobilité d’avril 2017 est la première depuis la fin de la pré-affectation, ainsi en l’absence de sortie de promotion de CPIP cet été, peu de postes ont été ouverts à la mutation (environ 70 postes).

Une raison de se réjouir toutefois, la programmation de la CAP de mutation assez tôt dans l’année, comme l’avait demandé la CGT, est une véritable avancée qui paraît désormais actée et qui permet aux personnels obtenant leur mutation de pouvoir s’organiser plus facilement.

Version imprimable CR CAP CPIP avril 2017

Déroulé de la CAP

La CAP a été ouverte par le Directeur de l’Administration Pénitentiaire par Intérim, M Bredin mais en raison des départs en série des responsables des ressources humaines à la DAP, la présidence de séance a dans la réalité été déléguée au chef de section CPIP/ASS/Officier de RH4, si ce dernier a une réelle connaissance des modalités de gestion de la CAP, il ne s’est pas vu déléguer un réel pouvoir décisionnel.

Plus de 450 agents ont demandé à pouvoir muter, formulant plus de 1600 vœux, la CAP a émis un avis favorable pour environ 120 mutations (en 2016, pour 470 agents ayant demandé une mutation, environ 220 avaient obtenu une mutation).

Lire la suite

Déclaration liminaire CAP CPIP des 11,12 et 13 avril 2017

La frénésie administrative dans laquelle est plongée la DAP depuis plus d’un an  conduit à la désertion de l’administration centrale .Quand les personnels ne sont pas méprisés voire maltraités par certaines organisations syndicales qui ne sont pas représentatives à la CAP des CPIP, ce sont les hiérarchies elles-mêmes qui s’en chargent en dénigrant le travail effectué… Le fonctionnaire doit être zélé, le doigt sur la couture et ne pas trop tenir à sa dignité ou son intégrité professionnelle… et surtout ne jamais se plaindre!

Ci-joint la version imprimable de la déclaration liminaire CGT cap cpip 2017

À cette maltraitance institutionnelle que l’on connaît et que l’on dénonce aussi dans les Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation, s’ajoute une sorte de purge au sein de la DAP…

Quand l’administration aura-t-elle le courage de rompre avec cet engrenage destructeur ?

S’il s’agissait aujourd’hui pour la CGT insertion probation de dénoncer les difficultés auprès des hauts responsables des ressources humaines nous devons nous rendre à l’évidence que plus personne n’est aux commandes !

Nous sommes réellement inquiets pour la suite compte tenu de l’état des services des ressources humaines de la DAP…

Cette inquiétude est renforcée cette année par la velléité d’utiliser pour la gestion de la CAP de mobilité des CPIP du logiciel harmonie. Force est de constater que le logiciel n’est pas à la hauteur des enjeux et nous espérons qu’il sera fin prêt pour la CAP de 2018. Il faut ici saluer le travail des personnels mais il est impératif que les effectifs RH soient adaptés aux charges de travail.

Ce sera aussi ici l’occasion pour dénoncer au mieux les mauvaises volontés voire la mauvaise foi de certains services des ressources humaines locaux et interrégionaux ou encore leur incompétence !

Il est quasiment impossible pour les personnels d’obtenir des réponses et informations sûres et complètes concernant leur déroulé de carrière, droits à congés, Compte Epargne Temps, application d’Origine et temps de travail, droit à congés maladie, congé parental, disponibilité, saisine des comités médicaux et commission de réforme, droit à la formation, retraite… Il est impératif que les responsables RH soient formés aux fonctions qu’ils occupent sinon ils continueront de donner des informations erronées et/ou de fuir leurs postes.

Enfin nous redisons à quel point les relations se sont dégradées au sein des SPIP. Les charges de travail ajoutées au management autoritaire et aux injonctions paradoxales ont épuisé les personnels… il serait temps de mettre enfin en débat les organisations de service et de permettre à tous les agents de s’impliquer dans la mise en œuvre d’un service public de qualité auquel ils se sentent attachés et dans lequel ils se reconnaissent !

La mise en œuvre acharnée de la pensée unique -voire magique- du RBR et des outils de prédiction de la récidive par l’administration est la négation même de savoirs faire et compétences à l’œuvre dans les services. Il serait utile de partir de ce que nous savons faire, le mépris affiché par l’administration sur ce que nous faisons est insupportable pour les personnels. Ce sont ces mêmes professionnels qui ont obtenu reconnaissance de la place qui est la leur en termes de responsabilité et de compétence : la catégorie A. Nous avons bien conscience que la bataille n’est pas gagnée et irons chercher ce qui est dû à la profession, sans renoncer à ce que nous sommes !

Afin d’adapter les conditions aux charges de travail il est indispensable que des organigrammes soient mis en place. Il serait opportun qu’ils constituent le RPO1 et non pas le RPO 3 !!! Il est aberrant que les SPIP aujourd’hui ne disposent pas d’organigrammes des services tels qu’ils sont constitués ni de référence hormis ceux issus du rapport IGF/IGSJ de 2011 qui repose sur une logique de gestion de la pénurie et non d’évaluation des besoins réels des publics et des services. Rapport qui plus est, a été diligenté dans un contexte très particulier celui de l’affaire Pornic… il y a 6 ans !

La CGT tient également à dénoncer les graves atteintes aux libertés syndicales et aux droits syndicaux. Il est urgent que les services gestionnaires soient formés au droit syndical et de rappeler que le non respect de ces droits syndicaux peut entraîner des sanctions. Nous évoquons ici les rejets injustifiés d’article 13, de congés formation syndicales, rappel à l’ordre dès qu’un agent exprime une opinion… Attention, l’administration pénitentiaire se militarise ! Les recours à la discipline explosent, telle une nouvelle technique de management.

Nous appelons fermement l’administration à mettre en œuvre une véritable politique de lutte contre les risques psychosociaux en mettant du lien avec les DISP. Etre attentifs aux multiplications d’arrêts maladie sur certains lieux, demandes de mutations massives, demandes d’explication à la chaîne… tous ces indices ne peuvent que traduire une incapacité ou une difficulté à gérer des équipes.

Les personnels vont désormais devoir prendre l’habitude de dénoncer dans des Comptes Rendus Professionnels les agissements parfois scandaleux de certains cadres. Il est temps de privilégier la mangement participatif au management autoritaire.

La CGT insertion probation a largement contribué à l’amélioration des modalités de recrutement dans le sens d’une diversification des profils. Il apparaît aujourd’hui indispensable que les organisations syndicales représentatives des personnels d’insertion et de probation puissent participer à l’élaboration des programmes pédagogiques de l’ENAP. Ainsi nous avons sollicité que ces organisations syndicales soient membres du conseil scientifique et pédagogique de l’école. L’administration centrale ne pourra que soutenir cette volonté et nous demandons à ce qu’elle encourage l’ENAP à associer les syndicats.

 

Il est important à cet égard de rappeler les conditions d’apprentissage à l’ENAP, la CGT insertion probation a interpellé la direction de l’ENAP non seulement sur le contenu de son règlement intérieur mais aussi sur les conditions matérielles de vie et d’apprentissage. La CGT continue de dénoncer le doublage des chambres et s’insurge quant à la mise en œuvre du paiement des repas quand par ailleurs aucune alternative n’est proposée. Le CA de l’ENAP préfère utiliser le budget pour clôturer et isoler le site de l’école plutôt que de financer des repas à ses agents… on voit bien quelles sont devenues les priorités…

 

Si l’on se félicite de l’arrêt de la pré affectation, la CGT insertion probation qui se tenait pourtant à disposition de l’administration et de l’ENAP regrette qu’il n’y ait pas eu de consultation et davantage de préparation de sortie de ce dispositif qui aurait permis de sécuriser la situation des stagiaires.

 

Les sujets sont nombreux, mais y a-t-il encore quelqu’un à la DAP pour nous répondre ?

 

Guide CGT Mobilité CPIP 2017 Edito / Guide / Notes

EDITO

L’année 2016 a été marquée p a r u n e mobilisation historique en réaction aux charges de travail toujours aussi délirantes, aux injonctions paradoxales, aux relents sécuritaires, à la frénésie politicienne… et surtout en réaction à la reconnaissance octroyée à l’ensemble des personnels pénitentiaires à exclusion de la filière insertion probation….

Version imprimable Edito guide

Malgré l’absence de droit de grève, les pressions à la fois pécuniaires et tyranniques de certains cadres n’ont pas fait flancher les agents pugnaces que nous sommes, attachés à notre profession, à ses valeurs et à ses missions. Cette détermination portera, à n’en pas douter ses fruits malgré les atermoiements des Administrations (fonction publique, ministère de la Justice, administration pénitentiaire…) dans l’application du relevé de conclusions. Les CPIP méritent une reconnaissance statutaire et indemnitaire, il n’est pas question de la brader sur l’autel de nos missions malgré ce qu’en pensent certains. Les échéances politiques à venir ne doivent pas servir de prétexte à une administration radine et petite quant il s’agit de valoriser ses agents et intransigeante quand il s’agit d’empiler les missions !

En termes de formation et de recrutement, de véritables avancées ont été actées, il ne reste plus qu’à les concrétiser. Les arrêtés de recrutement et de formation n’ont toujours pas été validés dans les comités techniques compétents. La CGT a été force de proposition dans ces domaines pour diversifier le recrutement et enrichir le profil des candidats, et également pour mettre en œuvre un contenu de formation cohérent et adapté à notre réalité de travail. Ces intentions louables affichées par l’administration sont à ce jour restées lettres mortes …

L’année 2016 est aussi l’année historique de la fin de la pré affectation, après de nombreux soubresauts l’administration a enfin stoppé ce massacre professionnel. Il a fallu attendre plus de 8 années, avec 8 promotions de CPIP sacrifiées, de formation au rabais, de tuteurs lessivés… Il était plus que temps ! C’est l’arrêt de ce système dévastateur qui justifie une CAP de faible envergure cette année avec une cinquantaine de postes proposés à la mobilité. Nous savons que ce « sacrifice » ponctuel est indéniablement la garantie d’une formation de qualité et une opportunité pour stabiliser les organisations de services. On regrettera encore une fois que l’administration ne se soit pas saisie de cette stabilité pour établir des organigrammes de référence et une photographie des services.

Il faut également se féliciter de la date de tenue de cette CAP de mobilité. Comme le demandait la CGT elle se tiendra au mois d’avril ce qui permet une anticipation organisationnelle à la fois professionnelle et personnelle.

L’année 2016 est aussi l’année des commissions de discipline, les situations examinées révèlent davantage les carences de management qui conduisent à un règlement disciplinaire. L’année aura été entre autres marquée par l’acharnement disciplinaire dont a été victime Mylène Palisse, CPIP, collègue, syndicaliste, camarade, fonctionnaire citoyenne, lanceuse d’alerte… pour chacun d’entre nous sa situation résonne comme un soi-t possible ; un agent de la fonction publique sanctionné pour s’être exprimé à titre syndical, car il faut le rappeler c’est uniquement pour cela que Mylène a été sanctionnée !

La CGT avait participé à la rédaction d’une nouvelle note sur les critères de mobilité qui devrait s’appliquer pour cette CAP, avec notamment une avancée pour les originaires afin de faciliter leur retour dans leur département ultra marin d’origine. Cette note ne sortira peut-être pas compte tenu des postures de certaines organisations non représentatives à la CAP des CPIP. Si cette note devait sortir, la CGT insertion probation actualisera son guide mobilité.

L’année 2018 sera une année de grande mobilité, suite aux créations de postes issues de la mobilisation, où les avancées obtenues pied à pied prendront corps, notamment eu égard aux originaires. La CGT reste cohérente et continuera de défendre la priorité aux originaires qu’elle avait partiellement obtenue dès cette année.

Version imprimable Guide mobilite_ CGT 2017

P1030560-684x1024

SOMMAIRE

‣ Edito
‣ Le principe de mobilité dans la fonction publique
‣ La commission administrative paritaire (CAP)
‣ Où et comment choisir les postes pour une mutation
‣ Les critères de mobilité
– Le barème de base
– Le rapprochement de conjoint
– Le rapprochement familial : un droit obtenu par la CGT en 2012
– Les CPIP placés
– La demande liée
– Les personnels bénéficiant de la reconnaissance de travailleurs
handicapés
– Les demandes spécifiques
* Les situations sociales spécifiques (Cas sociaux hors barèmes)
* Les postes profilés
* Les demandes dans les DOM/ TOM
– Les positions administratives particulières (retour)
* Le retour de détachement
* Le retour de disponibilité
* Le retour de congé parental
‣ La carte des SPIP
‣ Derniers conseils
‣ Après la CAP
‣ Les contacts

Documents publiés et diffusés dans les services :

Note de publication CAP CPIP avril 2017

Nomenclature postes CPIP avril 2017

Fiche de poste RF DISP Lille

Fiches de poste RF DISP Lyon

Fiches de postes DAP

Fiches de postes DISP Paris

Fiches de postes RF ENAP

CAP’ ou pas CAP’ ?

La CGT insertion probation conformément à ses engagements n’a pas siégé au Comité Technique SPIP du 14 février compte tenu de l’absence d’avancées concrètes quant à la réforme statutaire. Toutefois, nous avons siégé au CT SPIP du 15 février 2017 uniquement sur le point à l’ordre du jour en lien direct avec l’intérêt des personnels ; à savoir les critères de mobilité de la Commission administrative paritaire (CAP).

Lors de ce CT SPIP, la note sur les critères de mobilité est redevenue un texte cohérent et reprenant les avancées obtenues par les organisations représentatives en CAP.

Version imprimable CAP ou pas CAP

Pour rappel, ce texte a été travaillé en réunions multilatérales, le texte proposé au Comité technique de l’administration pénitentiaire (CTAP) du 9 février 2017 convenait à l’ensemble des organisations syndicales ayant participé à ces réunions.

Lors du CTAP, ce texte a été considérablement remanié et remettait fondamentalement en cause l’équilibre du fonctionnement de la CAP et l’égalité d’accès à une mutation.

 

Aujourd’hui, nous avons rappelé notre volonté que soit prise en compte dès la prochaine CAP une bonification pour les originaires, que les personnes célibataires ne soient pas discriminées, que soit valorisée l’ancienneté dans le corps des CPIP

 

La CGT a également rappelé fermement au président du CT SPIP que l’administration était en capacité de réellement faire respecter l’intérêt des personnels concernés et ne pas se laisser influencer par des organisations syndicales qui sont certes représentatives au sein de l’administration pénitentiaire, mais ne le sont pas forcément dans l’ensemble des corps la composant.

 

En l’occurrence, ces syndicats ne le sont pas dans celui des CPIP – qui sont bien les premiers concernés, nous semble-t-il, par ce texte.

 

La CGT espère donc vivement qu’enfin l’administration prendra ses responsabilités et que le texte à nouveau soumis au CTAP respectera les votes des organisations syndicales représentatives du CT SPIP d’aujourd’hui.

 

La CGT ne sacrifiera pas l’intérêt des personnels sur l’autel des postures électoralistes !

 

Montreuil, le 15 février 2017

« Older Entries